Valorisons les langues des Outre-mer pour une meilleure cohésion sociale

Date de remise :

Auteur(s) moral(aux) : Conseil économique, social et environnemental

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

Les Outre-mer comprennent cinquante des soixante-quinze langues de France dont les origines sont très différentes : des langues premières aux divers créoles. Historiquement, les langues des Outre-mer ont souffert d'un déni de réalité et de reconnaissance au sein de la République française. Les Outre-mer n’ont pas les mêmes histoires ni les mêmes identités ou encore les mêmes combats pour la sauvegarde des langues régionales que l’hexagone. Chacune des langues de France fait partie du patrimoine culturel commun au pays tout entier et aussi du patrimoine culturel de l'Humanité. Le rapport joint à l'avis revient de manière très détaillée sur les problématiques propres à chaque bassin linguistique régional. Le CESE prend clairement position pour un renforcement de l’enseignement des langues régionales, l'équipement pédagogique de ces langues, la valorisation des savoirs traditionnels et des pratiques immatérielles, le soutien à la création artistique plurilingue et la légitimation des langues régionales dans les services publics.

Revenir à la navigation

Sommaire

Synthèse

Introduction

I - LES LANGUES REGIONALES DES OUTRE-MER DOIVENT ETRE MIEUX RECONNUES

A - Les langues des Outre-mer sont nombreuses et vivantes
1. Les Outre-mer abritent une grande diversité de langues régionales
2. De nombreuses langues régionales sont en danger 16

B - Les langues régionales souffrent d'un déni de reconnaissance
1. La France a construit son unité autour de la langue française et contre les langues régionales
2. Les langues régionales restent minorées par la Constitution

C - Une volonté militante a permis la mise en place relativement récente d'un enseignement en langue régionale
 1. L'enseignement des langues régionales est issu de mobilisations de la société civile
2. L'enseignement des langues régionales concerne un nombre limité d'élèves dans les Outre-mer
3. La scolarisation en langue régionale est un facteur de réussite pour les élèves

D - Alors que l’usage des langues régionales est courant dans la société, le soutien des pouvoirs publics reste limité 
1. L'accueil en langue régionale dans les services publics est un facteur d'inclusion sociale
2. La politique de soutien public aux langues régionales doit être renforcée

II - L'AVENIR DES LANGUES DES OUTRE-MER PASSE PAR UNE POLITIQUE DE MISE EN VALEUR ET DE TRANSMISSION

A - L'Éducation nationale doit renforcer l'enseignement des langues des Outre-mer

B - La valorisation des langues des Outre-mer passe par une pleine reconnaissance juridique et institutionnelle

C - Le soutien à l'expression en langue régionale doit être porté par les pouvoirs publics

Conclusion

DECLARATIONS/ SCRUTIN

 

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Avis

Pagination : 170 pages

Édité par : Journaux officiels

Revenir à la navigation