Les Journées européennes du patrimoine en six questions

La 39e édition des Journées européennes du patrimoine se déroule du 17 au 18 septembre 2022. Cet événement est l’occasion de découvrir les lieux et monuments historiques ou institutionnels. Retour en six questions sur ces journées.

En quoi consistent ces Journées ?

Dès l’origine, la vocation des JEP est d’ouvrir au public des lieux d’ordinaires peu accessibles. Pendant deux jours, les visiteurs peuvent découvrir gratuitement ou à un tarif préférentiel des lieux de pouvoir, monuments emblématiques nationaux, châteaux, patrimoines ruraux, jardins historiques, édifices religieux ou encore sites industriels par exemple.

Depuis quand les célèbre-t-on ?

Les Journées du patrimoine sont une création française. La première édition a eu lieu il y a 38 ans, en 1984, à l’initiative de Jack Lang, alors ministre de la culture. À sa création, cet événement se déroulait sur une unique journée, le 3e dimanche de septembre.

Et en Europe ?

Dès 1985, ces Journées sont devenues un événement européen sous l’impulsion du Conseil de l’Europe. En 1999, l’Union européenne s’associe à cette manifestation qui sera rebaptisée "Journées européennes du patrimoine" à partir de 2000.

Protéger tous les types de patrimoine culturel contre le changement climatique, un défi de taille

Les Journées européennes du patrimoine 2022 portent cette année sur le thème de la durabilité. La Commission européenne a publié, le 7 septembre 2022, un rapport sur le "renforcement de la résilience du patrimoine culturel face au changement climatique - Convergence entre le pacte vert pour l'Europe et le patrimoine culturel".

Des experts ont étudié l'incidence du changement climatique sur le patrimoine culturel et recueilli 83 exemples de bonnes pratiques dans 26 pays qui permettent de protéger et de sauvegarder le patrimoine culturel. Le rapport contient dix recommandations.

Ces Journées sont aujourd'hui organisées par les 50 pays signataires de la Convention culturelle européenne.

Environ 70 000 événements sont organisés à cette occasion à travers toute l'Europe avec 30 millions de visiteurs attendus.

Y-a-t-il un programme imposé ?

Chaque année, des événements nationaux et régionaux sont organisés autour d’un thème particulier qui varie, dans chaque pays, d’une année à l’autre avec un mot d’ordre en commun : mettre en valeur la dimension européenne.

Le thème retenu pour l’édition nationale en 2022 est le patrimoine durable. Il s'agit d'interroger les pratiques, de redécouvrir les traditions et savoir-faire ancestraux, notamment avec l'utilisation de matières naturelles (pierre, bois, terre...) et de mettre en valeur la réutilisation des matériaux.  

Cette 39e édition des JEP sera donc orientée en particulier vers le patrimoine des différents régions intégrant des notions de recyclage et de réemploi (Demeure du Chaos en Auvergne-Rhône-Alpes, édifices en bois en Bourgogne Franche-Comté, musée des Beaux-Arts de Quimper en Bretagne...).

Combien de visiteurs en France ?

Sous la thématique du patrimoine pour tous, l'édition 2021 des JDP, après une interruption de deux ans liée au Covid-19, avait attiré 8 millions de personnes sur près de 15 000 sites. Les années précédentes, la fréquentation des Journées européennes du patrimoine était estimée à 12 millions de visiteurs.

Quel est le lien avec la mission patrimoine ?

Depuis 2017, la Française des jeux est associée à la sauvegarde du patrimoine à travers la création d'un loto du patrimoine qui a pour vocation de rassembler des fonds pour soutenir des projets de réhabilitation.

Ces projets sont sélectionnés par la Fondation du patrimoine avec le concours du ministère de la culture. Depuis le début de cette initiative, 111 millions d'euros de recette ont permis de soutenir 4 800 sites en péril.

En 2022, 760 projets ont été déposés et 100 projets départementaux de la mission patrimoine 2022 ont été retenus en métropole et outre-mer pour bénéficier de la cagnotte du loto du patrimoine.

Ces projets ont été retenus en fonction des critères suivants : 

  • leur intérêt patrimonial et culturel ;
  • l’état de péril du patrimoine ;
  • la maturité du projet ;
  • son impact sur le territoire et le projet de valorisation.

Parmi les 100 projets lauréats, cette année : 

  • 41% sont des édifices privés ;
  • 48% des édifices publics ;
  • 11% sont des projets associatifs.

Les projets soutenus concernent pour les deux-tiers : des édifices de type religieux (28%), des projets ruraux ou agricoles (14%), des maisons d’habitation (14%) et des châteaux (13%).