Note d'alerte du Conseil scientifique COVID-19 - 22 septembre 2020 - Un contrôle renforcé de l'épidémie pour "mieux vivre avec le virus"

Auteur(s) moral(aux) : Conseil scientifique COVID-19

Consulter nos sélections de rapports publics

En savoir plus

Date de remise :

Temps de lecture > 30 minutes

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

La France est confrontée à une dégradation de la situation sanitaire liée au COVID-19. Entre 9 000 et 13 000 cas confirmés sont rapportés par jour, le nombre réel se situant probablement autour de 25 000 nouvelles infections par jour. Les nouvelles contaminations sont surtout observées dans la population jeune chez qui la probabilité d’hospitalisation et la mortalité demeurent très faibles. Mais la circulation active du virus dans cette population depuis l’été se propage à l’ensemble des groupes d’âges, avec un décalage de plusieurs semaines. La circulation de virus dans la population âgée est notamment à l’origine d’une augmentation progressive des hospitalisations. Le nombre d’hospitalisations double actuellement tous les 16 jours en moyenne en France métropolitaine, tous les 8 jours dans certaines régions. Le Conseil scientifique estime, sur la base des études disponibles, que leur survenue est liée à des réunions familiales ou entre amis. 
Cette situation impose une réflexion sur les mesures à prendre à court terme pour ralentir la propagation du virus et garder la maitrise de l’épidémie. 
Cette Note d’Alerte s’inscrit dans la suite des réflexions stratégiques du Conseil scientifique dans ses avis n°6 (« Sortie progressive de confinement prérequis et mesures phares » du 20 avril 2020), n°7 (« 4 scénarios pour la période post-confinement - Anticiper pour mieux protéger » du 2 juin 2020) n°8 (« Se préparer maintenant pour anticiper un retour du virus à l’automne » du 27 juillet 2020) et n°9 (« Stratégie et modalités d’isolement » du 3 septembre 2020). 
Le Conseil scientifique considère 4 options stratégiques d’intervention qui peuvent être déclinées à l’échelle territoriale. 

  • OPTION 1. Une stratégie où aucune intervention supplémentaire n’est déployée.
  • OPTION 2. Une stratégie comprenant des mesures différenciées en fonction de risques très inégaux, liés à l’âge ou à l’état de santé en particulier. 
  • OPTION 3. Une option reposant sur une addition de mesures « modérées », faisant appel à l’adhésion volontaire et, en cas de besoin, à des mesures contraignantes. Cette option se déclinerait au niveau territorial, pour des durées et à des horaires variables, dans une logique de gestion des risques proportionnée aux situations locales. 
  • OPTION 4. Cette option s’appuie sur des mesures fortes, potentiellement contraignantes (type couvre-feu). 

Le Conseil scientifique propose l’option 3 tout en notant que certaines mesures peuvent être combinées. Il souligne également que l’impact sur le système de soins des mesures prises est variable :
(i) A court terme en protégeant les personnes les plus à risques ;
(ii) A moyen ou long terme en réduisant peut-être la vie sociale des plus jeunes avec des mesures contraignantes.
 

Revenir à la navigation

Sommaire

I. ENJEUX STRATEGIQUES

A. Une situation épidémiologique qui a évolué durant l’été
B. La pluralité d’objectifs 
C. L’urgence d’agir 
D. Une situation préoccupante, mais encore contrôlable

II. LES DONNEES ACTUELLES CONCERNANT LA DIFFUSION DU VIRUS

A. Etat actuel de l’épidémie
B. Projections des besoins hospitaliers pour différents scénarios
C. Les lieux d’infections 

III. DISPONIBILITE DES ELEMENTS DE PREPARATION

A. Rappel des précédentes recommandations du Conseil scientifique
B. Les avancées récentes
C. La préparation mise en place peut encore s’améliorer

IV. QUELLES OPTIONS STRATEGIQUES DANS LA SITUATION ACTUELLE ? 

A. Quelle stratégie en fonction de la circulation du virus ? 
B. Les 4 stratégies 

1. Options 1 : maintien des mesures actuelles
2. Option 2 : des mesures différenciées en fonction de risques très inégaux
3. Option 3 : mesures modérées supplémentaires, faisant appel à l’adhésion volontaire
4. Option 4 : nouvelles mesures fortes, potentiellement contraignantes

V. POINTS PARTICULIERS

A. L’inclusion des acteurs de terrain dans la gestion des risques 
B. Communication différenciée et implication des publics
C. La nécessaire harmonisation des mesures au niveau européen en fonction de niveau de risque

ANNEXES 
BIBLIOGRAPHIE
 

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'étude

Pagination : 42 pages

Édité par : Ministère des solidarités et de la santé

Collection :

Revenir à la navigation