Quelle place et quelles perspectives pour l'industrie française dans les véhicules à nouvelles motorisations ?

Date de remise :

Auteur(s) moral(aux) : Conseil général de l'économie, de l'industrie, de l'énergie et des technologies

Consulter nos sélections de rapports publics

En savoir plus

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

La mission note que plusieurs grands équipementiers français ont pu trouver des opportunités dans l’évolution des motorisations automobiles. Les constructeurs présents sur le territoire ont des stratégies différentes, Renault, en particulier, est en pointe sur les véhicules électriques tandis que l’offre de PSA était, lors de la rédaction du rapport, plus récente, ils apparaissent néanmoins, l’un et l’autre, être positionnés face aux évolutions du marché. La principale alerte signalée par la mission porte sur les batteries pour véhicules électriques : celles-ci représentent 30 à 50%, selon les modèles, de la valeur ajoutée des véhicules, cette part de la valeur ajoutée parait stable dans la mesure où la baisse des coûts unitaires des cellules conduit à proposer – à coût global identique – des batteries de plus forte capacité plutôt qu’à baisser les prix, et la production des cellules de ces batteries est totalement importée d’Asie. Réaliser en Europe une usine produisant des cellules et les intégrant dans des batteries nécessiterait d’investir plus d’un milliard d’euros, de pouvoir supporter pendant quelques années les pertes opérationnelles liées au démarrage, et n’aura de sens que si un marché fournissant plusieurs centaines de milliers de véhicules par an est accessible.

Revenir à la navigation

Sommaire

RESUME
TABLE DES RECOMMANDATIONS

1 L’évolution du marché : les ventes de véhicules électriques pour particuliers décollent, notamment en France, le rôle des politiques nationales de soutien est déterminant

1.1 Un marché des véhicules électriques pour particuliers en plein essor dans le monde et en France

1.2 La France constitue le deuxième marché européen
1.2.1 En France, et dans les principaux pays européens, les flottes d’entreprise et des loueurs représentent plus de 50% des immatriculations de véhicules neufs
1.2.2 Les acheteurs publics français jouent un rôle précurseur sur ce marché

1.3 Renault s’est positionné en leader européen du véhicule 100% électrique

1.4 Les politiques nationales de soutien jouent un rôle déterminant sur le marché des véhicules à nouvelles motorisation

2 Malgré la multiplication des annonces de mise sur le marché des constructeurs, les analyses des professionnels sur la prochaine décennie sont relativement convergentes pour prévoir un développement très progressif de la mobilité propre

2.1 Les annonces, industrielles et commerciales, des constructeurs

2.2 Les perspectives envisagées à moyen terme pour le marché français
2.2.1 L’analyse du MEDEF (en contribution au projet de loi LTE) : en 2030, 75 à 80% du parc français encore sous motorisation thermique
2.2.2 La vision du CCFA : en 2030, les véhicules tout électriques ne représenteront encore que 2% des
ventes annuelles
2.2.3 Les scénarios envisagés en avril 2016 pour la stratégie de développement de la mobilité propre, en application de la loi LTE, sont beaucoup plus volontaristes, tout en estimant, eux aussi que plus de 80% des véhicules auront toujours, en 2030, une motorisation thermique

3 Le cadre législatif et réglementaire foisonnant, favorise ou impose fortement ces nouvelles motorisations et a fortement évolué depuis dix ans

4 Le « coût à la tonne de CO2 évitée » d’un véhicule électrique est significatif, sa contribution à la qualité de l’air en ville incontestable

5 Les nouvelles motorisations correspondent à un bouquet de technologies et de systèmes, qui ont des degrés de maturité technico-économique différents

5.1 Le gaz, une technologie mature, un écosystème embryonnaire en France
5.1.1 La propulsion est parfaitement maîtrisée, depuis de nombreuses années
5.1.2 Le réseau de distribution existe pour le GPL, l’optique retenue pour le déploiement d’un réseau
GNV (GNC et GNL) est celui du regroupement de besoins d’utilisateurs (essentiellement des ‘flottes
captives’)

5.2 L’électromobilité, un ensemble de technologies en développement rapide
5.2.1 Le développement des familles de batteries au lithium constitue aujourd’hui la voie la plus efficiente et a révolutionné la filière
5.2.2 La batterie LMP (du groupe Bolloré), est une alternative avérée au Lithium-ion, en particulier pour les véhicules en autopartage. Les développements en cours pourraient lui ouvrir des débouchés encore plus larges
5.2.3 L’hybridation se généralise, sous différents niveaux
5.2.4 On voit par ailleurs réapparaitre, pour les véhicules lourds, des variantes du « trolley », avec ou sans caténaire
5.2.5 Le réseau des bornes de recharge électrique est en cours de déploiement

5.3 Les voitures à hydrogène et pile à combustible font une apparition progressive
5.3.1 La motorisation H2, déjà utilisée en France dans des flottes ‘captives’, commence à être proposée au grand public (en faible quantité et sur du haut de gamme) par des marques étrangères
5.3.2 Plusieurs pays asiatiques et européens, dont la France, prévoient la construction en nombre de stations H2
5.3.3 Les enjeux technologiques de la mobilité H2 : réduction des coûts de la PAC et production d’hydrogène « vert »
5.3.4 L’optique retenue pour le déploiement du réseau en France est progressive et repose sur le regroupement de besoins d’utilisateurs

