Présentation

La production de papiers et cartons est une industrie ancienne en France qui a toujours été étroitement associée à des filières de récupération (les chiffons autrefois et désormais les papiers et cartons à recycler). Quatorzième producteur mondial et quatrième producteur européen de papiers et cartons, la France est un acteur en déclin depuis plusieurs décennies, de façon plus précoce et plus marquée que ses partenaires européens, notamment l’Allemagne mais aussi l’Espagne ou l’Italie. L’important déficit commercial de la branche existait déjà en 1990 ; il est en lente diminution, tout comme la consommation nationale de papiers et cartons. Depuis de nombreuses années la collecte des papiers cartons à recycler s’est développée en France à un niveau très supérieur à la moyenne européenne (plus de 80% vs. 72%) assortie d’un taux d’incorporation élevé (rapport de la quantité de papiers recyclés à la quantité produite : 68% vs. 52%). En revanche, un excédent de produits collectés a été constaté depuis les années 2000, il décline légèrement depuis une dizaine d’années mais reste de l’ordre de 1.5 million de tonnes, soit un peu plus de 20% de la collecte totale. Ce rapport présente les 10 recommandations pour redresser la filière papetière française.

Revenir à la navigation

Sommaire

SYNTHESE
TABLE DES RECOMMANDATIONS
INTRODUCTION

1 Un secteur industriel majeur et mondial lié aux activités de recyclage

1.1 Eléments historiques et internationaux

1.2 Une technique complexe et des acteurs très spécialisés

1.2.1 Le cycle du papier
1.2.2 Les acteurs industriels et les types de papiers/cartons
1.2.2.1 Des produits très techniques
1.2.2.2 La filière amont (pâtes et industries papetières stricto sensu)
1.2.2.3 La filière aval (façonnage et emballage)
1.2.2.4 Les activités de collecte et de tri

1.2.3 Une répartition géographique des activités conditionnée par le transport

1.3 Une industrie capitalistique et des marchés cloisonnés
1.3.1 Des marchés segmentés aux évolutions contrastées
1.3.1.1 Des évolutions lentes mais profondes
1.3.1.2 Des prix volatils tant pour les intrants que pour les produit finis

1.3.2 Une industrie de base
1.3.2.1 Un secteur très capitalistique
1.3.2.2 Une technologie énergético-intensive
1.3.2.3 Une concentration ancienne et vraisemblablement non achevée

2 Une activité intégrée dans l’économie circulaire et la transition écologique

2.1 Un niveau d’incorporation de matière recyclée important mais soumis à de nombreuses contraintes

2.2 Un impact environnemental sans discrimination évidente à ce jour en faveur des fibres vierges ou recyclées

2.2.1 Consommation d’énergie
2.2.2 Émissions de gaz à effet de serre
2.2.3 Pollutions diffuses (solides, liquides, gazeuses)
2.2.4 Consommation d’eau « fraîche »
2.2.5 Protection des espaces naturels et de la biodiversité
2.2.6 La hiérarchie de traitement des déchets

2.3 Une filière d’avenir appelant davantage de recherche

3 Les difficultés de la filière papetière en France, nombreuses et anciennes, impactent les quantités recyclées en France

3.1 Une industrie française en déclin

3.2 Un excédent de PCR important par rapport aux capacités de recyclage en France

3.3 Des causes profondes qui dépassent la filière papetière et touchent l’attractivité industrielle de la France

3.3.1 Le coût de l’énergie
3.3.2 Le déplacement du centre de gravité de l’économie européenne
3.3.3 Les obstacles aux investissements et à la croissance des entreprises
3.3.4 Un contrôle majoritairement étranger et l’absence de grands investisseurs nationaux

3.4 Une insuffisante valorisation des atouts français

3.5 Une visibilité insuffisante sur la filière, des données statistiques incohérentes

4 Elargir les perspectives pour inverser les tendances

4.1 Favoriser les opportunités pour de nouvelles capacités de production papetière en France
4.2 Mieux collecter les papiers à recycler « supérieurs », notamment en entreprises
4.3 Améliorer la qualité opérationnelle et l’agilité des centres de tri de déchets ménagers pour mieux répondre aux besoins des papetiers français
4.4 Eviter d’imposer des taux minimaux d’incorporation de fibres recyclées
4.4.1 Les perspectives offertes par l’éco-modulation
4.4.2 Les risques des taux d’incorporation obligatoire
4.5 Accroître l’incorporation des papiers à recycler dans les papiers d’hygiène
4.6 Développer de nouveaux usages et débouchés
4.7 Disposer de données statistiques et commerciales fiables

Conclusion

ANNEXES
Annexe 1 : Lettre de mission
Annexe 2 : Liste des acronymes utilisés
Annexe 3 : Liste des personnes contactées ou interrogées
Annexe 4 : Eléments techniques relatifs à la fabrication des papiers, des cartons et des pâtes à papier, notamment sous l’angle de l’énergie et des matières employées
Annexe 5 : Bibliographie
Annexe 6 : implantation géographique des industries papetières en France

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'étude

Pagination : 77 pages

Édité par : Ministère de la transition écologique et solidaire : Ministère de l'économie et des Finances

Revenir à la navigation