Pour une stratégie globale de lutte contre les noyades

Date de remise :

Auteur(s) moral(aux) : Inspection générale de l'Administration de l'Éducation nationale - Inspection générale de la Jeunesse et des Sports

Consulter nos sélections de rapports publics

En savoir plus

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

Devant l'augmentation du nombre de noyades (1960 pour le seul été 2018) en France, le Premier ministre a demandé le renforcement du plan de lutte contre les noyades et du programme de formation à la nage de l'éducation nationale, la mission a été confiée aux inspections générales de l'éducation nationale (IGEN) et de la jeunesse et des sports (IGJS). Dans une première partie, un « état des lieux » permet d'analyser le plus finement possible les réalités et les causes des noyades. Une deuxième partie traite de l'apprentissage de la nage en France ; elle intègre un éclairage international. Sur la base des constats opérés, des réponses apportées et des enseignements tirés de ces investigations, sont identifiés, en partie trois, les autres facteurs clés d'amélioration de la politique publique de prévention et de lutte contre les noyades. Vingt-quatre préconisations sont formulées tout au long du rapport.

Revenir à la navigation

Sommaire

Synthèse 

Liste des préconisations 

Introduction 


1. Les noyades : constats, analyses, enseignements 

1.1. Les principaux constats 
1.1.1. En France 
1.1.2. À l’international 

1.2. Les enseignements tirés des chiffres et des constats : il n’existe pas une cause unique des noyades 
1.2.1. Les responsabilités des parents ne sauraient être éludées 
1.2.2. Des comportements sont parfois totalement inappropriés 
1.2.3. Les conditions climatiques sont une dimension majeure du sujet noyades accidentelles et décès 
1.2.4. Les lieux de baignade plus ou moins dangereux 
1.2.5. Les âges sont décisifs 
1.2.6. Les contextes particuliers et les caractéristiques spécifiques de lieux de baignade accroissent les risques 
1.2.7. Un pilotage et une animation du dispositif d’ensemble qui gagneraient à être mieux affirmés


2. L’apprentissage de la nage : un levier majeur de lutte contre les noyades 

2.1. Combien de personnes savent nager en France ? 
2.1.1. Le baromètre santé : enquête auprès des 15 - 75 ans (2010 et 2016) 
2.1.2. DREES : enquête nationale de santé auprès des enfants scolarisés en classe de CM2 (2014-2015) 
2.1.3. INJEP/DEPP – Enquête sur les activités des jeunes en dehors du collège (test réalisé en 2018) 
2.1.4. Les résultats enregistrés au sein du ministère de l’éducation nationale : les enquêtes menées par la DGESCO
auprès d’écoles et de collèges en 2014 
2.1.5. Principaux enseignements de ces différentes études 

2.2. Peut-on définir ce qu’est « savoir nager » ? 

2.3. Où apprend-on à nager en France ? 
2.3.1. La famille, un premier cadre d’apprentissage 
2.3.2. L’école, un cadre d’apprentissage pour tous 
2.3.3. Les clubs sportifs 
2.3.4. Le plan « J’apprends à nager », un dispositif du ministère des sports, de création récente, développé en partenariat avec le CIAA et les collectivités territoriales 
2.3.5. Les enseignements tirés de l’analyse des organisations à l’étranger 
2.3.6. Quelle approche spécifique assurer pour les adultes ? 
2.3.7. Des publics insuffisamment pris en compte 
2.3.8. Les territoires : des situations hétérogènes, mais de belles réussites 

2.4. Deux incontournables : les équipements et les encadrants 
2.4.1. Les équipements : construire ? Rénover ? Innover ? 
2.4.2. Enseigner et/ou surveiller ? Formations, responsabilités, emploi des acteurs 

3. Lutter contre les noyades : un défi qui appelle une approche multidimensionnelle, un pilotage très volontariste et des réponses diversifiées 

3.1. La nécessité d’une approche globale, de réponses multiples mais complémentaires et d’un véritable pilotage de l’interministérialité 
3.1.1. Les plans de lutte contre les noyades 
3.1.2. Assurer un vrai pilotage de l’interministérialité 

3.2. Le plan « Aisance aquatique » (avril 2019) : une stratégie globale interministérielle qui présente de nombreux atouts 
3.2.1. Ce plan, qui a fait l’objet d’une première communication officielle le 15 avril 2019, comporte quatre axes, déclinés en vingt-trois mesures 
3.2.2. Quatre chantiers ont été ouverts à titre prioritaire. Ils sont conduits au sein des quatre groupes de
travail mis en place sous l’égide du « COPIL des activités aquatiques et de la natation » 
3.2.3. Zoom sur une initiative inscrite dans le premier chantier : l’expérimentation « classes bleues » pour
nourrir la réflexion sur l’apprentissage 
3.2.4. Zoom sur le deuxième chantier : des évolutions de conditions d’encadrement des activités aquatiques 

3.3. Le besoin d’actions de prévention ambitieuses, méthodiques et répétées 
3.3.1. Enrichir les données disponibles en particulier en les croisant entre elles afin d’améliorer encore
l’analyse des circonstances des noyades : intérêts et risques méthodologiques 
3.3.2. Développer une campagne de communication engagée 
3.3.3. Adopter les bons réflexes de prévention 
3.3.4. Savoir porter secours 
3.3.5. Permettre aux maires de mieux exercer leurs responsabilités en matière de surveillance des sites de baignade 
3.3.6. Porter une attention particulière aux risques spécifiques liés, aux cours d’eau, lacs, étangs, canaux 

3.4. La réglementation, un levier à mieux partager au service de la sécurité 
3.4.1. L’application effective des normes, facteur très important d’amélioration de la sécurité et élément
constitutif d’une approche plus globale 
3.4.2. Le renforcement des contrôles des sites et espaces de baignade, complément indispensable des actions de prévention 


Conclusion 

Annexes

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport officiel

Pagination : 199 pages

Édité par : Ministère des sports : Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse

Revenir à la navigation