5.4 Des lignes de force paraissent se dessiner pour l’évolution à court moyen terme du déploiement de ces nouvelles motorisations

6 L’industrie, en France, est inégalement présente dans les différentes filières

6.1 Dans toutes les filières, des équipementiers français ont une position significative
6.1.1 Hybridation légère, hybride, hybride rechargeable, véhicules autonomes
6.1.2 Infrastructures et services pour l’électrique sont assurés à 95 % par des entreprises françaises
6.1.3 Hydrogène et piles à combustible

6.2 La situation des constructeurs de véhicules légers est plus contrastée
6.2.1 Le véhicule électrique est depuis plusieurs années un axe stratégique de Renault, le groupe PSA élabore également une offre, leurs concurrents, notamment européens, multiplient les annonces
6.2.2 La généralisation de l’hybridation conduit à des évolutions de plate-formes et de la chaine de transmission (powertrain), ces évolutions peuvent, par contrecoup avoir un impact sur la filière des soustraitants dans la mécanique
6.2.3 Véhicules à piles à combustible

6.3 Pour les bus, le basculement sur l’électrique, face à la compétition des producteurs chinois, est un défi pour les constructeurs européens en France, le groupe Bolloré apporte une offre innovante, la motorisation au gaz n’induit pas de rupture industrielle, mais contribue à réduire la pollution en ville

6.4 Le groupe Bolloré a une position spécifique, tant dans les batteries que dans les services
6.4.1 Après s’être développé dans l’agglomération parisienne, l’autopartage de voitures électriques en libre-service se développe, non seulement dans d’autres villes françaises, mais aussi dans des métropoles étrangères
6.4.2 La place actuelle des batteries lithium-métal-polymère dans le groupe Bolloré est la conséquence de vingt ans d’investissements constants

6.5 L’impact des camions sur l’environnement devrait se réduire avec le retrait progressif de ceux immatriculés avant 2009. Renault Trucks représente l’essentiel de la production en France

6.6 La problématique des batteries est un enjeu majeur
6.6.1 Economiquement et techniquement, la batterie est l’élément le plus stratégique des véhicules électriques
6.6.2 Cet élément clef échappe aux constructeurs européens
6.6.3 La situation de surcapacité de production actuelle peut s’inverser dans des délais plus brefs que ceux nécessaires à la réalisation d’une unité de production en Europe
6.6.4 Les surcapacités mondiales et le volume de production nécessaire pour rentabiliser une usine ont jusqu’à présent empêché que se concrétisent des projets de production en Europe
6.6.5 L’évolution des perspectives de vente en Europe peut, néanmoins, offrir les débouchés permettant la construction d’une telle usine
6.6.6 La France dispose d’atouts pour la localisation d’une telle usine
6.6.7 Quelle voie retenir pour préparer l’avenir proche dans la filière lithium-ion et, plus globalement, dans la filière des batteries pour automobile ?

7 Le soutien des Pouvoirs Publics doit être à la mesure des enjeux de R&D auxquels doit faire face le secteur

7.1 L’effort public en faveur des pôles de compétitivité a permis un effet de levier efficace en faveur de la R&D du secteur

7.2 Dans son ensemble, depuis les PMI sous traitantes de la filière mécanique jusqu’aux constructeurs, la filière des véhicules particuliers est face à des enjeux multidimensionnels et vitaux qui nécessitent de maintenir, et si possible d’amplifier l’effort public de soutien à la R&D

8 Conclusion

9 ANNEXE : lettre de mission

10 ANNEXE : liste des personnes rencontrées

11 ANNEXE : les véhicules au Gaz naturel en Italie

12 ANNEXE : extrait (résumé) du rapport du CGEDD « coordination des actions ministérielles pour l’usage du gaz naturel liquéfié (GNL) comme carburant » (septembre 2015)

13 ANNEXE : le projet EQUILIBRE (extrait du site http://www.projetequilibre.fr/)Fonds de soutien à l’acquisition de poids lourds GNC** circulant en vallée de l’Arve, dans le cadre du projet EQUILIBRE et du Plan de Protection de l’Atmosphère

14 ANNEXE : position technique de la PFA (plate-forme automobile) sur l’hybridation

15 ANNEXE : extrait (synthèse) du rapport CGEDD/CGE sur la « filière hydrogèneénergie » (septembre 2015)

16 ANNEXE : le projet de mobilité hydrogène HYWAY

17 ANNEXE : la pile à combustible à l’éthanol, une alternative au réseau de distribution d’hydrogène ?

18 ANNEXE : la Suède fait reposer la décarbonation de ses transports sur le diesel HVO et sur des projets d’autoroutes électriques

19 ANNEXE : les carburants thermiques évoluent aussi

20 ANNEXE : en Italie, une politique intense et constante de soutien à la motorisation au gaz aboutit à une part notable pour cette motorisation

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport officiel

Pagination : 109 pages

Édité par : Ministère de l'économie et des finances

Revenir à la navigation