Présentation

Ce dossier propose une synthèse et analyse les déterminants de l’état de santé en mobilisant les données les plus récentes, avec un focus sur les inégalités sociales et territoriales de santé. La santé est un concept complexe dont la mesure dépend de nombreux facteurs individuels et collectifs. Il s'appuie en particulier sur les données du Système national des données de santé (SNDS) et son appariement avec des données sociodémographiques (EDP-santé), de l’enquête santé européenne (EHIS) 2019, de l’enquête Épidémiologie et Conditions de vie (EpiCov) de 2020-2021, mais aussi les résultats d’études récentes.

Revenir à la navigation

Sommaire

INTRODUCTION

I. L’ÉTAT DE SANTÉ EN FRANCE : UNE ÉVOLUTION CONTRASTÉE PARCOURUE PAR DE FORTES INÉGALITÉS

1 - Une population de plus en plus âgée
 

2 - L’espérance de vie sans incapacité à 65 ans croît plus vite que l’espérance de vie à 65 ans sur la période récente
 

3 - La réduction de la mortalité et de la mortalité prématurée se poursuit malgré des épisodes de surmortalité, mais les inégalités de mortalité persistent
Une réduction de la mortalité et de la mortalité prématurée
Plus de la moitié des décès en 2017 causés par les cancers et les maladies cardio-neurovasculaires
Une mortalité plus élevée dans le nord et le nord-est de la France
Une surmortalité saisonnière liée aux épidémies de grippe
Une surmortalité due à certains épisodes de canicule
Dans les milieux plus défavorisés, les décès arrivent plus tôt dans la vie

4 - Les maladies chroniques, hormis certains cancers, surviennent plus fréquemment chez les personnes aux revenus les plus modestes
Les maladies cardio-neurovasculaires sont les maladies chroniques les plus fréquentes, suivies par les maladies mentales, le diabète et les cancers
Des motifs d’hospitalisation souvent en lien avec une maladie chronique
Les maladies chroniques, hormis certains cancers, surviennent plus fréquemment chez les personnes financièrement défavorisées

5 - Santé mentale, qualité de vie et handicap : les plus âgés et les plus modestes sont plus souvent négativement affectés
Une personne sur dix présente des symptômes dépressifs en 2019
Une personne sur deux se plaint de problèmes de sommeil
Une personne sur cinq âgée de 75 ans ou plus déclare souffrir de douleurs physiques fortes ou très fortes
9 % de personnes sont handicapées, au sens où elles sont fortement limitées depuis au moins six mois dans les activités que les gens font habituellement à cause d’un problème de santé
13 % des résidents de France métropolitaine considèrent bénéficier d’un soutien social faible

6 - L’épidémie de Covid-19 a directement et indirectement affecté l’état de santé de la population
Année 2020 : une baisse de l’espérance de vie du fait du Covid-19
Une surmortalité exceptionnelle liée au Covid-19
Des inégalités sociales dans le développement de formes graves de Covid-19
Une prise en charge de l’activité hospitalière bousculée par la crise sanitaire
Une augmentation des problèmes de santé mentale, particulièrement chez les jeunes
Une consommation accrue de médicaments psychotropes
Une baisse des gestes suicidaires pendant les confinements de 2020 mais une augmentation continue des tentatives chez les jeunes femmes à partir de la fin 2020

II. DÉTERMINANTS DE SANTÉ ET PRÉVENTION

1 - La consommation d’alcool diminue de manière régulière en France depuis plusieurs décennies, mais la France reste dans le groupe de pays européens les plus consommateurs
La consommation quotidienne d’alcool continue de diminuer
… mais les alcoolisations ponctuelles importantes augmentent chez les jeunes entre 2014 et 2019, avant un recul en 2021

2 - Une consommation de tabac quotidienne qui diminue
18,5 % des 15 ans ou plus fument quotidiennement
Des différences significatives de consommation entre les territoires

