Présentation

Longtemps sous-estimé, l’illettrisme apparaît au grand jour à la faveur d’indicateurs robustes et convergents. Au-delà des données statistiques, il correspond à une réalité contrastée et complexe que l’on observe y compris dans des formes très contemporaines.

Cette mission prospective sur l’illettrisme présente un bilan chiffré et invite à une analyse des différents moyens par lesquels l’école, tout au long du cursus scolaire, parvient à prévenir l’illettrisme puis à lutter contre ce danger.

Le rapport préconise de :

  • Structurer le pilotage national et académique autour d’instances spécifiques et d’objectifs précis,
  • Tester scrupuleusement, identifier finement la difficulté et la traiter dans l’instant,
  • Renforcer la formation et la culture commune des équipes.
Revenir à la navigation

Sommaire

Synthèse 

Liste des préconisations

Introduction

1. Une situation persistante qui devient très préoccupante 

1.1. Des données qui ne peuvent plus être ignorées
1.1.1. Mesures et indicateurs globaux 
1.1.2. Dans la diachronie : un sillon qui s’approfondit ?
1.1.3. Certains territoires sont plus touchés que d’autres
1.1.4. Le cas des territoires ultramarins
1.1.5. Des angles morts : ces jeunes qui échappent aux évaluations
1.2. De nouvelles situations d’illettrisme s’imposent à l’ère du numérique 
1.2.1. Des situations et des formes actuelles multiples : innumérisme et inhabilité numérique
1.2.2. Stratégies de compensation et de contournement : les nouveaux « faux lecteurs » 
1.3. Des querelles scientifiques ont retardé la nécessaire prise de conscience 
1.4. Un sujet longtemps resté hors de l’attention de l’Éducation nationale
 
1.4.1. Un sujet refoulé ? 
1.4.2. Le paradoxe des bornes de l’illettrisme
1.4.3. La difficile prise en compte de la difficulté scolaire, notamment en collège
1.4.4. La prise en charge de l’illettrisme en dehors de la France

2. Un pilotage qu’il convient d’interroger

2.1. Le pilotage national est encore en phase de structuration
2.1.1. Une absence de vision stratégique globale
2.1.2. Une période récente consacrée essentiellement à la gouvernance
2.1.3. Une question récemment reprise en main par le bureau de l’orientation et de la lutte contre le décrochage de la DGESCO du MENJS
2.2. Les traitements académiques du sujet sont très divers 
2.2.1. Des portages du dossier « illettrisme » différemment structurés et superposés à d’autres missions 
2.2.2. Un terrain riche d’actions et d’initiatives – dans et hors de l’école – sans réelle coordination
2.2.3. Des familles diversement informées et impliquées 
2.2.4. Quelques engagements rectoraux porteurs d’espoir
2.3. Les chiffres des JDC se révèlent sans suivi satisfaisant 
2.3.1. Des transmissions souvent sans effet ou sans traçabilité 
2.3.2. Des suivis ont pu être mis en place dans quelques académies – avec des résultats remarquables
2.3.3. Le nouveau contexte du Service national universel (SNU) 

3. Un impensé pédagogique qui grève toute réflexion

3.1. « Le couloir de l’illettrisme traverse notre école » : des mécanismes dont il faut prendre conscience 
3.1.1. La prise en considération du stade préscolaire encore minorée 
3.1.2. L’école maternelle, une étape déterminante pour la réussite du parcours scolaire 
3.1.3. À l’école élémentaire, certains élèves sont toujours fragilisés
3.1.4. Au collège, les enjeux se situent au niveau de la compréhension de l’écrit : une situation qui engendre frustration et relégation
3.1.5. Au lycée professionnel, l’étau se resserre 
3.1.6. La souplesse autorisée par la logique de cycles n’est pas pleinement exploitée
3.2. Des points de vigilance et des apprentissages essentiels qui sont manqués 
3.2.1. Des signaux ignorés : les évaluations nationales sont encore trop peu mobilisées et partagées 
3.2.2. Les liens pédagogiques entre l’oral et l’écrit sont encore trop distendus 
3.2.3. La différenciation et la diversification pédagogiques demeurent peu actualisées 
3.2.4. Les enjeux de l’endurance et de la polylecture sont mal envisagés 
3.3. La formation des cadres et des enseignants aborde la problématique de l’illettrisme de façon inégale et fragmentée
3.3.1. La formation initiale est marquée par la diversité d’une académie à l’autre
3.3.2. La formation continue des enseignants s’est massivement développée ces dernières années autour de l’enseignement des fondamentaux
3.3.3. La place de l’illettrisme est dans les plans de formation
3.3.4. De nouvelles données qui ne sont pas encore intégrées dans les contenus de formation

4. Des actions, dispositifs et expérimentations qui sont diversement mobilisés pour prévenir l’illettrisme et lutter contre le phénomène

4.1. L’abaissement de l’âge de début d’instruction obligatoire est un enjeu fort, dont les effets restent à confirmer
4.2. L’éducation prioritaire est peu mise en avant par les acteurs de terrain
4.3. De récents modes de maillage territorial semblent plus propices à une prise en charge du phénomène
4.4. Les dispositifs internes sont largement mis en oeuvre
4.5. Les ressources externes et partenariales sont diversement sollicitées 
4.6. La MLDS propose une prise en charge ferme et formalisée des jeunes décrocheurs susceptibles d’être en situation d’illettrisme
4.7. La concertation des équipes, en amont et en aval de la difficulté scolaire, demeure en dessous des défis

5. Préconisations

5.1. Structurer le pilotage national et académique autour d’instances spécifiques et d’objectifs précis 
5.1.1. Créer un conseil scientifique et pédagogique
5.1.2. Renforcer le pilotage national du dossier 
5.1.3. Organiser le pilotage académique, à tous les échelons de gouvernance 
5.2. Tester scrupuleusement, identifier finement la difficulté et la traiter dans l’instant 
5.2.1. Mettre en place une détection adaptative et renforcée 
5.2.2. Identifier la difficulté 
5.2.3. Formaliser dans l’instant une prise en charge adéquate 
5.3. Renforcer la formation et la culture commune des équipes 
5.3.1. Outiller et former, en formation initiale et continue (en déclinant notamment les axes des assises nationales)
5.3.2. Mettre en oeuvre la formation systématique de tous les T1 sur le sujet 
5.3.3. Mutualiser les ressources locales, académiques, nationales 

Annexes 

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'inspection

Pagination : 60 pages

Édité par : Inspection générale de l'éducation, du sport et de la recherche

Collection :

Revenir à la navigation