La formation initiale à l'aune des nouveaux défis scientifiques, technologiques, environnementaux et dans une perspective de souveraineté renforcée de la France : état des lieux et politiques territoriales

Auteur(s) moral(aux) : Inspection générale de l'Éducation, du Sport et de la Recherche

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

Après une analyse de la désindustrialisation en France et de ses conséquences, ce rapport propose trois axes d’action pour relancer une culture industrielle dans les formations initiales, notamment au collège et au lycée.

La mission propose de déployer l’approche STIM (science, technologie, ingénierie, mathématiques), interdisciplinaire et concrète, et de donner davantage de libertés aux académies pour définir leur carte de formation en lien avec les milieux industriels et les collectivités.

Revenir à la navigation

Sommaire

SYNTHÈSE
Liste des recommandations
Introduction

PREMIÈRE PARTIE – POLITIQUE INDUSTRIELLE ET SOUVERAINETÉ

1. Le déclin industriel de la France, ses causes, ses effets
1.1. La désindustrialisation
1.2. Un déclin qui a touché tous les secteurs industriels, mais de manière différente
1.3. Un déclin qui s’explique par de très nombreuses causes
1.4. Les effets de la désindustrialisation

2. Une prise de conscience française et européenne progressive avant la crise sanitaire
2.1. En Europe
2.2. En France

3. Une analyse rendue difficile par la complexité de la notion de souveraineté
3.1. Les fausses pistes de la souveraineté
3.2. Les mesures générales qui peuvent contribuer à une certaine résilience économique
3.3. Les deux impératifs : disposer de briques technologiques essentielles et investir dans les marchés émergents

4. Le choix des politiques de réindustrialisation
4.1. Le préalable : connaitre nos vulnérabilités n’est pas un exercice aisé
4.2. Les politiques de rattrapage technologiques au niveau européen
4.2.1. Les projets européens
4.2.2. Les interrogations suscitées par les politiques de souveraineté européenne
4.3. Les politiques de relance mises en place en France depuis la crise sanitaire

DEUXIÈME PARTIE – LES ATTENTES DES ENTREPRISES ET DES FILIÈRES FACE À L’APPAREIL DE FORMATION

1. Les secteurs industriels repérés par la mission
1.1. La place de la métallurgie et de l’électronique en France
1.2. Le secteur de l’électronique en France
1.3. L’industrie agroalimentaire en France
1.4. Le secteur de la chimie en France
1.5. Le secteur des industries et technologies de santé en France

2. Les secteurs du plan de relance face aux transitions environnementales, énergétiques et numériques
2.1. La transformation numérique des entreprises
2.2. La transition environnementale

3. Les enseignements et constats tirés des entretiens menés par la mission : le décrochage des métiers de la production
3.1. Un décrochage global des filières de production
3.2. De fortes tensions sur les métiers de la production et de la maintenance pour tous les secteurs retenus par le plan de relance
3.3. Des tensions moins importantes sur le niveau technicien
3.4. Des formations relativement satisfaisantes au niveau ingénieur
3.5. La recherche de profils ayant de doubles compétences
3.6. Le recours de plus en plus fréquent par les entreprises à une formation initiale interne, coûteuse et chronophage
3.7. L’emploi féminin, un enjeu important et multiple
3.8. Les modalités de formation par apprentissage plébiscitées
3.9. De bonnes collaborations avec le milieu académique, assorties cependant de quelques nuances
3.10. La maîtrise insuffisante du socle et de la pratique chez les bacheliers

4. Une rencontre encore difficile entre l’éducation nationale et l’industrie
4.1. L’image négative de l’industrie auprès de l’opinion publique
4.2. Une connaissance mutuelle réciproque insuffisante entre l’industrie et l’Éducation nationale

TROISIÈME PARTIE – RECOMMANDATIONS POUR ACCOMPAGNER LA RECHERCHE D’UN NOUVEL ÉQUILIBRE

1. Créer un choc de communication autour du plan de relance

2. Rendre plus dynamique l’appareil de formation
2.1. En rénovant le dialogue institutionnel entre MENJS, MESRI et les industriels
2.2. En laissant aux établissements davantage de liberté dans l’application des référentiels

3. Définir des objectifs stratégiques pour une meilleure fluidité des parcours de formation dans les voies professionnelles et technologiques

4. Faciliter une approche intégrée des sciences et technologies au bénéfice de l’emploi industriel

5. Soutenir les évolutions préconisées par le renforcement de la formation initiale et continue des enseignants

Conclusion

Annexes

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'inspection

Pagination : 105 pages

Édité par : Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche

Collection :

Revenir à la navigation