Égalité, stéréotypes, discriminations entre les femmes et les hommes : perceptions et vécus chez les jeunes générations en 2022

Auteur(s) moral(aux) : Haut Conseil à l'Égalité entre les Femmes et les Hommes

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

Ce rapport, publié par le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (HCE), porte sur les perceptions et vécus de l’égalité chez les jeunes générations. Cette mission porte spécifiquement sur la façon dont les jeunes générations, notamment les jeunes de 17-19 ans, perçoivent la répartition des rôles sociaux des femmes et des hommes dans la sphère familiale, professionnelle et dans la société, au moment de la pandémie et, plus largement, sur la façon dont elles les envisagent pour l’avenir.

La mission formule dix recommandations :

  • conditionner les subventions aux structures et associations œuvrant dans le domaine du sport et des espaces de loisirs au respect de l’égalité entre les femmes et les hommes (principe d’égaconditionnalité),
  • sur les réseaux sociaux, faire évoluer la législation pour obliger les influenceurs présents sur les réseaux sociaux à indiquer lorsqu’une photo a été retouchée,
  • rendre systématique une présence signifiante de figures féminines dans les programmes scolaires,
  • adopter un plan national d’orientation professionnelle des jeunes filles vers les métiers techniques, du numérique, et d’avenir,
  • dans la continuité du plan « Angela », adopter un plan national pour la sécurité des jeunes femmes dans la rue,
  • faire évoluer la législation nationale et européenne pour lutter efficacement contre la violence sexiste en ligne,
  • s’assurer de la bonne montée en puissance de la formation à l’égalité filles-garçons des personnels de l’éducation nationale en établissant, à la rentrée 2022, un quota de minimum 50 % de personnel formé, et un bilan à jour,
  • organiser une grande consultation nationale des collégiens et lycéens pour adapter l’enseignement sur la vie sexuelle et affective,
  • rendre obligatoire une journée annuelle spécifique sur le harcèlement, le cyber‑harcèlement et les violences en ligne, dans tous les établissements,
  • pour garantir la tenue des enseignements obligatoires à la sexualité, coordonner, outiller et évaluer ces programmes.
Revenir à la navigation

Sommaire

Synthèse 

Recommandations : 10 mesures pour un plan national de l’éducation à l’égalité, dans l’enseignement, l’espace public et numérique 

Introduction 

I. Les jeunes, conscient·es des stéréotypes, se projettent dans un avenir plus égalitaire 

A. Une sensibilisation croissante mais asymétrique à la question des inégalités 

1. Une génération consciente des discriminations 
a. Les jeunes gens sont majoritaires à avoir pris conscience de l’enjeu que représente l’égalité femmes-hommes
b. La notion de féminisme paraît relativement courante 
c. Toutes les formes de discriminations sont des problématiques centrales chez les jeunes générations, qu’elles soient conscientisées, désignées, et/ou vécues
 

2. Une génération féminine particulièrement engagée sur l’égalité, à travers les réseaux sociaux 
a. Chez les femmes particulièrement, la sensibilité aux questions d’égalité peut faire l’objet d’un engagement relativement précoce 
b. L’expression plus libérée que favorisent les réseaux en ligne a donné naissance à de nombreux phénomènes marquants pour les droits des femmes et l’égalité de genre 

B. Les jeunes appellent de leurs voeux une division du partage des tâches domestiques différente et plus égalitaire 

1. Le partage des tâches domestiques reste déséquilibré chez les jeunes générations 
a. Le partage de la charge domestique n’a pas fondamentalement progressé 
b. Il existe une différence marquée entre l’opinion des filles et des garçons sur les attentes parentales
 

2. La génération Z pourrait voir une nette amélioration dans le partage des tâches tant domestiques que familiales 
a. Trois phénomènes affectant la génération Z devraient logiquement rendre plus égalitaire la répartition des charges 
b. Un discours encore ambigu sur le partage du congé parental et les modes de garde 

II. Malgré leur conscience aiguë des stéréotypes, les jeunes continuent de les subir 

A. Les jeunes évoluent dans des environnements stéréotypés 

1. Le sport comme pratique genrée et excluante dès le plus jeune âge 
a. La pratique sportive impacte les jeunes et renforce les attitudes genrées 
b. Les micro-espaces publics, tels que la cour de récréation, n’échappent pas à ce déséquilibre 

2. L’impact des réseaux sociaux sur les jeunes et leur perception d’elles‑mêmes et d'eux‑mêmes 

B. Un conditionnement sexué consolidé dans le cadre scolaire 

1. L’école, fabrique des stéréotypes 
a. Dès leur entrée dans le système éducatif, les enfants sont confronté·es, notamment à travers les manuels scolaires, à des représentations genrées qui favorisent l’internalisation des normes. 
b. Au-delà des représentations des femmes, les supports pédagogiques utilisés dans ces manuels mettent en valeur les travaux des hommes, tout en invisibilisant le travail produit par les femmes.

2. Les choix d’orientation consolident les spécialisations genrées 
a. En lycée général 
b. En lycée professionnel 

III. Une génération en manque d’éducation à la vie relationnelle

A. Répondre aux violences dans un environnement évolutif

1. Le harcèlement 
a. Le harcèlement de rue est connu et pointé du doigt par beaucoup de jeunes, majoritairement les filles . 
b. Conscientisé, le harcèlement de rue fait l’objet de diverses stratégies d’évitement. 
c. Un manque d’information et d’éducation notamment des garçons sur la notion de harcèlement et sur la neutralité des relations entre les sexes 

2. La pornodivulgation et la violence sexiste en ligne 
a. Grand·es utilisateurs et utilisatrices des réseaux sociaux, ce sont aussi les jeunes qui sont le plus souvent confronté·es aux violences en ligne. 
b. Le revenge porn

B. Les enjeux de l’EVRAS : les exigences accrues des jeunes faces aux dispositifs mis en place par l’Éducation nationale 

1. Le cadre législatif fixe des exigences en matière d’éducation à l’égalité et à la vie affective et sexuelle, mais il est peu appliqué 

2. Un milieu scolaire vécu comme mal protégé des violences sexistes et sexuelles 
a. Les jeunes n’ont pas souvenir d’avoir reçu l’enseignement prévu dans les programmes
b. Quant aux autres lieux de vie collective — centres de loisirs, colonies, clubs sportifs… — aucune consigne ne semble réellement donnée selon les jeunes
c. Les jeunes générations appellent de leurs voeux une véritable éducation aux rapports sociaux et aux relations humaines

Bibliographie

Remerciements et liste des personnes rencontrées

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'étude

Pagination : 88 pages

Édité par : Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes

Collection :

Revenir à la navigation