Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

Pierre Cohen a été chargé par la ministre de la culture et de la communication d'une mission sur la situation des festivals et sur les relations entre les festivals et les partenaires publics. Sur la base d'une large consultation, le rapport met en avant le rayonnement et l'impact des festivals, pour les territoires comme pour ses acteurs culturels.

Revenir à la navigation

Sommaire

Synthèse 

Introduction 

I- Une consultation large et nourrie a permis de mettre en en exergue la force d’entraînement d’un festival, pour un territoire comme pour ses acteurs culturels. Elle a souligné ses vertus d’expérimentation, de structuration et de coopération qui appellent un effort de reconnaissance et de sécurisation

I-A. Une méthode qui a associé de très nombreux acteurs.

I-B. Un regard qui s’est approfondi : les festivals sont vécus, par les élus comme par les professionnels comme de formidables forces d’entraînement, permettant de nouvelles expérimentations, structurations et expérimentations, sources de socialisation et de
nouvelles citoyennetés ; un phénomène qui appelle à une reconnaissance et une sécurisation.

I-B-1. Des forces : bien plus que de simples événementiels, une dynamique territoriale structurante
I-B-2. Les menaces qui pèsent sur les festivals sont, selon les acteurs, liées tant aux évolutions économiques qu’aux incertitudes politiques des réformes territoriales. 
I-B-3. Une demande de reconnaissance, pour plus de pérennité.

II-Le phénomène « festival » et la notion de « festivaliers » interrogent les politiques culturelles elles-mêmes, mais aussi l’évolution des relations « puissances publiques – acteurs », nécessitant de nouveaux outils d’étude et de contractualisation. 

II-A. Le festival n’est pas tant la résultante et l’aboutissement des politiques culturelles qu’un levier, un point de nouvelles politiques culturelles ; à ce titre, il nécessite de voir
consacrés de nouveaux outils d’observation et d’étude.

II-B. Les outils de contractualisation sont insuffisamment protecteurs
II-B-1. Des outils de contractualisation susceptibles d’évoluer dans un contexte mouvant.
II-B-2. Les orientations dessinées dans la rédaction des textes-cadres sur les missions des festivals méritent d’être précisées.

III-Des préconisations pour une meilleure observation et une contractualisation plus large, visant à la pérennisation des festivals. 

III-A. Dans le champ de l’observation et de l’évaluation : l’expérimentation sur un territoire d’une observation des festivals fondée sur une méthode commune et partagée.

III-B. Dans la méthodologie de contractualisation, viser une plus grande concertation des acteurs pour légitimer le festival et le pérenniser. 

III-C. Dans la fonction levier de l’État, autour de quatre modalités d’intervention
-L'accompagnement des professionnels sur la question de la reconnaissance
-Un soutien financier conditionné à des critères
- L'expertise juridique au service de l'équité : quelques questions d'actualité
-Une coordination des enjeux des festivals au sein des instances de l'État

Annexes

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport officiel

Pagination : 24 pages

Édité par : Ministère de la culture et de la communication

Revenir à la navigation