Améliorer le parcours de soin en psychiatrie

Auteur(s) : Alain Druot - Anne Gautier

Auteur(s) moral(aux) : Conseil économique, social et environnemental

Consulter nos sélections de rapports publics

En savoir plus

Date de remise :

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

En France, une personne sur cinq souffre de troubles mentaux. Notre pays est aussi celui qui prescrit le plus de psychotropes. Les troubles psychiatriques restent pourtant mal connus et trop souvent associés à la folie, à l’incurabilité, à la violence. Les difficultés de la psychiatrie persistent alors qu’elles sont bien identifiées. Il faut briser le cercle constitué de la stigmatisation persistante de la maladie mentale, du retard dans le dépistage et dans le diagnostic, d’une entrée dans le soin tardive, d’un parcours de soin et d’accompagnement morcelé et non coordonné, de l’épuisement des proches aidants. Le CESE formule 20 préconisations autour de plusieurs priorités indissociables : agir sur la connaissance et la représentation de la santé mentale ; favoriser une entrée plus précoce dans le soin ; renforcer les moyens matériels et humains de la psychiatrie ; consolider la coordination médicale et médico-sociale afin d’améliorer l’accompagnement des patientes et des patients mais aussi de leurs proches.

Revenir à la navigation

Sommaire

Sommaire

AVIS 

Les préconisations du CESE 

Introduction 

I - LES CONSTATS 

A - L’organisation de la psychiatrie est spécifique et ses objectifs demeurent pertinents

B - La psychiatrie n’a plus les moyens de son ambition 
1. Les obstacles à l’accès aux soins sont nombreux…. 
2. Les articulations sont défaillantes à tous les niveaux 
3. Et dans ce contexte, les prises en charge inadaptées se multiplient 

C - La situation demeure dysfonctionnelle en dépit des ambitions

D - … et la crise sanitaire renforce l’urgence des réponses 

II. LES PRÉCONISATIONS DU CESE 

A - Un préalable : agir sur la connaissance et la représentation de la santé mentale
1. En parler pour destigmatiser 
2. En parler pour savoir discerner et orienter 
3. En parler pour mieux vivre, patient ou proche, avec les troubles psychiques 

B - Une priorité : favoriser une entrée plus précoce dans le soin 
1. Reconnaître et consolider le rôle pivot des médecins généralistes 
2. Soutenir les dispositifs « d’aller vers » construits en partenariat 
3. Lever les obstacles à une plus grande participation des psychologues aux soins 
4. Améliorer la prise en charge hospitalière 

C - Assurer la synergie entre les soins et l’accompagnement 
1. Évaluer les Projets territoriaux de santé mentale (PTSM) 
2. Susciter la coordination 
3. Articuler secteurs sanitaire, social et médico-social
4. Renforcer la place de la psychiatrie dans l'accompagnement de la personne âgée. 

Conclusion 

DÉCLARATIONS/ SCRUTIN 

ANNEXES 

N°1 Composition de la section des affaires sociales et de la santé à la date du vote 
N°2 Liste des personnes entendues 
N°3 La santé mentale en Outre-mer
N°4 Bibliographie
N°5 Table des sigles

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Avis

Pagination : 85 pages

Édité par : Les journaux officiels

Collection : Journal officiel de la République française, avis et rapports du Conseil économique, social et environnemental

Revenir à la navigation