Rapport d'information déposé (...) par la Commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire en conclusion des travaux d'une mission d'information relative à la mise en oeuvre de la loi organique relative aux lois de finances

Date de remise :

Auteur(s) moral(aux) : Assemblée nationale. Commission des Finances, de l'Économie générale et du Contrôle budgétaire

Consulter nos sélections de rapports publics

En savoir plus

Présentation

Avec la loi organique n° 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances (LOLF), la France entendait se doter d’une nouvelle « constitution financière », se substituant à l’ordonnance organique du 2 janvier 1959. De 2003 à 2011, la commission des finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire a poursuivi la réflexion parlementaire sur ce texte et a pour cette raison constitué en son sein une mission d’information relative à la mise en oeuvre de la LOLF (MILOLF), associant des membres de l’ensemble des groupes politiques représentés à l’Assemblée nationale. Ce premier cycle de travaux de la MILOLF a conduit à la publication de dix rapports successifs. Après une interruption de huit ans, et dans le même état d’esprit que celui du « printemps de l’évaluation », la MILOLF entame un nouveau cycle. Ce rapport synthétise les réflexions. Il s’agit non seulement de dresser un bilan de l’application de la LOLF dix-huit ans après son adoption – et après sa pleine entrée en vigueur à l’occasion de la discussion et du vote du budget pour l’année 2006 – mais aussi de formuler des préconisations pour renforcer l’efficacité de la préparation et de l’exécution de la loi de finances. Parmi les ambitions du texte figurait le passage d’une logique de moyens à une logique de résultat. Le rapport permet d’apprécier dans quelle mesure les objectifs fixés par la réforme de 2001 restent d’actualité.

Revenir à la navigation

Sommaire

AVANT-PROPOS DE M. ÉRIC WOERTH, PRÉSIDENT

LISTE DES PROPOSITIONS DU RAPPORTEUR

INTRODUCTION

I. RATIONALISER LE CALENDRIER ET LA PROCÉDURE D’EXAMEN BUDGÉTAIRE POUR PLUS DE TRANSPARENCE ET DE LISIBILITÉ

A. MIEUX ARTICULER LA DÉFINITION DES STRATÉGIES PLURIANNUELLES DES FINANCES PUBLIQUES AVEC LES LOIS DE FINANCES
1. Mieux insérer la loi de finances dans le cadre pluriannuel des finances publiques
a. Des outils de programmation financière préexistant aux lois de programmation des finances publiques
b. Les lois de programmation des finances publiques : un outil programmatique utile et désormais ancré dans la pratique budgétaire
c. La tentation d’introduire une hiérarchie entre les lois de programmation des finances publiques et les lois de finances
d. Introduire une dimension pluriannuelle au projet de loi de finances par la présentation d’une programmation triennale dans les annexes budgétaires et renforcer la portée des lois de programmation des finances publiques
2. Consacrer dans la LOLF un débat sur le programme de stabilité et prévoir un moment de débat sur la dette publique
a. Consacrer dans la LOLF un débat annuel unique sur les orientations pluriannuelles des finances publiques au moment de la présentation du programme de stabilité
b. Prévoir un débat sur la dette publique, sur les conditions de son financement et sur la couverture des besoins de financement des dépenses publiques d’investissement et de fonctionnement

B. AMÉLIORER L’ORGANISATION DE LA DISCUSSION PARLEMENTAIRE
1. Rationaliser la structure de la loi de finances en rassemblant les dispositions relatives aux recettes de l’État en première partie
2. Repenser la loi de finances rectificative de fin d’année
3. Récapituler l’ensemble des dispositions fiscales adoptées hors loi de finances au moment de l’examen de la loi de finances

II. RENFORCER LA PORTÉE DE L’AUTORISATION PARLEMENTAIRE

A. AMÉLIORER LA PERTINENCE DE LA MAQUETTE BUDGÉTAIRE
1. La structuration du budget de l’État par politiques publiques permet une meilleure lisibilité de l’action publique et un élargissement du droit d’amendement des parlementaires
a. Une nouvelle architecture du budget de l’État
b. Une relative stabilité de la structure budgétaire
c. L’existence de missions interministérielles
2. L’exercice apparaît cependant inachevé
a. Le rôle limité du Parlement dans la définition de la maquette
b. Le développement excessif des programmes support
c. L’isolement de crédits d’investissement dans les PIA : la poursuite des efforts entrepris pour améliorer la lisibilité de ces dépenses est nécessaire

