Cycle annuel des auditeurs - Rapport d’étonnement 2020-2021 - Education, formation et territoires - 2e session nationale

Auteur(s) moral(aux) : Institut des hautes Etudes de l’Education et de la Formation

Consulter nos sélections de rapports publics

En savoir plus

Date de remise :

Temps de lecture > 30 minutes

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

Alors que la définition des politiques éducatives est longtemps restée l’apanage de l’État dans une tradition jacobine centralisée, la déconcentration puis la décentralisation ont accordé une place accrue aux échelons infranationaux, qu’ils soient politiques ou administratifs. Les administrations intermédiaires déconcentrées sont progressivement devenues de véritables actrices dans la co-construction des politiques éducatives. Elles ont désormais la charge de traduire et d’hybrider les politiques nationales en vue de les adapter à la variété des territoires. La reconnaissance de la diversité des territoires au sein de la République, du fait de leur histoire ou de leur trajectoire, a ainsi conduit à leur octroyer une marge de manoeuvre non négligeable dont se saisissent les acteurs du système éducatif ainsi que les collectivités territoriales.
En parallèle, il convient de souligner le poids inégalement fort des logiques supranationales : le système éducatif français n’est pas imperméable aux modèles étrangers et aux recommandations européennes, voire mondiales.
Ces influences ne sont pas toujours clairement perceptibles, conscientes ou conscientisées. Il n’en reste pas moins que les nouvelles valeurs autour du management, des outils et de l’évaluation contribuent à orienter les réformes nationales, posant ainsi la question de la globalisation des politiques d’éducation. Ces dernières sont donc modelées aux échelles locale et nationale ; cette articulation pouvant parfois donner lieu à des tensions dans la mise en oeuvre des prescriptions. En effet, au sein d’un territoire, les enjeux de réussite des apprenants (élèves, étudiants et alternants) dépendent d’une synergie collective des différents acteurs qui ont souvent une perception limitée de cet emboîtement d’échelles politique et fonctionnelle, du fait de la place qu’ils occupent au sein du système. Alors que le territoire vécu constitue l’élément de référence pour l’élève et l’étudiant, cette dimension semble cristalliser les difficultés à l’origine des ruptures de parcours.

Les auditeurs se sont demandé comment le territoire vécu pouvait être pris davantage en considération. Ils ont dégagé des étonnements communs, déclinés en trois parties :

  • Des politiques éducatives mises en oeuvre dans les territoires.
  • Gouvernance et pilotage.
  • Identités, besoins et parcours des acteurs.
Revenir à la navigation

Sommaire

Tour de France des auditeurs
Introduction générale

1. Les politiques éducatives : territoires et mises en oeuvre

1.1 Quelles finalités pour les politiques éducatives ?
Étonnement 1 - Ambition et réussite : une culture dominante et urbaine
Étonnement 2 - Équité territoriale : une efficience diverse dans les lieux observés
Étonnement 3 - Égalité des chances : l’offre de formation de proximité présentée comme la solution
Étonnement 4 - Éducation à la mobilité : un enseignement encore trop marginal

1.2 Mise en oeuvre des politiques éducatives entre local et national
Étonnement 5 - L’échelon national toujours très présent en dépit du renforcement du rôle des académies
Étonnement 6 - Des limites observées de la politique éducative au collège
Étonnement 7 - L’appropriation de l’autonomie par les EPLE en questionnement
Étonnement 8 - Les CMQ, des relations avec les entreprises à consolider davantage

1.3 Politiques éducatives et enjeux de valorisation territoriale
Étonnement 9 - La labellisation : généralisation d’une politique performative
Étonnement 10 - Les effets indirects du « New Public Management »
Étonnement 11 - Des clivages résistants aux actions de mutualisation
Étonnement 12 - Les politiques éducatives : des outils d’aménagement et de valorisation du territoire


2. Gouvernance et pilotage

2.1 Les enjeux territoriaux de la gouvernance
Étonnement 13 - La gouvernance : une notion polysémique et en perpétuelle évolution
Étonnement 14 - La gouvernance : une tension entre échelons national et local
Étonnement 15 - La gouvernance : une mosaïque d’acteurs aux intérêts divers
Étonnement 16 - L’homogénéité des politiques éducatives face à l’émergence d’échelles multiples de gouvernance
Étonnement 17 - Une géopolitique des acteurs en pleine mutation : vers un nouveau modèle d’organisation et d’interactions
Étonnement 18 - Une tension entre verticalité et horizontalité
Étonnement 19 - Le pilotage entre promesse d’autonomie locale et sentiment de liberté encadrée

2.2 Impact des pilotages sur le rôle et le poids des différents acteurs
Étonnement 20 - L’acteur local pivot des politiques éducatives
Étonnement 21 - La réorganisation territoriale : l’émergence de nouveaux acteurs dans un écosystème redéfini
Étonnement 22 - Valoriser les talents et parcours des acteurs
Étonnement 23 - L’autonomie à l’échelle locale ou la délicate question du bon degré de pilotage

2.3 Évaluer les actions au regard des valeurs des acteurs et du sens de l’École républicaine
Étonnement 24 - Piloter efficacement : une nécessaire culture de l’évaluation
Étonnement 25 - L’importance du sens pour faire face à l’usure des acteurs
Étonnement 26 - Une vision centrale trop peu partagée par l’ensemble des acteurs


3. Identités, besoins et parcours des acteurs

3.1 Identités et territoires : quelle éducation ? Quelles formations ?
Étonnement 27 - La démarche systématique de catégorisation des territoires
Étonnement 28 - Le discours sur la relation entre l’École et les identités
Étonnement 29 - La mobilité, un paramètre à la marge pour beaucoup d’élèves, d’étudiants, de personnels
Étonnement 30 - Enseigner sans prendre en compte les spécificités du territoire, une opportunité manquée
Étonnement 31 - L’ancrage au sein des territoires, une force et une faiblesse du parcours professionnel

3.2 Identifier les besoins des territoires en ressources humaines tout comme les besoins des ressources humaines sur les territoires
Étonnement 32 - La difficulté à identifier et à prendre en compte collectivement les besoins d’un territoire
Étonnement 33 - L’identification partielle des compétences des personnels en tant que ressource pour les territoires
Étonnement 34 - Le défi de rendre certains territoires attractifs de façon durable
Étonnement 35 - Des solutions limitées pour faire coexister ancrage territorial et évolution professionnelle
Étonnement 36 - Une agilité encore à développer par les ministères dans la gestion des compétences professionnelles de leurs personnels

3.3 Accompagner dans l’espace et dans le temps les parcours de formation et les identités : un défi humaniste majeur pour le service public d’éducation au XXIe siècle
Étonnement 37 - La prise en compte insuffisante des inégalités liées à l’éloignement
Étonnement 38 - Un accompagnement encore à renforcer pour les élèves fragilisés par un parcours non-linéaire
Étonnement 39 - Une offre de formation via les campus connectés encore limitée dans la réalité
Étonnement 40 - Une lisibilité partagée des compétences professionnelles à renforcer
Étonnement 41 - Une politique de formation continue des personnels inaboutie
Étonnement 42 - L’insuffisante articulation entre l’élaboration des stratégies territoriales et les connaissances et compétences des personnels d’encadrement

Conclusion Générale
Glossaire
Annexes
Remerciements

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'étude

Pagination : 80 pages

Édité par : Institut des hautes études de l’éducation et de la formation

Collection :

Revenir à la navigation