Rapport d'information fait au nom de la commission de la culture, de l'éducation et de la communication par la mission d'information sur les écoles supérieures du professorat et de l'éducation

Auteur(s) moral(aux) : Sénat. Commission de la culture, de l'éducation et de la communication

Présentation

La présente mission d'information avait pour objectif de faire un bilan de la première année de mise en oeuvre des Ecoles supérieures du professorat et de l'éducation (ÉSPÉ). Ces structures ont été créées en lieu et place des anciens instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) en application de la loi du 8 juillet 2013 pour la refondation de l'école.

Revenir à la navigation

Sommaire

INTRODUCTION
 

I. UNE MISE EN PLACE GLOBALEMENT RÉUSSIE QUI A GARANTI LA CONTINUITÉ DU SERVICE PUBLIC DE LA FORMATION DES ENSEIGNANTS

A. UNE CAMPAGNE D'ACCRÉDITATION ABOUTIE

1. Une préparation des dossiers à marche accélérée

2. Des dossiers d'accréditation de qualité inégale

B. UNE MISE EN PLACE DES ORGANES DE GOUVERNANCE COMPLEXE

1. La structuration des écoles prévue par les textes normatifs

a) Le conseil de l'école

b) Le directeur

c) Le conseil d'orientation scientifique et pédagogique

2. L'installation achevée des conseils et des directeurs malgré un calendrier contraint

a) Une mobilisation évidente dans la période transitoire sous l'impulsion des recteurs et des administrateurs provisoires

b) Des difficultés surmontées dans la constitution des conseils d'école

c) La désignation généralement fluide des directeurs d'ÉSPÉ

d) L'apparition dans les statuts d'instances complémentaires adaptées à la situation locale
 

II. UNE INTÉGRATION DES ÉSPÉ DANS LE TISSU UNIVERSITAIRE VARIABLE SELON LES ACADÉMIES

A. L'ACHÈVEMENT DÉLICAT DE L' « UNIVERSITARISATION » DE LA FORMATION DES ENSEIGNANTS

1. Les difficultés rencontrées par les ÉSPÉ pour s'imposer au coeur de la formation des enseignants

a) Un projet pédagogique nouveau mais inscrit dans un processus historique de long terme

b) Le chantier de la coopération entre les ÉSPÉ et les UFR disciplinaires

2. La construction souhaitable d'une culture d'école et l'enjeu du tronc commun de formation

3. Des équipes pluricatégorielles de formateurs à conforter

4. Des initiatives pertinentes d'adossement à la recherche

B. LA QUESTION DE L'ÉTABLISSEMENT DE RATTACHEMENT ET DES MOYENS DE L'ÉSPÉ

1. L'enjeu déterminant des modalités de portage de l'ÉSPÉ et de son positionnement dans le paysage universitaire académique

2. La question cruciale des moyens
 

III. LE NÉCESSAIRE RENFORCEMENT DE LA PROFESSIONNALISATION DE LA FORMATION AUX MÉTIERS DE L'ENSEIGNEMENT ET DE L'ÉDUCATION

A. LES CONDITIONS D'UNE ORGANISATION OPTIMALE DES PARCOURS DE FORMATION

1. Passer de l'alternance juxtapositive à l'alternance intégrative et articuler efficacement le stage en responsabilité et la formation théorique

2. Tenir compte de la variété des publics étudiants

3. Diversifier le contenu des maquettes de formation en mettant au diapason l'ensemble des acteurs de l'éducation

4. Rationaliser l'organisation des parcours de formation à faibles flux

B. DES LIENS À DÉVELOPPER ENTRE LE MASTER MEEF ET LE NIVEAU LICENCE

1. Concevoir des continuums de formation pour pérenniser les viviers d'enseignants et préparer la professionnalisation

2. Améliorer l'utilisation des emplois d'avenir professeurs


 

PRÉSENTATION DU RAPPORT DE LA MISSION D'INFORMATION

LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES

LISTE DES DÉPLACEMENTS

Revenir à la navigation

Fiche technique

Autre titre : Titre de couverture : L'an I des ÉSPÉ : un chantier structurel

Type de document : Rapport parlementaire

Pagination : 103 pages

Édité par : Sénat

Collection : Les Rapports du Sénat

Revenir à la navigation