Mesure de la réussite étudiante au regard de la mise en oeuvre de la loi ORE - Année 2018-2019

Date de remise :

Auteur(s) moral(aux) : Inspection générale de l'Éducation, du Sport et de la Recherche

Consulter nos sélections de rapports publics

En savoir plus

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

Le rapport propose trois scénarios de mesure de la réussite des néo bacheliers en Licence 1 (L1) et plus largement des autres étudiants. Il décline ces scénarios en fonction de deux mesures différentes de la présence aux examens, des baccalauréats d’origine et des grands champs disciplinaires dans lesquels les étudiants sont inscrits. Les néo bacheliers qui ont bénéficié de parcours personnalisés font l’objet d’un examen spécifique.

Le rapport s’intéresse également au devenir, à la rentrée 2019, des néo bacheliers inscrits en L1 en 2018‐2019 selon qu’ils s’inscrivent ou non dans un parcours de réussite, et qu’ils ont bénéficié ou non l’année précédente d’un accompagnement personnalisé.

Revenir à la navigation

Sommaire

Synthèse  
Introduction 

1 Une collecte des données délicate qui met en évidence des marges de progrès significatives dans les établissements 

1.1 Une phase de collecte longue qui a donné lieu à de nombreux échanges et à des corrections 
1.1.1 Des difficultés qui révèlent une faiblesse des établissements en matière de pilotage des données relatives au suivi des résultats des étudiants 
1.1.2 Une relative appropriation des scénarios de mesure de la réussite des néo bacheliers, principalement dans les établissements déjà sollicités lors de la première phase de la mission

1.2 Les deux modalités de mesure de la présence des étudiants aux examens proposées ont posé des difficultés de collecte des données et se heurtent à des problèmes méthodologiques  
1.2.1 Le mode de calcul classique de la présence des étudiants aux examens ne rend pas suffisamment compte de la réalité  
1.2.2 La nouvelle approche de la mesure de la présence aux examens présente également des difficultés d’ordre méthodologique

1.3 La généralisation du suivi de la réussite étudiante dans les établissements suppose de faire évoluer le système d’information et les procédures internes aux établissements  

2. La construction des parcours personnalisés, dont bénéficient 8,1 % des néo bacheliers inscrits en L1, progresse en 2018‐2019 

2.1 Cette progression s’opère dans un contexte où le nombre de néo bacheliers généraux et technologiques inscrits en L1 augmente entre 2017‐2018 et 2018‐2019, tandis que celui des néo bacheliers professionnels diminue  

2.2 La construction de parcours personnalisés progresse en 2018‐2019 de manière contrastée selon les disciplines et bénéficie d’abord, en proportion, aux bacheliers technologiques et professionnels 
2.2.1 Le nombre des néo bacheliers bénéficiant d’un parcours personnalisé progresse dans les établissements de l’échantillon  
2.2.2 Environ 20 % des néo bacheliers technologiques et professionnels des vingt‐huit établissements de l’échantillon bénéficient d’un parcours personnalisé proposé dans vingt‐deux universités…  
2.2.3 … Ils se répartissent de manière équilibrée entre bénéficiaires de parcours personnalisés sous forme d’allongement de la durée des études et de modules complémentaires  
2.2.4 La proportion de néo bacheliers, bénéficiant de parcours personnalisés est encore faible au regard des effectifs totaux, en lettres et sciences humaines, en droit et en psychologie  
2.2.5 La construction de parcours personnalisés sous forme de modules complémentaires est privilégiée dans la plupart des champs disciplinaires, en particulier en psychologie et en LSH  
2.2.6 Dans tous les groupes disciplinaires, les allongements de la durée des études concernent plutôt les néo bacheliers professionnels et les modules complémentaires, les néo bacheliers généraux  

3 Les taux de présence aux examens des néo bacheliers inscrits en L1 progressent légèrement à l’issue de la première année d’application des dispositions de la loi ORE 

3.1 Le taux de présence des néo bacheliers inscrits en L1 aux examens progresse légèrement entre 2017‐2018 et 2018‐2019, quelle que soit l’option utilisée pour son calcul  
3.1.1 Cette progression est observée dans toutes les séries de baccalauréat mais de manière différenciée 
3.1.2 Des différences sont également observées entre champs disciplinaires

