La pauvreté démultipliée - Dimensions, processus et réponses - Printemps 2020-Printemps 2021

Auteur(s) moral(aux) : Conseil national des Politiques de Lutte contre la Pauvreté et l'Exclusion sociale

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

La crise sanitaire, économique et sociale que traverse le pays est d’une grande violence. Elle frappe, plus durement encore, ceux qui déjà connaissaient la pauvreté et l’exclusion. Elle l’est aussi parce qu’elle fait découvrir la pauvreté, les privations, à des personnes qui s’en croyaient préservées. Elle met, enfin, à rude épreuve les services publics, la protection sociale et les mécanismes de solidarité nationale.
Face à cette pauvreté démultipliée, une réaction puissante des pouvoirs publics est indispensable. Il s’agissait, en tout premier lieu, de répondre à l’urgence. Il s’agit maintenant aussi de se prémunir des effets dévastateurs de long terme induits par la progression de la pauvreté et l’apparition de nouvelles formes de misère.
C’est cette conviction qui a conduit le Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale (CNLE), dès le mois de juin 2020, à constituer un groupe de travail sur l’urgence sociale afin de remettre, au mois de septembre 2020, un ensemble de 12 propositions au Premier ministre pour agir face à la crise. C’est cette même conviction qui l’a conduit à engager un travail de synthèse et d’évaluation des premiers éléments d’analyse pour comprendre l’impact de la crise, en particulier sur les populations les plus précaires.
Dans sa lettre de mission du 11 janvier 2021, le Premier ministre a chargé le CNLE de produire une analyse qualitative de l’évolution de la pauvreté.
Ce rapport se veut donc une première contribution du Conseil dans le cadre de cette mission, qui s’inscrit dans le prolongement des initiatives précitées.

Revenir à la navigation

Sommaire

Préface

Introduction

Premières études qualitatives
Quelles leçons tirer sur l’évolution de la pauvreté en France ?
Les processus multidimensionnels et cumulatifs de paupérisation à l’oeuvre
Présentation des contributions

Cadrages quantitatifs

Évolution conjoncturelle et perspectives macro-économiques
Prévisions macro-économiques sur le premier semestre 2021
Vers un retour à la « normale » ?
Des retombées sociales d’ores et déjà manifestes sur le marché du travail…
Des destructions d’emplois salariés nettes pour la première fois depuis 2012
Une tendance à la hausse du taux de chômage à confirmer

… et sur les effectifs de bénéficiaires de minima sociaux dits d’insertion (RSA, ASS) qui certes marquent le pas après avoir vivement progressé
Une hausse moins rapide des bénéficiaires du RSA depuis décembre 2020, mais qui reste encore soutenue quoiqu’incertaine
Un flux d’allocataires de l’ASS plutôt en repli et endigué sur la période récente en partie par des mesures réglementaires
Une hausse des allocataires d’une aide au logement en progression depuis le printemps dernier mais interrompue en janvier


Illustrer l’effet de la crise sur les revenus des familles pauvres et modestes à l’aide de cas-types
Synthèse des résultats
Évolution théorique de la situation de ménages ayant initialement un niveau de vie inférieur ou égal au seuil de pauvreté à 60 %
Le chômage partiel préserve le revenu des ménages pauvres
Le chômage indemnisé implique des pertes de revenu importantes
Le chômage non rémunéré amplifie la perte de revenu pour les jeunes mais il affecte moins certains couples biactifs que le chômage indemnisé

L’évolution théorique de la situation de ménages ayant initialement un niveau de vie compris entre le seuil de pauvreté à 60 % et le « seuil de modestie »
Le chômage partiel limite la perte de revenu des ménages modestes, la hausse de la prime d’activité compensant en partie la baisse du revenu d’activité
Le chômage indemnisé ne protège pas toujours de la pauvreté les ménages initialement modestes mais non pauvres, la perte de la prime d’activité amplifiant l’effet de la baisse du revenu d’activité
Le chômage non rémunéré fait basculer dans la pauvreté, voire la grande pauvreté, des ménages initialement modestes mais non pauvres


Les déterminants de l’entrée dans la pauvreté monétaire dans la France contemporaine : par la rupture professionnelle surtout
Avertissement méthodologique
Principaux résultats : la perte d’emploi détermine fréquemment le passage à un état de pauvreté

Pauvretés durables, pauvretés nouvelles : les conséquences sociales de la crise vues des associations

Les déflagrations du premier confinement (17 mars-11 mai 2020)
Populations sans domicile
Populations à la rue
Populations en hébergement
Populations en bidonvilles, squats et campements

Populations en (très) grande précarité
Pertes de revenus (travailleurs précaires et nouveaux chômeurs)
Moins de recettes, mais plus de dépenses
Le « thermomètre » des aides alimentaires
Quelles conséquences physiques et psychiques du mal-logement confiné ?


