Rapport d’information (…) sur les mobilités dans les espaces peu denses en 2040 : un défi à relever dès aujourd’hui

Auteur(s) : Olivier Jacquin

Auteur(s) moral(aux) : Sénat. Délégation à la prospective

Consulter nos sélections de rapports publics

En savoir plus

Date de remise :

Présentation

Les travaux menés par la délégation à la prospective sur la question des mobilités ont visé à imaginer la transformation des modes de déplacement dans les zones peu denses à l’horizon 2040. Ces territoires sont de plus en plus prisés en raison des faibles prix du foncier et pour la recherche d’une meilleure qualité de vie que dans les villes denses. L’expérience du confinement du printemps 2020 a probablement renforcé l’attrait pour les campagnes. Pour autant, l’absence de solutions de mobilités adaptées constitue encore un obstacle et un frein dans la vie quotidienne qu’il convient d’examiner.

Revenir à la navigation

Sommaire

AVANT-PROPOS

I. LA MOBILITÉ ET LES ZONES PEU DENSES : UN PÉRIMÈTRE FLOU

A. COMMENT DÉFINIR LES « ZONES PEU DENSES » ?
1. Espaces peu denses, campagnes, « grands espaces » : un florilège de définitions
a) La classification de l’INSEE
b) La distinction entre le rural et l’urbain
c) Ne devrait-on pas plutôt parler de campagnes ou encore des « grands espaces » ?
d) Les espaces peu denses caractérisés par un panel faible de mobilités

2. Quelles dynamiques économiques, sociales et démographiques dans les « grands espaces » ?
a) L’attractivité des campagnes : vers un nouveau paradigme démographique ?
b) La concentration des richesses et des activités dans les métropoles
c) Le « déséquipement » des campagnes et des petites villes


B. LA MOBILITÉ DANS LES ZONES PEU DENSES : L’EMPIRE DE LA VOITURE INDIVIDUELLE
1. La prédominance des déplacements en voiture individuelle
a) La voiture individuelle prédominante pour les déplacements du quotidien : pas uniquement dans les espaces peu denses
b) Le défi de la mobilité de demain se pose aussi dans les campagnes

2. Un bouquet diversifié de solutions de mobilités
a) Quelle place pour les transports collectifs classiques dans les zones peu denses ?
b) Une diversité de solutions alternatives, individuelles ou semi-collectives
c) Des domaines de pertinence des modes alternatifs augmentés grâce à l’intermodalité et à la multimodalité

II. UNE MULTIPLICITÉ D’INITIATIVES, MALGRÉ D’IMPORTANTS OBSTACLES

A. DES INITIATIVES MULTIPLES
1. L’aide des technologies numériques
a) L’innovation numérique n’est pas réservée aux zones urbaines
b) L’innovation n’est pas seulement numérique
c) Quelques exemples d’innovations

2. Le choix de passer par l’expérimentation
a) Les vertus de l’expérimentation
b) La place centrale des collectivités territoriales et des appels à manifestations d’intérêt et appels à projets
c) L’expérimentation : une première étape, mais qui ne fait pas une politique publique des mobilités

3. Du « sur mesure » plutôt que du « clef en main »
a) Des solutions adaptées à chaque territoire qui permettent d’obtenir des résultats
b) Des solutions de mobilité nouvelles offertes grâce à la densité du lien social en zones peu denses


B. DES OBSTACLES À LEVER
1. Un paysage institutionnel à construire
a) Une multiplicité d’acteurs et de périmètres
b) Le besoin de coopération entre acteurs institutionnels
c) La nécessité de trouver la bonne échelle d’organisation des mobilités

2. Disposer de moyens financiers et humains pour diversifier la mobilité dans les zones peu denses
a) La recherche de moyens financiers
b) La question des moyens humains et de l’ingénierie des mobilités

3. Les obstacles techniques et juridiques
a) Les obstacles techniques à la diversification des mobilités dans les espaces peu denses
b) Des obstacles juridiques à lever

4. Des freins pratiques et psychologiques à la diversification des mobilités
a) Une culture automobile combinée à un bon niveau d’équipement
b) Le besoin d’une politique volontariste appuyée par des efforts de communication


III. L’AVENIR RADIEUX DES MOBILITÉS DANS NOS CAMPAGNES ?

A. VERS UNE ÉVOLUTION FORTE DES BESOINS DE MOBILITÉ ?
1. Le scénario de la démobilité et de l’accessibilité
2. La perspective de mobilités « enrichies »

B. QUELLES POLITIQUES PUBLIQUES DE MOBILITÉ ?
1. La nécessité de construire des politiques de mobilités durables dans les espaces peu denses et très peu denses
a) Une démarche dynamique, co-construite et adaptative
b) La difficile prise en compte du « très peu dense »
c) La logistique : angle mort des politiques de mobilité dans les zones peu denses

2. Quels outils et quelles solutions encourager ?
a) L’intermodalité et le décloisonnement au cœur d’une transition mobilitaire réussie
b) Une piste d’avenir : la socialisation de la voiture
c) Développer les modes actifs : c’est aussi pour les campagnes


C. PLUSIEURS SCÉNARIOS DE MOBILITÉS À L’HORIZON 2040 SUR FOND DE DÉCARBONATION ET D’UNE MEILLEURE ACCESSIBILITÉ
1. Changement et continuité dans la France post-Covid : trois variables-clefs à surveiller
a) Première variable : la reconfiguration résidentielle
b) Deuxième variable : l’existence ou non de politiques publiques volontaristes de diversification des mobilités
c) Troisième variable : l’appropriation et l’acceptabilité de mobilités partagées par les habitants des espaces peu denses

2. Huit scénarios à décliner sur les espaces peu denses, dans toute leur diversité
a) 1er scénario : la mobilité rêvée
b) 2ème scénario : chacun son mode
c) 3ème scénario : la montée en puissance
d) 4ème scénario : la stratégie du wagon de queue
e) 5ème scénario : la transition organisée
f) 6ème scénario : l’échec
g) 7ème scénario : rien de neuf !
h) 8ème scénario : l’autogestion

CONCLUSION GÉNÉRALE

TABLE RONDE : QUEL AVENIR POUR LES MOBILITÉS DANS LES ESPACES PEU DENSES ?
EXAMEN EN DÉLÉGATION
LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES
I. TABLE RONDE DU MERCREDI 23 SEPTEMBRE 2020
II. AUDITIONS DEVANT LE RAPPORTEUR

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport parlementaire

Pagination : 104 pages

Édité par : Sénat

Collection : Les Rapports du Sénat

Revenir à la navigation