Rapport d'information fait au nom de la délégation sénatoriale à la prospective sur robotisation et emplois de service

Date de remise :

Auteur(s) moral(aux) : Sénat. Délégation à la prospective

Présentation

La quatrième révolution industrielle s'appuie sur l'utilisation d'objets intelligents, connectés, capables d'exécuter des tâches qui étaient auparavant assurées par des personnes physiques. Ce nouvel âge de l'automatisation n'est pas limité à l'industrie mais se diffuse largement dans les services, marchands comme non marchands, qui concentrent les trois quarts de l'emploi en France. Doit-on redouter des suppressions d'emploi en nombre et un chômage technologique massif dans le secteur des services ? Ce n'est pas le plus probable.

Mais les emplois d'aujourd'hui seront profondément transformés. Le risque de déqualification des emplois intermédiaires existe avec le développement de l'intelligence artificielle dans des domaines très variés : services financiers, services juridiques, santé, social, éducation, sécurité. Il convient donc de revoir l'appareil de formation initiale, comme de la formation continue, pour favoriser l'adaptabilité et les compétences transversales.

Les compétences sociales et relationnelles sont moins susceptibles d'être concurrencées par les robots. Une complémentarité entre le robot et l'homme est donc envisageable dans les services, à condition de mettre en place les régulations adéquates, notamment sociales mais aussi éthiques.

Telle est l'approche retenue dans ce rapport et tel est le sens des propositions qu'il contient.

 

 

 

 

Revenir à la navigation

Sommaire

I. LES MACHINES INTELLIGENTES : UNE RUPTURE TECHNOLOGIQUE MAJEURE QUI IRRIGUE L’ENSEMBLE DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES

A. UNE RUPTURE TECHNOLOGIQUE MAJEURE QUI N’EN EST QU’À SES DÉBUTS
1. Robotisation et intelligence artificielle : un mouvement entamé depuis plus d’une décennie
2. Des technologies déjà présentes dans notre quotidien
3. La combinaison de plusieurs briques technologiques

B. UNE DIFFUSION DES MACHINES INTELLIGENTES DANS TOUTES LES SPHÈRES D’ACTIVITÉ
1. Les robots industriels : une réalité ancienne en plein renouvellement
2. Le large spectre de diffusion des robots intelligents
3. Les formes diverses des robots intelligents

C. LES LIMITES DES MACHINES INTELLIGENTES
1. Des limites technologiques
2. Des limites économiques

II. L’IMPACT DE LA ROBOTISATION SUR LES EMPLOIS DE SERVICE EST INCERTAIN MAIS POTENTIELLEMENT MASSIF

A. UN IMPACT QUANTITATIF SUR L’EMPLOI INDÉNIABLE MAIS INCALCULABLE
1. Des estimations très variables des pertes d’emploi liées à l’automatisation
2. L’impossibilité de calculer un solde net d’emplois gagnés et perdus
3. Des effets attendus sur la structure et la localisation des emplois

B. DES IMPACTS MASSIFS SUR LE CADRE D’EXERCICE PROFESSIONNEL
1. Un besoin d’élévation général des compétences attendues ?
2. L’automatisation : progrès ou danger pour les travailleurs ?
3. Une modification profonde des cadres sociaux du travail

C. DES PERSPECTIVES DE TRANSFORMATION DES EMPLOIS DE SERVICE
1. Nombreux emplois, nombreux changements
2. Quelques exemples des transformations attendues

III. ACCOMPAGNER LE CHANGEMENT VERS UNE « ROBOTISATION HEUREUSE »

A. ENCOURAGER L’INNOVATION DANS LES SERVICES
1. L’expérimentation, socle du progrès
2. Maîtriser la donnée et les technologies

B. REPENSER LA FORMATION
1. Adapter la formation initiale
2. Transformer la formation continue

C. INVENTER DE NOUVELLES RÉGULATIONS
1. La régulation fiscale : faut-il taxer les robots ?
2. La régulation sociale : quelles protections dans un monde robotisé ?
3. Quel encadrement éthique de la robotisation au travail ?

CONCLUSION

LISTE DES PROPOSITIONS

TRAVAUX EN DÉLÉGATION
I. AUDITION DE LAURENT ALEXANDRE, CHIRURGIEN, ESSAYISTE ET ENTREPRENEUR
II. AUDITION DE MM. OLIVIER DARRASON, PRÉSIDENT-FONDATEUR, ET AXEL DYÈVRE, DIRECTEUR ASSOCIÉ, DE CEIS
III. EXAMEN DU RAPPORT

LISTE DES PERSONNES ENTENDUES

Revenir à la navigation

Fiche technique

Autre titre : Demain les robots : vers une transformation des emplois de service

Type de document : Rapport parlementaire

Pagination : 108 pages

Édité par : Sénat

Revenir à la navigation