Rapport d'information fait au nom de la délégation sénatoriale à la prospective sur Une crise en quête de fin - Quand l'Histoire bégaie

Date de remise :

Auteur(s) : Pierre-Yves Collombat

Auteur(s) moral(aux) : Sénat. Délégation à la prospective

Consulter nos sélections de rapports publics

En savoir plus

Présentation

Près de dix ans après la crise économique et financière ouverte en 2007, le rapport de la délégation sénatoriale à la prospective s'intéresse à l'avenir et aux risques du système financier et bancaire. Pour comprendre l'origine des crises financières et la manière dont elles se diffusent, le rapporteur propose tout d'abord une présentation du fonctionnement d'une économie monétaire moderne, le circuit économique et ses acteurs - système bancaire et marchés financiers en particulier -, la nature de la monnaie et les formes sous lesquelles elle se présente. Dans une deuxième partie, il revient sur les différentes crises financières qui se sont succédé à partir de 2007, se transformant ensuite en une crise économique : crises spéculatives européennes, crise financière américaine (« subprimes », faillite de la banque d'investissement Lehman Brothers, etc.), crise au sein de la zone euro. Dans une troisième partie, le rapporteur s'attache à montrer que cette première « Grande crise » du XXIe siècle « n'est ni le produit du hasard ni seulement de fautes techniques qui auraient pu être évitées, mais celui des mutations géopolitiques, idéologiques, politiques, sociales, institutionnelles de l'Empire américain qui ont suivi l'abandon des accords de Bretton Woods ». Enfin il propose d'évaluer l'évolution de la dangerosité du système financier au terme de ces dix années de réformes avant d'envisager le contexte économique, social et politique dans lequel il se déploie.

Revenir à la navigation

Sommaire

AVANT-PROPOS

PREMIÈRE PARTIE : LA MÉCANIQUE DES CRISES

I. LE FINANCEMENT DE L'ÉCONOMIE ET LES BANQUES

A. LE DOUBLE CIRCUIT D'ALIMENTATION MONÉTAIRE DE L'ÉCONOMIE

1. Le circuit financier

2. Le circuit bancaire

B. BANQUES, CRÉDIT ET BILANS BANCAIRES

1. Les revenus des banques

2. Banque centrale et banques commerciales

3. Les bilans bancaires

4. Le hors-bilan

C. LES MARCHÉS FINANCIERS ET LA SPÉCULATION

1. La nature plurielle de la monnaie

2. La spéculation

3. La fonction économique nouvelle de la spéculation

a) L'entreprise parasitée par la spéculation

b) La spéculation, moteur économique

c) Quand les banquiers peuvent se prévaloir de leur propre turpitude

4. L'impératif de la liquidité

II. COMMENT FABRIQUER UNE CRISE SYSTÉMIQUE ?

A. LA MÉCANIQUE DES CRISES D'ORIGINE FINANCIÈRE

B. LES FACTEURS FACILITANT LES CRISES FINANCIÈRES

C. LES CRISES SYSTÉMIQUES

DEUXIÈME PARTIE : DIX ANS DE CRISES, CHRONIQUE DES ÉVÉNEMENTS

I. UNE CRISE IMPRÉVUE

II. UN CHAPELET DE CRISES FINANCIÈRES

A. LES CRISES SPÉCULATIVES EUROPÉENNES

B. LA CRISE FINANCIÈRE AMÉRICAINE ET SES SUITES

1. La crise financière américaine

a) L'arnaque des subprimes

b) Du «Big short » à la crise bancaire

c) La crise bancaire

d) La crise assurancielle

e) La chute de Lehman Brothers

2. Les conséquences européennes de la crise américaine

C. UNE CRISE DANS LA CRISE : LA CRISE DE LA ZONE EURO

1. L'adhésion en fraude de la Grèce à la zone euro

2. La crise de 2010-2014

3. La crise de 2015

4. Une tragédie européenne

III. LA CRISE ÉCONOMIQUE

TROISIÈME PARTIE : POURQUOI LA CRISE OU LA GRANDE TRANSFORMATION DE L'EMPIRE AMÉRICAIN

I. UN ORDRE MONDIAL FLOTTANT

A. LE NOUVEAU ROI DOLLAR

B. LE « MINOTAURE PLANÉTAIRE »

1. Un déséquilibre des échanges structurels

2. Wall Street, machine à recycler les excédents et à financer les déficits

3. Le couple improbable : États-Unis-Chine

4. L'Allemagne, faux Minotaure européen

C. LA SPÉCULATION SUR LES MONNAIES ET LE « CARRY TRADE »

D. MONDIALISATION ET GLOBALISATION

1. Les outils de cette politique

2. « Mondialisation » et « globalisation »

