Rapport d'information déposé (...) par la commission des finances, de l'économie générale et du plan en conclusion des travaux de la Mission d'évaluation et de contrôle (MEC) sur le musée du Louvre

Auteur(s) moral(aux) : Assemblée nationale. Commission des Finances, de l'Économie générale et du Plan

Consulter nos sélections de rapports publics

En savoir plus

Date de remise :

Présentation

Dès le 1er janvier 1993, le musée du Louvre devenait un établissement public administratif (EPA), initiant un processus qui implique une responsabilité accrue et une souplesse de gestion des ressources humaines. De ce fait, le présent rapport constate que le musée du Louvre est devenu un laboratoire d'expérimentation à l'avant-garde des réformes à venir. Ce rapport analyse les enjeux de financement du Louvre, son financement à l'heure de la crise économique et financière (question de la pertinence de la gratuité, incertitudes sur le niveau de fréquentation, le mécénat, le rendement du fonds de dotation), les relations avec la Réunion des musées nationaux (RMN). Il aborde la question de la décentralisation culturelle, nationale (Projet Louvre-Lens) et internationale (Louvre-Abou Dabi) et le prêt d'oeuvres d'art.

Revenir à la navigation

Sommaire

INTRODUCTION
LISTE DES PROPOSITIONS DE LA MEC

 
 
I.– AUTONOMIE ET RESPONSABILISATION : LES DEUX PILIERS DE LA RÉFORME DES MUSÉES NATIONAUX

A.– L’AUTONOMIE, UNE CHANCE POUR LES MUSÉES
1.– La réorganisation de l’administration centrale de la Culture dans le cadre de la RGPP
2.– La transformation de quatre musées nationaux SCN en établissements publics
3.– Pour la généralisation du statut d’établissement public
B.– L’AUTONOMIE DES MUSÉES IMPLIQUE UNE RESPONSABILITÉ ACCRUE
1.– Généraliser la contractualisation aux musées nationaux établissements publics
2.– Étendre le pilotage par la performance aux musées nationaux SCN
3.– Veiller au respect des orientations de la politique immobilière de l’État par les ministères et leurs opérateurs
4.– Assurer la cohérence des objectifs et indicateurs de performance d’un établissement à l’autre

II.– LES RESSOURCES HUMAINES : CONCILIER SOUPLESSE DE GESTION ET ACCOMPLISSEMENT DES MISSIONS DE SERVICE PUBLIC TOUT EN PRÉVENANT L’INFLATION DES EFFECTIFS

A.– REPENSER LES LEVIERS D’ACTION À LA DISPOSITION DU MUSÉE-EMPLOYEUR
1.– Un contrôle encore trop partiel du volet « ressources humaines »
2.– Encourager une déconcentration plus poussée de la gestion des ressources humaines
3.– Adapter le système de rémunération
B.– MAÎTRISER LES RESSOURCES HUMAINES
1.– Surveiller la croissance de la masse salariale et des effectifs
2.– Améliorer le pilotage par la tutelle de la gestion des ressources humaines

III.– LES ENJEUX DE FINANCEMENT DU LOUVRE : ENTRE RÉUSSITES ET INTERROGATIONS

A.– L’ÉVOLUTION DES FINANCEMENTS DU MUSÉE
1.– Le Louvre a réussi à développer et à diversifier ses ressources
2.– La gratuité, une mesure pertinente ?
B.– LA CRISE FINANCIÈRE ET ÉCONOMIQUE ACTUELLE FAIT PESER UNE TRIPLE INCERTITUDE SUR LA SITUATION FINANCIÈRE FUTURE DU LOUVRE
1.– Première incertitude : le niveau de fréquentation
2.– Deuxième incertitude : le montant des ressources de mécénat
3.– Troisième incertitude : le rendement du fonds de dotation


IV.– LA RMN ET LES MUSÉES NATIONAUX : JE T’AIME, MOI NON PLUS ?

A.– LES RELATIONS ENTRE LA RMN ET LE LOUVRE : DÉPASSER LES DIFFÉRENDS
1.– Les publications : une concurrence coûteuse et source d’inefficacités
2.– Le fonds photographique : en attente d’une clarification de la part de la tutelle
3.– La boutique du Carrousel : rétablir le dialogue
4.– Déterminer l’opérateur le plus efficace : la nécessité d’une analyse des coûts comparés
B.– RÉÉQUILIBRER LES RELATIONS ENTRE LA RMN ET LES MUSÉES SCN
1.– Le constat partagé d’un dialogue insuffisant entre la RMN et les musées SCN
2.– Associer pleinement les musées SCN à la politique de la RMN
 
V.– LE LOUVRE HORS LES MURS : ASSURER LES COOPÉRATIONS

A.– LA DÉCENTRALISATION CULTURELLE : LE PROJET LOUVRE-LENS
1.– Un projet ambitieux mené en partenariat avec le territoire
2.– La nécessité de dépasser les blocages
B.– LE DÉVELOPPEMENT DU MUSÉE À L’INTERNATIONAL
1.– Des partenariats traditionnels aux nouvelles formes de coopération
2.– Le Louvre-Abou Dabi : porte-drapeau du rayonnement culturel de la France
C.– LA NÉCESSITÉ D’UNE GESTION PRÉVISIONNELLE ET COORDONNÉE DE LA POLITIQUE DE PRÊTS
1.– Les craintes d’une tension sur les collections du Louvre
2.– Mettre en place un « guichet unique » pour assurer le développement futur du musée
 

EXAMEN EN COMMISSION
I.– LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES
II.– COMPTE RENDU DES AUDITIONS

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport parlementaire

Pagination : 181 pages

Édité par : Assemblée nationale

Revenir à la navigation

mots-clés :