Rapport annuel sur l'état des lieux du sexisme en France en 2019

Date de remise :

Auteur(s) moral(aux) : Haut Conseil à l'Égalité entre les Femmes et les Hommes

Consulter nos sélections de rapports publics

En savoir plus

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

Ce rapport présente le deuxième état des lieux du sexisme en France, élaboré annuellement par le Haut Conseil à l’Egalité, depuis son inscription dans la loi du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et la citoyenneté.
Dans ce deuxième état des lieux, le Haut Conseil à l’Egalité a investigué plus particulièrement trois domaines de la vie publique : le milieu de l’entreprise, les médias et la vie politique, afin d’identifier les manifestations de sexisme, d’examiner la tolérance sociale à leur égard et de faire des préconisations.

Revenir à la navigation

Sommaire

SYNTHÈSE
RECOMMANDATIONS
INTRODUCTION

SECTION 1. Le sexisme en 2019 : la déflagration de #MeToo et la mise à l’agenda de sujets nouveaux 

I. Un droit en mutation aux niveaux français et européen
A. La reconnaissance de la notion de sexisme en France
1. La définition proposée par le HCE
2. La mise en oeuvre des nouvelles dispositions légales issues de la loi n° 2018-703 du 3 août 2018 renforçant la lutte contre les violences sexistes et sexuelles : outrage sexiste et harcèlement sexuel liés à des comportements à connotation sexuelle et sexiste

B. Une nouvelle définition et de nouveaux outils de lutte contre le sexisme au Conseil de l’Europe
1. Une définition englobante 
2. Une liste de mesures à appliquer par les États membres 
3. Des outils de communication à destination du grand public 

C. La prise en compte du sexisme en Europe et dans le monde
1. Une référence directe au sexisme dans un petit nombre de pays
2. Un recours plus fréquent à des mesures de lutte contre le sexisme

II. L’émergence de nouveaux thèmes 
A. Des mobilisations inédites pour lutter contre le sexisme
1. L’appel à la création d’une journée nationale contre le sexisme
2. Des initiatives de sensibilisation de lycéens et lycéennes au sexisme
3. L’engagement de professionnel.le.s contre les stéréotypes de sexe 

B. Les violences sexistes et sexuelles au coeur des mobilisations de l’année 2019 
1. Les féminicides : la montée de l’indignation jusqu’au burn-out militant
2. Les suites de la mobilisation face aux violences faites aux femmes

C. La levée du tabou autour du corps des femmes
1. Le sexisme dans les actes gynécologiques et obstétricaux : un sujet devenu incontournable 
2. La levée du tabou sur la sexualité 
3. La levée du tabou sur les menstruations 

III. Les données disponibles
A. Une prévalence massive du sexisme
1. Les enquêtes d’opinion 2019 : le sexisme est perçu
comme un problème mais pas encore pris à sa juste mesure par les pouvoirs publics 
2. Les enquêtes de victimation 2019 

B. Un manque de données et de lisibilité toujours très important 
1. Les données du ministère de l’Intérieur sur le nombre de victimes enregistrées 
2. Les données du ministère de l’Intérieur sur le nombre de mis en cause 
3. Les données du ministère de la Justice sur le nombre de personnes condamnées 
4. Les données manquantes 

SECTION 2 : Les trois domaines d’investigation en 2019 

I. Le monde du travail : un haut lieu de sexisme ordinaire et de violences sexistes et sexuelles 
A. L’université et les grandes écoles : un creuset du sexisme 
1. L’Enseignement supérieur confronté à des violences sexistes et sexuelles 
2. Une réelle prise de conscience dans les textes mais un écart entre la lettre et l’action 

B. Le sexisme au travail : la face cachée des beaux principes 
1. Un phénomène massif en Europe 
2. Un ressenti du sexisme qui explose chez les salarié.es en France malgré des évolutions significatives dans le droit interne 

C. Une mobilisation à éclipses des équipes dirigeantes 
1. De nombreux outils d’accompagnement des entreprises 
2. La mise en réseau des entreprises dans la lutte contre le sexisme 

II. Le sexisme dans les médias audiovisuels et numériques : encore des bastions où règne l’impunité 
A. Les émissions de divertissement : la téléréalité, grande pourvoyeuse de sexisme 
1) Le choix d’étudier certaines émissions de divertissement 
B. « Miss France » : une caricature archaïque 
1. Les chiffres d’audience 
2. Les critères pour participer à Miss France 
3. Une élection qui normalise la « femme objet » 
4. Miss France : une tradition qui se modernise selon le comité et le diffuseur 
5. L’élection de Miss France 2020 : un cas d’école pour la lutte contre le sexisme et le racisme en ligne ? 

C. Le sexisme dans les clips musicaux : un puissant motif de régulation des supports numériques 
1. Des femmes sous représentées et en situation de figuration 
2. Une sexualisation des femmes 
3. Des rôles sexués stéréotypés 
4. Une valorisation des hommes violents 

D. Limiter le sexisme dans les médias : le passage obligé par de nouvelles contraintes légales 
1. Le secteur de l’audiovisuel 
2. Le secteur du numérique 

III. Le sexisme en politique : une chasse-gardée masculine 
A. La chape de plomb des siècles
1. Le partage du pouvoir entre les femmes et les hommes 
2. Le rapport culturel au pouvoir 

B. Les femmes sous les radars 
1. La langue est au service du pouvoir masculin 
2. La présence des femmes politiques dans les médias 

C. Le coût du mépris 
1. Un sentiment d’illégitimité dans la prise de responsabilités 
2. Exclusion et abandon de la politique
 

ANNEXES 
REMERCIEMENTS 

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'étude

Pagination : 146 pages

Édité par : Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes

Revenir à la navigation