3. Globalisation et crises

II. LA RESTAURATION LIBÉRALE OU LA NOUVELLE IDÉOLOGIE DOMINANTE

A. LES LIBÉRALISMES

B. LE CREDO LIBÉRAL

1. Un anti-étatisme théorique absolu

2. L'économie comme système de marchés autorégulés

3. « L'offre crée la demande », selon Jean-Baptiste Say

4. De l'État libéral à « l'État prédateur »

a) L'exemple étasunien

b) L'exemple français

III. LA NOUVELLE LUTTE DES CLASSES ET L'OBSOLESCENCE DÉMOCRATIQUE

A. DÉFLATION DES REVENUS DU TRAVAIL ET ENDETTEMENT

1. La « modernisation » du marché du travail

2. Les conséquences de la « déflation » des revenus du travail

a) Régression de la part des salaires dans la répartition de la valeur ajoutée des entreprises

b) Régression des revenus du travail en général par rapport à ceux du capital

3. L'endettement, moteur de la croissance

a) Un endettement général

b) La dette des ménages, principal moteur de la croissance

B. LA CROISSANCE DES PATRIMOINES PRIVÉS PAR RAPPORT AUX REVENUS

C. LA CROISSANCE DES INÉGALITÉS DE REVENUS

IV. LA FINANCIARISATION DE L'ÉCONOMIE

A. L'OLIGOPOLE BANCAIRE

1. La transformation des structures du système

a) Le système bancaire étasunien avant les années Reagan

b) Le système bancaire français avant 1984

c) Le système bancaire aujourd'hui

2. L'accélérateur de la dématérialisation

B. L'INDUSTRIE FINANCIÈRE OU LE TRIOMPHE DE LA « FINANCE CASINO »

1. Du partage du risque à la spéculation sans frontières

a) La titrisation

b) « L'or des fous »

2. L'industrie du risque

C. À QUOI SERT RÉELLEMENT LE MARCHÉ FINANCIER ?

V. L'EUROPE, PRÉCURSEUR ET BONNE ÉLÈVE

A. LE RÊVE D'UNE INSTITUTION POLITIQUE SANS POLITIQUE

B. L'EUROPE, CHAMPIONNE DU LIBRE-ÉCHANGE

C. LE CAS DEXIA

1. L'ascension et la chute de la Maison Dexia

a) La marginalisation du système « Caisse des dépôts » dans le financement des collectivités

b) Dexia : une histoire franco-belge

c) Dexia : une histoire tellement française

d) La chute finale

e) Sur les ruines de Dexia

2. Un héritage toxique

a) Qu'est-ce qu'un prêt toxique ?

b) « Y'a pas le feu au lac »

c) « Y'a le feu au lac »

QUATRIÈME PARTIE : UNE CRISE QUI N'EN FINIT PAS DE FINIR

I. LA MACHINE À CRISES FINANCIÈRES EST TOUJOURS LÀ

A. LES FACTEURS DE CRISES FINANCIÈRES

1. Les crises : quelques rappels

2. Les crises systémiques

B. LA LIQUIDITÉ

1. Des sources anciennes de liquidité toujours aussi abondantes

a) Un commerce mondial toujours aussi déséquilibré

b) Un endettement public en augmentation, un endettement privé en lente diminution dans la plupart des pays développés mais en forte croissance en Chine

