Bilan des résultats de l'Ecole - 2007 - L'école primaire

Auteur(s) moral(aux) : Haut Conseil de l'Éducation

Consulter nos sélections de rapports publics

En savoir plus

Date de remise :

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

Dans son premier rapport annuel, le Haut conseil de l'éducation dresse un bilan préoccupant des résultats de l'école primaire. En effet chaque année, quatre écoliers sur dix, soit environ 300 000 élèves, sortent du CM2 avec de graves lacunes : près de 200 000 d'entre eux ont des acquis fragiles et insuffisants en lecture, écriture et calcul - plus de 100 000 n'ont pas la maîtrise des compétences de base dans ces domaines, ce qui les empêche de poursuivre une scolarité normale au collège. L'école primaire peine à prendre en compte les différences de rythme individuel et les difficultés d'apprentissage. Elle est adaptée aux quelque 60 % des élèves qu'elle prépare correctement à la poursuite des études mais éprouve des difficultés à mettre en place un soutien et un rattrapage efficaces pour les 40 % d'élèves en difficulté. Le rapport pose également la question de la responsabilité de l'école maternelle dans l'échec scolaire à long terme.

Revenir à la navigation

Sommaire

AVANT-PROPOS
 
INTRODUCTION

 

 I. L’AVENIR SCOLAIRE DES ENFANTS SEMBLE DÉTERMINÉ TRÈS TÔT

 1. Les élèves obtiennent des résultats très contrastés à l’issue du primaire
 60 % obtiennent des résultats acceptables ou satisfaisants
 25 % ont des acquis fragiles
 15 % connaissent des difficultés sévères ou très sévères
 
 2. Les difficultés, identifiées dès le début de la scolarité, s’aggravent avec le temps
 Le niveau à l’entrée au CP pèse très fortement sur les chances d’un cursus scolaire régulier
 Le problème s’amplifie tout au long du parcours scolaire
 

 II. LES DISPOSITIFS ET LES OUTILS PÉDAGOGIQUES SONT INADAPTÉS OU MAL UTILISÉS

 1. Le redoublement précoce est inefficace et contraire à l’égalité des chances
 
 2. Les cycles n’ont pas vraiment été mis en œuvre
 
 3. Les outils d’évaluation sont insuffisamment utilisés

 

 III. L’ÉCOLE MATERNELLE NE MET PAS TOUS LES ENFANTS DANS LES CONDITIONS DE RÉUSSIR À L’ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE

 1. Les premiers apprentissages jouent un rôle déterminant
 
 2. Il existe un écart entre les textes officiels et les pratiques

 

 IV. LE PILOTAGE NATIONAL MANQUE DE PRISE SUR LA RÉALITÉ

 1. Les décisions sont appliquées très lentement
 
 2. Certaines ressources humaines sont mal réparties
 
 3. La formation initiale et continue des maîtres est inadaptée aux besoins

 

 V. LE PILOTAGE DE PROXIMITÉ EST TRÈS INSUFFISANT

 1. L’organisation de l’école primaire pénalise aujourd'hui son efficacité
 Des écoles très dispersées
 Une direction d’école sans véritable statut
 
 2. Le rôle des inspecteurs de l’Éducation nationale est à redéfinir
 

CONCLUSION
 
 ÉTUDES
 
 COMPOSITION DU HAUT CONSEIL DE L'ÉDUCATION

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport d'étude

Pagination : 20 pages

Édité par : Haut conseil de l'éducation

Revenir à la navigation