Rapport annuel du Haut conseil à l'intégration pour le second semestre de l'année 2011 et l'année 2012 - Volume II - Tome 1 : Intégrer dans une économie de sous emploi

Date de remise :

Auteur(s) moral(aux) : Haut Conseil à l'Intégration. Secrétariat

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

L'avis du Haut conseil de l'intégration (HCI) porte sur la question de l'emploi des immigrés et de leurs descendants directs. Si le HCI constate un même taux de chômage élevé pour ces deux catégories, il observe cependant des caractéristiques propres, le conduisant à traiter distinctement la situation des immigrés de la première génération et de leurs enfants.

Revenir à la navigation

Sommaire

Présentation

Introduction

Repères

Première partie : L’emploi des immigrés : une inadéquation au marché du travail

Chapitre 1 : L’immigration dans un contexte de chômage structurel
1.1. L’immigration de travail maîtrisée…
1.2. … a laissé la place à l’immigration familiale
1.3. L’ouverture du marché du travail : une parenthèse ?

Chapitre 2 : Qui sont les nouveaux immigrés entrant sur le marché du travail ?
2.1. Les entrées pour motif économique
2.2. Des flux non mesurés : l’entrée des ressortissants de l’Union européenne
2.3. Les autres primo-arrivants pouvant accéder au marché du travail
2.4. Les immigrés en situation irrégulière

Chapitre 3 : Les actions pour favoriser l’accès à l’emploi des primoarrivants
3.1. L’apprentissage du français
3.2. Le bilan de compétence professionnelle
3.3. La question de la reconnaissance des diplômes

Chapitre 4 : Les immigrés résidant en France : des emplois moins qualifiés, un taux de chômage plus élevé
4.1. Une situation plus difficile au regard de l’emploi
4.1.1. Les actions des politiques de droit commun
4.1.2. Les politiques de l’emploi
4.1.3. La politique de la Ville
4.1.4. Appui à la création d’activité par les immigrés
4.2.Les obstacles à l’emploi
4.2.1. La maîtrise du français
4.2.2. Des qualifications souvent insuffisantes
4.2.3. L’inadéquation au regard des emplois
4.2.4. Améliorer la coordination et l’efficience des politiques
4.2.4.1. Réunir la politique d’intégration et la politique de la ville
4.2.4.2. Réhabiliter un système d’observation
4.2.4.3.Redonner du sens au PRIPI afin de coordonner la politique d’intégration au niveau régional

Seconde partie : L’emploi des descendants directs : des inadéquations persistantes

Chapitre 1 : De l’école à l’insertion professionnelle
1.1.Les descendants d’immigrés : une orientation plus fréquente dans l’enseignement professionnel
1.1.1.Un site exemplaire : le lycée professionnel de Metz
1.1.1.1.La peur de l’autre, de l’extérieur est un obstacle à la mobilité
1.1.1.2. Le poids de la culture, de la tradition et de la religion
1.1.1.3. La vulnérabilité des filles
1.1.1.4. La maîtrise difficile du français et des codes sociaux
1.2.. L’orientation : des décisions souvent incomprises
1.3. Le développement de l’alternance
1.3.1. Le contrat d’apprentissage
1.3.2. Le contrat de professionnalisation
1.3.3. Un dispositif privilégié pour l’accès à l’emploi mais difficile d’accès pour les jeunes issus de l’immigration
1.4. Les sorties sans qualification et les expériences de « rattrapage »
1.4.1 Les écoles de la deuxième chance
1.4.2. Les établissements publics d’insertion de la Défense
1.5. L’accès aux universités et aux grandes écoles

Chapitre 2 : L’insertion professionnelle des descendants d’immigrés
2.1. L’insertion souvent difficile, dans l’emploi, des descendants d’immigrés
2.1.1. Les Missions locales : un dispositif ancré dans les territoires
2.2. Les dispositifs d’accompagnement et d’aide à l’insertion professionnelle
2.2.1. Le contrat d’autonomie
2.2.2. Le contrat d’insertion dans la vie sociale (Civis)
2.2.3. Le contrat de professionnalisation
2.2.4. Le parrainage
2.2.5. Les clauses d’insertion dans les marchés publics
2.3. Le soutien aux jeunes diplômés

Chapitre 3 : Prévenir les discriminations : promotion de la diversité ou égalité des chances ?
3.1. La politique de la diversité
3.1.1. La charte de la diversité
3.1.2. Le label « diversité »
3.1.2.1. ACFCI (Assemblée des chambres françaises de commerce et d’industrie)
3.1.2.2. FACE (Fondation agir contre l’exclusion)
3.1.2.3. L’Association nationale des directeurs de ressources humaines (ANDRH)
3.1.3.Un exemple d’outils : le CV anonyme
3.1.3.1. L’Expérience de La Poste
3.2 L’accès à la fonction publique
3.3. L’accès aux métiers de la Défense
3.4. La mesure de la diversité dans la fonction publique
3.4.1. Ces entreprises françaises bien notées en matière de lutte contre les discriminations
3.4.2. Privilégier l’égalité des chances
3.4.3. Conclusion

Annexe 1 : Lettre de mission du Premier ministre
Annexe 2 : Liste des personnes rencontrées
Sigles utilisés

 

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Avis

Pagination : 134 pages

Édité par : La Documentation française

Revenir à la navigation