3.2 Les parcours personnalisés sous forme de modules complémentaires ont un impact positif sur la présence aux examens des néo bacheliers technologiques et professionnels, mesurée avec la première méthode  
3.2.1 En 2018‐2019, les parcours personnalisés ont un effet positif sur les taux de présence calculés selon la première méthode P1 pour les seuls néo bacheliers technologiques ou professionnels 
3.2.2 Lorsqu’un effet positif est observé, il est dû aux modules complémentaires 

4 Parmi les trois scénarios de mesure de la réussite étudiante retenus, la mission propose de généraliser le taux qui rend compte de la réussite aux UE auxquelles les étudiants sont inscrits et celui qui mesure l’inscription dans un parcours de réussite 

4.1 Le taux de réussite en L1 des néo bacheliers, calculé à partir des étudiants qui comptent au  moins une note supérieure à zéro dans chacune des UE auxquelles ils sont inscrits, est supérieur, tous baccalauréats confondus, d’environ 20 points, au taux de réussite calculé par la méthode classique

4.2 Le taux de réussite R1 des néo bacheliers inscrits en L1 ayant validé leur année augmente de manière contrastée selon les baccalauréats d’origine et les champs disciplinaires concernés  
4.2.1 Le taux de réussite des néo bacheliers ayant validé leur année R1 évolue de manière contrastée, selon le baccalauréat d’origine Celui des néo bacheliers professionnels augmente légèrement quel que soit son mode de calcul  
4.2.2 Le taux de réussite des néo bacheliers ayant validé leur année évolue de manière moins contrastée selon les champs disciplinaires  
4.2.3 C’est dans le champ disciplinaire lettres‐sciences humaines hors psychologie que les taux de réussite des néo bacheliers tous baccalauréats confondus sont les plus élevés en 2018‐2019 et en psychologie qu’ils baissent le plus entre 2017‐2018 et 2018‐2019  
4.2.4 À peine plus d’un étudiant sur cinq valide son année en obtenant toutes ses UE, sans recours à la compensation  

4.3 Le taux de réussite des néo bacheliers inscrits en L1 ayant validé les unités d’enseignement auxquelles ils sont inscrits (R2) est légèrement supérieur à celui des néo bacheliers ayant validé leur année 
4.3.1 L’augmentation observée du taux de réussite R2 en L1 des néo bacheliers entre 2017‐2018 et 2018‐ 2019 est contrastée selon les baccalauréats d’origine et les champs disciplinaires 
4.3.2 Les parcours personnalisés ont un effet positif sur la réussite aux UE des néo bacheliers technologiques et professionnels 

4.4 57,1 % des néo bacheliers de L1 s’engagent dans un parcours de réussite à court ou moyen termes en ayant validé au moins la moitié des unités d’enseignement auxquelles ils sont inscrits (R3)

5 Les choix des néo bacheliers 2018‐2019 à la rentrée 2019 sont fortement liés à leurs résultats 

5.1 Les deux tiers des néo bacheliers font le choix de poursuivre leur formation (passage en L2 ou redoublement) dans la même filière  

5.2 Les néo bacheliers généraux poursuivent plus fréquemment leur cursus en L2 alors que les néo bacheliers professionnels quittent plus fréquemment l’établissement, que les autres  

5.3 Le devenir en 2019 des néo bacheliers 2018‐2019 ayant bénéficié d’un parcours personnalisé diffère sensiblement de celui des autres néo bacheliers  

5.4 Le droit est la discipline dans laquelle la part des néo bacheliers qui poursuivent en L2 est la  plus faible et où la part de ceux qui restent en L1 est la plus forte tandis que les lettres ‐ sciences humaines hors psychologie sont la discipline où la part des départs est la plus forte 

5.5 Sans surprise, la poursuite d’étude dans la même filière (passage en L2 ou maintien en L1) est
fortement corrélée au nombre d’UE validées
 
5.5.1 Les néo bacheliers 2018‐2019 ayant validé la totalité des UE auxquelles ils étaient inscrits poursuivent massivement en L2 sauf lorsqu’ils bénéficient d’un allongement de la durée des études  
5.5.2 La majorité des néo bacheliers 2018‐2019 ayant validé au moins 50 % des UE auxquelles ils étaient inscrits sans les avoir validées toutes, restent en L1  
5.5.3 La plus grande part des néo bacheliers 2018‐2019 qui ont validé moins de 50 % des UE auxquelles ils étaient inscrits quittent l’établissement, dans des proportions légèrement inférieures pour ceux qui ont bénéficié de dispositifs pédagogiques spécifiques  

Annexes  
 

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'inspection

Pagination : 89 pages

Édité par : Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse : Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation : Ministère de la culture : Ministère des sports

Revenir à la navigation