Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

Ce rapport porte pour l’essentiel sur la situation des personnes âgées vulnérables dans trois des départements d’outre-mer, Guadeloupe, Martinique et la Réunion.

Les DOM faisant l’objet de la présente étude connaissent un vieillissement accéléré de leur population. L’augmentation de l'espérance de vie (dix ans supplémentaires entre 1965 et 1986), la baisse de la fécondité, l’émigration des jeunes (notamment issus des classes sociales les plus aisées) vers la métropole sont autant de facteurs explicatifs de l’augmentation du nombre et de la proportion des personnes âgées. S’y ajoutent les « retours » de natifs d’âge mûr souhaitant « finir leurs vieux jours au pays ».

Départements autrefois jeunes, la Martinique et la Guadeloupe ont aujourd’hui rattrapé la métropole en matière de taux de personnes âgées et vont ensuite connaître un vieillissement important en même temps qu’une baisse de la natalité. La proportion de personnes âgées devrait dépasser le tiers de la population en 2030 (à titre de comparaison la métropole n’atteindra le taux de 33% qu’en 2050, soit vingt ans plus tard). Ces départements deviendraient les plus vieux de France en 2040.
La Réunion se distingue aujourd’hui par une population beaucoup plus jeune qu’en métropole et un taux de natalité plus élevé, mais le territoire connait néanmoins une augmentation conséquente de sa population âgée.

Revenir à la navigation

Sommaire

I. Éléments de contexte

A. Une forte progression du nombre de personnes âgées vulnérables
1. Vieillissement
2. Un mauvais état de santé explique la fréquence plus élevée des situations de vulnérabilités et une entrée en dépendance plus précoce qu’en métropole
3. Projections de personnes âgées vulnérables à l’horizon 2030

B. La situation des aidants

C. Modestie des ménages
1. Les personnes âgées
2. Les aidants : une situation contrastée
3. Ces éléments emportent deux conséquences directes sur la prise en charge financière de la vulnérabilité

II. La prise en charge actuelle

A. Les bénéficiaires de l’aide sociale

B. La prise en charge à domicile par l’APA
1. Les allocataires
2. Plan consommé (quel que soit le payeur : allocataire/département)
3. Le recours à l’emploi de gré à gré est trois fois plus élevé qu’en métropole
4. Politique tarifaire des départements
5. Le reste à charge

C. L’hébergement hors du domicile historique
1. Le faible niveau du parc des Ehpad
2. Répartition des résidents par GIR
3. Des coûts élevés
4. La qualité des établissements
5. L’aide sociale à l’hébergement

III. Financement

A. Le Financement de l’APA
1. Dépenses d’APA
2. Taux de couverture par la CNSA
3. Taux d’effort
4. Effet attendu de l’augmentation des dépenses d’APA sur le taux d’effort dans les DOM à l’horizon 2040
5. Évolution des critères de répartition du concours de la CNSA et incidence sur le montant alloué à la Guadeloupe, la Martinique et la Réunion

B. Place des dépenses d’aide sociale dans le budget des départements

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'étude

Pagination : 26 pages

Édité par : Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge

Collection :

Revenir à la navigation