2. Les nouveaux geysers de liquidités : quantitative easing et taux d'intérêt bas

a) Le quantitative easing

b) Des taux d'intérêt historiquement bas

C. LA MÉDECINE DU DIABLE

1. Bulle en formation sur les actions des entreprises étasuniennes

2. Apparition du risque de taux

3. La fonction d'intermédiation de l'institution bancaire menacée

4. Menaces sur l'assurance vie

5. La fuite en avant dans la prise de risque

D. UN OLIGOPOLE BANCAIRE TOUJOURS « TROP GROS POUR FAIRE FAILLITE » ET TOUJOURS AUSSI PEU RASSURANT

1. Banques en péril

a) Les tribulations de la Deutsche Bank

b) HSBC

c) Crédit Suisse

2. Une solvabilité pour temps calme

a) Le besoin de recapitalisation des banques systémiques

b) Bâle III ou comment sauver les apparences

3. Pas de séparation pour les banques

a) Ce pourrait être une obligation de morale politique

b) Les illusions perdues

c) La « banque universelle » fait de la résistance

4. Touche pas à mon industrie financière !

a) Les produits dérivés type CDS

b) La titrisation

c) Le trading haute fréquence

E. UN PASSÉ QUI NE PASSE PAS

1. Un volume de créances douteuses en augmentation

2. Un facteur de fragilisation important du système bancaire européen

F. SISYPHE RÉGULATEUR

1. Le lobby bancaire et sa rhétorique

2. Les stratégies de neutralisation et de contournement

a) La fiction commode de l'autorégulation

b) Des autorités de contrôle aux moyens limités

c) Gagner du temps

3. Des réformes en trompe-l'oeil

a) Les réformes essentielles en stand-by ou dévitalisées

b) L'Union bancaire et l'Union des marchés de capitaux

c) Le système européen de supervision

II. CRISE DE LANGUEUR ÉCONOMIQUE

A. UNE SORTIE DE CRISE EN TÔLE ONDULÉE

1. Une croissance en berne

2. Une baisse de l'investissement et une sous-utilisation des capacités productives en Europe

3. Des niveaux de chômage améliorés au prix du sous-emploi et d'une dégradation des conditions de travail

a) Quel niveau de chômage ?

b) La dégradation des conditions de travail

c) Partout, une insertion des jeunes toujours aussi difficile

B. LES ÉTATS-UNIS ET L'EUROPE FACE À LA CRISE

1. Des problèmes communs

a) Comment relancer la machine économique ?

b) Comment relancer le moteur que constitue l'investissement public, sans augmenter l'endettement du même nom ?

c) Comment relancer la consommation ?

d) Comment faire face aux conséquences économiques du vieillissement de la population ?

e) Comment réduire la spéculation ?

f) Comment enfin sortir de l'impasse ?

g) Au final, le bilan n'est pas brillant

2. Des stratégies bien différentes

a) Plus grande réactivité et moindre dogmatisme idéologique du côté étasunien

b) Un exemple de politique de relance économique keynésienne : l'ARRA

c) Des résultats en faveur des États-Unis

3. Les causes structurelles de la stagnation de la zone euro

a) Une absence de gouvernance politique légitime

b) Un système institutionnel autobloquant

c) Un système bancaire oligopolistique qui ne joue pas le rôle qu'il est censé jouer

C. EN ATTENDANT LA LOCOMOTIVE

1. Des résultats de la lutte contre la pauvreté moins brillants qu'on ne le dit

2. Ralentissement de la locomotive chinoise et risque de crise bancaire

3. Les pays producteurs de pétrole réduisent leurs réserves de devises

4. Vers une « démondialisation » ?

5. Conclusion : un équilibre mondial instable

III. LA RÉVOLTE CONTRE LES ÉLITES

A. LA REVANCHE DES « PITOYABLES »

B. LA RÉVOLTE DES CLASSES MOYENNES

1. La leçon de l'éléphant

2. Le Royaume désuni : un Brexit moins imprévu qu'il n'y paraissait

3. Les raisons du vote Trump

a) La situation des ouvriers

b) La question du logement

c) La fracture entre les États de la Fédération

4. L'Europe

5. Le cas autrichien

CONCLUSION : QUAND L'HISTOIRE BÉGAIE

ANNEXES

AUDITION DE JEAN-MICHEL NAULOT (26 novembre 2015)

AUDITION DE JAMES KENNETH GALBRAITH (26 mai 2016)

PRÉSENTATION DE L'ÉTUDE PRÉALABLE (15 décembre 2016)

ADOPTION DU RAPPORT (9 février 2017)

LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport parlementaire

Pagination : 275 pages

Édité par : Sénat

Collection : Les Rapports du Sénat

Revenir à la navigation