Rapport d'information déposé (...) par la commission de la défense nationale et des forces armées en conclusion des travaux d'une mission d'information sur le retrait d'Afghanistan

Auteur(s) moral(aux) : Assemblée nationale. Commission de la Défense nationale et des Forces armées

Présentation

La commission de la défense et des forces armées a mis en place une mission d'information chargée d'étudier le retrait des forces « combattantes » d'Afghanistan. Au cours de leurs travaux, les rapporteurs ont souhaité analyser le contexte du retrait, la manoeuvre logistique en tant que telle, ainsi que les leçons que les armées pourront retirer des années d'engagement sur ce théâtre. Leur objectif est non seulement d'étudier l'efficacité de l'opération de retrait, mais aussi d'identifier dans l'ensemble du déploiement un certain nombre d'acquis utiles pour les opérations extérieures (OPEX) à venir.

Revenir à la navigation

Sommaire

SYNTHÈSE

INTRODUCTION

I. UN DÉSENGAGEMENT DES FORCES PROGRAMMÉ APRÈS PLUS DE DIX ANNÉES DE PRÉSENCE

A. La présence militaire française depuis 2001
1. L’intensité de l’engagement s’est accrue par paliers
a. Une montée en puissance progressive
b. Un engagement plus dur à partir de 2008
2. Un dispositif militaire important et efficace
a. Une opération particulière
b. L’orientation de l’aide civile complémentaire de la mission de combat
c. Le rôle du service de santé des armées dans la coalition et auprès des forces
3. Un travail de formation qui permet de transférer la responsabilité de la sécurité aux Afghans
a. La formation des forces afghanes
b. Les forces de police
c. Le transfert de responsabilité

B. Une date de retrait anticipé de nos forces : une manœuvre réussie
1. Les modalités du retrait
a. Les raisons politiques du retrait
b. Les options envisagées pour le retrait et les routes effectivement utilisées
c. Description de la manœuvre logistique
d. Un soutien sanitaire renforcé au cours des opérations de retrait
e. Le désengagement des éléments de la gendarmerie nationale
2. Un contexte de désengagement global des forces de la coalition
a. Des manœuvres étalées dans le temps, avec un engorgement probable en 2013
b. Comparaison avec les opérations de retrait néerlandaises
3. La France face à ses responsabilités : la question particulière des personnels civils de recrutement local
 

II. UN ENGAGEMENT STRUCTURANT POUR LES FORCES ET DES RESPONSABILITÉS POUR L’AVENIR

A. Le bilan de l’engagement pour les forces armées
1. Un engagement structurant sur le plan opérationnel
a. L’entraînement des personnels
b. La modernisation des équipements
c. La capacité d’adaptation des armées
d. Le rôle des actions civilo-militaires
e. L’amélioration du soutien sanitaire
f. La complémentarité armées-gendarmerie
2. La prise en charge et le suivi des personnels
a. Le sas de décompression de Paphos
b. Les blessures de guerre
c. Les blessures psychiques
3. Intégrer le retour d’expérience afghan dans le contrat opérationnel
a. Les faiblesses mises en évidence par le théâtre afghan
b. Conforter les moyens de lutte sur des théâtres asymétriques
c. Pour une approche intégrée

B. Accompagner l’Afghanistan d’après 2014
1. À l’heure du retrait de la coalition l’État afghan demeure fragile
2. La France restera solidaire de la coalition jusqu’à la fin de sa mission
a. La gestion de l’aéroport international de Kaboul
b. La gestion de l’hôpital militaire de KAIA
c. Le soutien à la formation dans le cadre du programme Épidote
d. La responsabilité du laboratoire européen anti-engins explosifs improvisés
3. Le traité d’amitié franco-afghan : un cadre juridique nouveau pour la coopération française
a. Le passage d’une coopération opérationnelle à une coopération structurelle
b. Le financement des forces de défense et de sécurité afghanes pour l’après 2014

 

EXAMEN EN COMMISSION

ANNEXES

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport parlementaire

Pagination : 64 pages

Édité par : Assemblée nationale

Collection :

Revenir à la navigation