B. RÉAFFIRMER LES GRANDS PRINCIPES DU DROIT BUDGÉTAIRE
1. Renforcer le principe d’unité budgétaire en encadrant plus strictement le recours aux budgets annexes, comptes spéciaux et aux fonds sans personnalité juridique
a. Des budgets annexes obsolètes dont l’existence est remise en cause
b. Rationaliser le nombre de comptes d’affectation spéciale
c. Poursuivre la dynamique d’encadrement des opérateurs
d. Supprimer les fonds sans personnalité juridique, sources d’opacité
2. Replacer le Parlement au cœur de l’affectation des recettes
a. Une dérogation encadrée à certains principes budgétaires cardinaux
b. Le niveau élevé des taxes affectées
c. Des mesures nécessaires à la réaffirmation du pouvoir budgétaire du Parlement et du législateur financier
d. Le cas particulier des prélèvements sur recettes

III. RENOUVELER LA DÉMARCHE DE PERFORMANCE ET CONFORTER LA LOGIQUE DE RÉSULTATS

A. DÉVELOPPER LA CULTURE DE LA PERFORMANCE
1. La budgétisation tournée vers la performance, une des ambitions fortes de la LOLF
a. La performance, une priorité des inspirateurs de la LOLF…
b. …fait l’objet d’un dispositif consacré
2. Des acquis tangibles mais largement en deçà des attentes initiales
a. La notion de performance, sans être contestée…
b. …n’est pas devenue un outil incontournable de la gestion budgétaire
3. Donner une nouvelle ampleur à la démarche de performance
a. Revoir le panel des objectifs et indicateurs de performance
b. Assurer un pilotage administratif de la performance au niveau de la mission
c. Associer davantage le Parlement à la conception et au suivi du dispositif de performance

B. POURSUIVRE LA RESPONSABILISATION DES GESTIONNAIRES PAR UN CHANGEMENT DES PRATIQUES BUDGÉTAIRES
1. L’espoir déçu d’une responsabilisation des gestionnaires sur les résultats
a. La responsabilisation des gestionnaires
b. Des pratiques peu propices au développement d’une culture du résultat chez les gestionnaires
2. Assurer une régulation et une gestion budgétaires plus respectueuses de l’autorisation du Parlement
a. Rendre aux décrets d’avance leur caractère exceptionnel
b. Limiter les mises en réserves
c. Accroître et sincériser la dotation pour dépenses accidentelles et imprévisibles
3. Inscrire les contrôles budgétaires et comptables dans la logique de résultats
4. Ajuster le pilotage de l’emploi public
a. Malgré l’introduction des plafonds d’emplois, un contrôle peu effectif du Parlement
b. La fongibilité asymétrique

IV. RENFORCER L’INFORMATION ET LE CONTRÔLE DU PARLEMENT

A. ASSURER LA QUALITÉ DES DOCUMENTS BUDGÉTAIRES
1. La forte augmentation du volume d’informations transmises au Parlement
a. La loi organique prévoit la transmission d’un nombre important de documents au Parlement
b. L’accroissement du nombre de pages annexées aux lois de finances
2. Une information incomplète dont la profusion ne permet pas l’exploitation optimale
a. Une information incomplète
b. Une rationalisation du contenu des documents budgétaires indispensable
3. Repenser la procédure des questionnaires budgétaires
a. Des questionnaires volumineux dont la qualité des réponses est variable
b. Un allégement nécessaire du volume des questionnaires budgétaires

B. CONSOLIDER ET VALORISER LE CONTRÔLE EXERCÉ PAR LA COMMISSION DES FINANCES
1. Un panel d’outils cohérent et exhaustif des pouvoirs des commissions des finances prévu par la LOLF
2. Affermir le pouvoir de contrôle du Parlement notamment par la consécration du Printemps de l’évaluation
a. Une appropriation partielle par le Parlement de ses pouvoirs de contrôle
b. Ancrer le Printemps de l’évaluation dans la LOLF et dans la pratique

TRAVAUX DE LA COMMISSION

ANNEXE 1 : LISTE DES JAUNES ANNEXÉS

ANNEXE 2 : LISTE DES DOCUMENTS DE POLITIQUE TRANSVERSALE

ANNEXE 3 : TRAVAUX DE LA MILOLF DEPUIS 2003

LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport parlementaire

Pagination : 184 pages

Édité par : Assemblée nationale

Revenir à la navigation