La définition et la mise en oeuvre d'une stratégie nationale en matière d'éducation financière

Auteur(s) : Emmanuel Constans

Auteur(s) moral(aux) : Banque de France. Comité consultatif du secteur financier

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

Emmanuel Constans, président du Comité consultatif du secteur financier (CCSF), a été chargé par le ministre de l'économie et des finances, d'élaborer une proposition de stratégie nationale en matière d'éducation financière, sur la base des principes élaborés en la matière par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et adoptés par le G20 en 2012. Issu des travaux du groupe de réflexion constitué par Emmanuel Constans dans le cadre du CCSF, le rapport propose trois axes principaux : développer un enseignement d'éducation budgétaire et financière pour tous les élèves - soutenir les compétences budgétaires et financières des Français tout au long de la vie - accompagner les publics en situation de fragilité financière.

Revenir à la navigation

Sommaire


INTRODUCTION 

1. L’ÉTAT DES LIEUX SUR LE NIVEAU D’ÉDUCATION FINANCIÈRE DES FRANÇAIS 

1.1. L’enquête lancée en 2014 par le CCSF sur la base du questionnaire de l’OCDE
1.1.1. La mesure de l’éducation financière
1.1.2. Les résultats de l’enquête du CCSF de juin 2014 réalisée selon la méthodologie arrêtée avec l’OCDE 
1.1.2.1. Les caractéristiques sociodémographiques 
1.1.2.2. Le niveau des connaissances budgétaires et financières 
1.1.2.3. Le comportement financier
 
1.1.2.4. Les attitudes et préférences dans le domaine financier
1.1.3. Les résultats de l’étude complémentaire d’IPSOS sur l’évaluation des compétences et des comportements des Français, classés en fonction des étapes de la vie 

1.2. L’évaluation « PISA 2012 » du niveau de culture financière des élèves de 15 ans 

2. LES ACTIONS ENGAGÉES EN FRANCE EN MATIÈRE D’ÉDUCATION FINANCIÈRE ET LEURS LIMITES 

2.1. Le rôle de l’Éducation nationale 
2.1.1. Le socle commun
2.1.2. Les parcours différenciés
2.1.2.1. Au lycée
2.1.2.2. Dans les séries générales 
2.1.2.3. Au lycée professionnel

2.2. La prise en charge de l’éducation financière par d’autres intervenants 
2.2.1. Les actions menées en lien avec l’Éducation nationale 
2.2.1.1. Les partenariats 
2.2.1.2. Les autres actions destinées aux enseignants et aux élèves 

2.2.2. Les actions de terrain menées par les secteurs public, associatif et professionnel 
2.2.2.1. Les actions tournées vers le grand public 
2.2.2.2. Les actions tournées vers un public ciblé 

2.3. La place des media en matière d’éducation financière 

2.4. Les limites des actions actuelles
2.4.1. Les actions entrant dans le cadre scolaire ont presque toujours un caractère optionnel 
2.4.2. Aucun événement national à forte visibilité n’est organisé
2.4.3. Les actions menées par les secteurs associatif et professionnel sont souvent dispersées 
2.4.4. L’information de référence est difficile à trouver 
2.4.5. L’absence d’outils de mesure de l’efficacité des actions existantes
2.4.6. Des a priori culturels sur la finance et l’argent 
2.4.7. Le risque de conflit d’intérêts 

3. PROPOSITIONS POUR UNE STRATÉGIE NATIONALE D’ÉDUCATION FINANCIÈRE

3.1. Les orientations stratégiques 
3.1.1. Premier axe : développer un enseignement d’éducation budgétaire et financière pour tous les élèves 
3.1.1.1. Une nouvelle étape nécessaire
3.1.1.2. Les amendements proposés au Socle commun de connaissances, de compétences et de culture 

3.1.2. Deuxième axe : soutenir les compétences budgétaires et financières des Français tout au long de la vie
3.1.2.1. Proposer des offres d’éducation financière au bon moment
3.1.2.2. Développer l’information sur l’offre existante
3.1.3. Troisième axe : accompagner les publics en situation de fragilité financière
3.1.3.1. Le rôle de l’éducation budgétaire et financière 
3.1.3.2. Une systématisation souhaitable 

3.2. Le rôle central d’un portail Internet dédié

3.3. La mise en place d’une gouvernance et des moyens nécessaires 
3.3.1. Une gouvernance mobilisant toutes les parties concernées 
3.3.1.1. Ce que dit l’OCDE
3.3.1.2. Ce que font les différents pays
3.3.1.3. La gouvernance proposée pour la France

3.3.2. Favoriser la mutualisation de ressources existantes 
 
3.4. La nécessité d’évaluer l’efficacité des actions mises en œuvre 
3.4.1. En matière d’évaluation, tirer parti des échanges internationaux auxquels participe la France 
3.4.2. Arrêter des critères simples et pertinents pour évaluer l’efficacité des actions mises en œuvre
3.4.3. Évaluer à échéance régulière l’état d’avancement de la stratégie nationale 
3.4.4. Rendre compte par un rapport annuel 

 ANNEXES  

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport officiel

Pagination : 194 pages

Collection :

Revenir à la navigation