Depuis mai : une situation qui reste très dégradée
Au second semestre, une situation non stabilisée
Une situation toujours dégradée
Bilan au 31 décembre

Focus
Les jeunes et les étudiants
Le « thermomètre » des aides alimentaires (et hygiéniques)
Quels impacts sur les situations de logement ?


Conclusion
« Nouveaux pauvres » et pauvres durables
Quelles perspectives pour 2021 et après ?
Études mobilisées


Les pauvretés dans la crise sanitaire

La pauvreté vue par un acteur de la recherche sociale
Identifier les types de publics touchés particulièrement par la crise sanitaire au-delà des catégories habituelles
La double peine et la bombe à retardement

Des effets différenciés de la crise à une « nouvelle » stratification de la pauvreté
Les « nouveaux publics » de l’action sociale, entre non-recours, demande et offre d’aide sociale
Des situations sur le fil et que la crise a précipité dans la pauvreté
Des situations de pauvreté stables mais dégradées sur le plan relationnel
Des situations de rupture
Des situations de hors droit

La crise comme révélateur
Performance de la protection sociale et fragilités des solidarités privées
Une jeunesse particulièrement exposée
Un travail social plus visible et reconnu et un retour aux fondamentaux

Conclusion

D’une crise à l’autre. Pourquoi et comment la crise sanitaire creuse les inégalités sociales

Inégalités : les conditions du dévoilement
Une enquête de sciences sociales « en temps réel » : défis, apports
Des conséquences négatives multidimensionnelles et cumulatives
Les nouveaux risques de déstabilisation des ménages modestes
Les « sans statuts » dans la pandémie : la crise, quelle crise ?
Conclusion

La famille, les voisins, le quartier : enquête sur les solidarités invisibles

Préambule
Méthode
La grande panne
Les filles, soutien de famille
Les filles engagées auprès des pères et mères
Vieux et pauvre en même temps
Voisiner entre nous

Vers une « génération COVID » ? Synthèse de la situation des jeunes en France

Introduction

Jeunesses et inégalités en France : un état des lieux
Des jeunes générations fracturées par les inégalités sociales
La deuxième génération de la crise : le poids de la reproduction des inégalités
Quelle spécificité de la jeunesse ?
La crise sanitaire comme révélatrice ?

La situation des jeunes en 2021 : l’émergence d’une génération COVID ?
Les enjeux sociaux : une crise comme une autre ?
La détérioration de la situation matérielle des jeunes
Les lacunes et limites de l’action publique

Les enjeux éducatifs : la nouveauté de l’enseignement en ligne
Les écueils de la formation à distance
Le renforcement des inégalités

Les enjeux de santé mentale : un contexte inédit dû à la crise sanitaire
Piégé.e.s dans les limbes de l’enfance
La face sombre du « plus bel âge de la vie »


Pour conclure : quelles conséquences politiques ?

Contribution du collège des personnes concernées du CNLE

Un climat de peur panique et d’isolement qui pousse au non-recours aux soins et aux droits

Une inflation du prix des produits de première nécessité
La difficulté de se nourrir à cause de l’inflation et du manque d’approvisionnement de produits abordables
Un recours à l’aide alimentaire ou à des aides des collectivités souvent non adaptées ou inopérantes pour les personnes

Un accès aux services publics mis à mal et une perte de confiance envers les institutions

Une nouvelle mise en alerte sur la fracture numérique et l’accès aux droits

Un besoin d’adaptation de l’accompagnement aux « nouveaux publics » et notamment aux indépendants qui basculent dans la précarité

Une attention particulière sur la détresse des jeunes

L’école à la maison, un véritable défi pour les publics en difficulté

Les conditions de l’isolement : un facteur de tensions supplémentaires pour les populations en situation de précarité

Entre climat délétère avec les voisins et solidarité accrue

Une sortie de crise qui menace les plus modestes d’endettement et d’une fragilité accrue


Conclusion

Annexes
1 - Lettre de mission du Premier ministre
2 - Présentation du Baromètre qualitatif

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'étude

Pagination : 156 pages

Édité par : Premier ministre

Collection :

Revenir à la navigation