3 - Chez les plus modestes, une alimentation avec moins de fruits et légumes et plus d’obésité, mais une sédentarité généralisée
En France métropolitaine plus de trois français sur quatre consomment tous les jours des fruits et des légumes
Une population très sédentaire
20 % des personnes résidant en France métropolitaine ne réalisent pas de trajet d’au moins 10 minutes à pied une fois par semaine en France métropolitaine, et plus de 30 % dans les DROM
45 % des personnes résidant en France métropolitaine en surcharge pondérale contre 54 % à Mayotte
La part de personnes obèses diminue avec le niveau de diplôme et le niveau de vie
Les caractéristiques sociodémographiques expliquent une partie des différences territoriales observées pour l’obésité

4 - La pollution de l’air extérieur a des répercussions importantes sur la santé

5 - Plus de contraintes physiques et d’accidents du travail chez les ouvriers
Un risque accru d’accidents du travail en manutention manuelle
Les troubles musculo-squelettiques, première cause de maladies professionnelles
Un quart des salariés exposé à un risque biologique
Les contraintes physiques, restées relativement stables entre 2005 et 2019, touchent particulièrement les ouvriers
Des risques psychosociaux stables entre 2016 et 2019

6 - Un recours au dépistage plus fréquent parmi les catégories sociales plus aisées
Les dépistages demeurent inégalement répandus
Moins de prévention dans les DROM, surtout à Mayotte, avec dix fois moins souvent de mammographies qu’en France métropolitaine

7 - Des couvertures vaccinales souvent incomplètes et inégales

8 - Des disparités sociales et territoriales d’accès aux soins qui peuvent se cumuler
Les inégalités d’accès aux médecins généralistes ont tendance à s’accroître
7 % des femmes en âge de procréer résident à plus de 30 minutes d’une maternité
Dans les zones de faible densité médicale, le risque de renoncement aux soins est accru pour les personnes les plus défavorisées.
Parmi les patients victimes d’accident vasculaire cérébrale (AVC), un moindre accès aux unités neurovasculaires (UNV) pour les plus défavorisés

III. DE LA NAISSANCE AU GRAND ÂGE, LES PROBLÈMES DE SANTÉ ÉVOLUENT, LES INÉGALITÉS DEMEURENT

1 - Femmes en âge de procréer : des disparités marquées entre France métropolitaine et DROM
92 % des femmes utilisent un moyen de contraception
Le recours aux interruptions volontaires de grossesse est plus fréquent dans les DROM, et parmi les femmes de milieu modeste
Les femmes résidant dans les DROM présentent un risque de mortalité maternelle multiplié par 4 par rapport à celles de France métropolitaine

2 - Périnatalité : une situation contrastée entre France métropolitaine et DROM, où la mortalité périnatale est 2 fois plus élevée
La mortalité périnatale ne diminue plus et concerne 1 naissance sur 100
La mortalité périnatale est nettement plus élevée dans les DROM
7 % des naissances vivantes sont prématurées

3 - Les inégalités apparaissent avant la naissance et se creusent pendant l’enfance
De nombreux facteurs de risque pour la santé de la femme enceinte et de l’enfant à la naissance sont surreprésentés dans les milieux les plus défavorisés
Dès la naissance, plus de surpoids parmi les enfants d’ouvriers que parmi ceux des cadres
Les enfants d’ouvriers aussi nombreux que les autres à avoir un trouble de la vue (en 2017) mais portent moins souvent des lunettes
18 % des effectifs de classe de troisième sont en surpoids en 2017
Les habitudes de vie provoquent de fortes disparités

4 - Les maladies chroniques chez les personnes âgées prennent de plus en plus d’ampleur
Les polypathologies sont de plus en plus fréquentes
À partir de 75 ans, 17 % des femmes et 26 % des hommes cumulent au moins trois pathologies

IV. BIBLIOGRAPHIE

V. LEXIQUE

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'activité

Pagination : 70 pages

Édité par : Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques

Collection :

Revenir à la navigation