Rapport d'information fait au nom de la délégation sénatoriale à la prospective : quels emplois pour demain ?

Auteur(s) : Alain Fouché

Auteur(s) moral(aux) : Sénat. Délégation à la prospective

Présentation

Dans un contexte économique dégradé, marqué par la persistance d'un taux de chômage élevé qui frappe tout particulièrement les jeunes, la délégation à la prospective a souhaité se pencher sur la question des secteurs d'activité susceptibles d'offrir des débouchés professionnels à moyen-long terme. Son intention était de dégager d'abord, à partir de l'analyse de la situation actuelle et des perspectives d'évolution qui se dessinent, notamment démographiques et technologiques, quelques grandes tendances - puis de s'assurer que le système de formation, initiale ou continue, se mettait déjà en phase avec les futurs besoins de recrutement.

Revenir à la navigation

Sommaire

INTRODUCTION

PREMIÈRE PARTIE : APPRÉHENDER LES BESOINS FUTURS DE MAIN-D'OEUVRE

 

I. QUAND COMMENCE LE FUTUR ?
A. DE NOMBREUX INTERVENANTS AU CHEVET DE L'EMPLOI
1. Le futur commence demain
a) Pôle emploi : l'acteur principal du court terme
b) Le ministère du redressement productif : un analyste transversal
2. Les projections de moyen terme du secteur privé
a) La situation de l'emploi dans l'encadrement
b) Le diagnostic des employeurs
c) Les initiatives du Medef
3. Les acteurs prospectifs
a) Le Commissariat général à la stratégie et à la prospective : un organe prospectif généraliste
b) Le Conseil d'orientation pour l'emploi : un organe prospectif dédié
c) La Dares : la structure statistique du ministère du travail
d) Le Céreq : au croisement des questions de l'emploi et de la formation

B. UN RÉSEAU COMPLEXE ET PAS TOUJOURS OPÉRATIONNEL
1. Des analyses qui peuvent être contradictoires
a) Quel avenir pour les professions intermédiaires ?
b) La réindustrialisation, incantation ou potentialité ?
2. Le paradoxe des emplois non pourvus
a) Un ajustement ponctuel compréhensible
b) La problématique des emplois durablement non pourvus

II. UNE MULTITUDE DE SCÉNARIOS PROSPECTIFS
A. LE SCÉNARIO COMPTABLE
1. L'approche statistique
a) Les conditions d'établissement des données
b) Bilan quantitatif
c) Les limites de l'exercice
2. Les projections démographiques
a) La population active
b) Les tendances actuelles du monde du travail
c) Les tendances attendues à l'horizon 2025
3. Les perspectives européennes
a) Trois scénarios pour 2025
b) Les offres d'emplois à attendre

B. LE SCÉNARIO EMPIRIQUE
1. L'approche globale au niveau européen
a) Les grands gisements d'emplois escomptés
b) L'analyse sectorielle
2. L
'analyse des partenaires sociaux européens
a) Les objectifs affichés
b) Les attentes des employeurs
c) La problématique éducative

C. LE SCÉNARIO CRÉATIF
1. Les profils de demain ?
2. Les métiers de demain ?
a) Ceux liés au développement numérique
b) Ceux liés aux évolutions sociétales
3. La place de la valeur travail
a) Le travail à travers les âges
b) Votre travail est-il vraiment intéressant ?

D. LE SCÉNARIO ÉVOLUTIF
1. L'environnement général
a) La bipolarité des emplois
b) La féminisation du travail
2. Comment travaillerons-nous demain ?
a) Les mutations de l'exercice professionnel
b) Les compétences transversales
c) Le fractionnement des carrières
3. La robotique : menace ou atout ?
a) Le spectre laborophage de la robotisation

b) La reconquête industrielle par la robotique

DEUXIÈME PARTIE : TOUT MISER SUR LA FORMATION

I. L'ÉDUCATION À REPENSER
A. L'ÉDUCATION EST-ELLE ENCORE NATIONALE ?
1. Le traumatisme de l'enquête Pisa 2013
2. La question du décrochage scolaire
3. La dualité du système éducatif
4. Une adaptation laborieuse aux nouvelles techniques d'enseignement
a) Les nouvelles méthodes de diffusion du savoir
b) Le débat connaissances versus compétences

B. DES TRAJECTOIRES À INFLÉCHIR
1. Les faiblesses nationales en sciences et en ingénierie
a) Comment valoriser les filières scientifiques ?
b) Stéréotypes et clichés : comment mobiliser les filles ?
2. La fuite des cerveaux
a) Les candidats au départ
b) La mesure du phénomène d'expatriation
3. Le déclassement des jeunes diplômés

II. LA FORMATION PROFESSIONNELLE SANS CESSE EN CHANTIER
A. UNE VISION D'ENSEMBLE PLUTÔT CONFUSE
1. Une accumulation de textes : cent fois sur le métier remettez votre ouvrage...
a) Petit historique de la formation professionnelle
b) Un sentiment diffus d'inefficacité
2. Les acteurs de l'orientation professionnelle
a) L'Onisep, spécialiste de la formation initiale
b) Centre Inffo, axé sur la formation permanente
3. Une articulation perfectible
4. La situation de la formation en Europe
a) Les grandes tendances
b) Mieux intégrer les nouvelles technologies dans le dispositif de formation
c) Les moyens financiers mobilisables au service de la formation

B. LA FORMATION INITIALE : DES MARGES DE PROGRESSION
1. La place de l'apprentissage dans le dispositif de formation français
a) La perception de l'apprentissage par l'opinion publique reste ambiguë
b) Un bilan médiocre
2. Le modèle allemand
a) Organisation et fonctionnement
b) De nouveaux défis

C. LA FORMATION CONTINUE : UNE CONDITION DE LA MOBILITÉ
1. Vers une nouvelle approche de la formation continue ?
a) La formation continue est un investissement de développement durable
b) Les priorités de l'Afpa
2. S'inspirer des meilleurs pratiques européennes
3. Quelques comparaisons internationales : le regard de l'OCDE

CONCLUSION

ATELIER DE PROSPECTIVE

PRÉSENTATION DU RAPPORT EN DÉLÉGATION

ANNEXES

1. Audition de Frank Pacard, directeur général adjoint chargé de l'enseignement de l'École polytechnique (4 juin 2013)
2. Audition de Thomas Cazenave, directeur général adjoint de Pôle emploi, chargé de la stratégie et des relations extérieures, et de Firmine Duro, adjointe chargée des relations extérieures (15 janvier 2014)

LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES

 

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport parlementaire

Pagination : 158 pages

Édité par : Sénat

Collection : Les Rapports du Sénat

Revenir à la navigation

mots-clés :