Rapport d'information fait au nom de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes sur les femmes et les sciences

Date de remise :

Auteur(s) moral(aux) : Assemblée nationale. Délégation aux Droits des Femmes et à l'Égalité des Chances entre les Hommes et les Femmes

Présentation

Le présent rapport d'information étudie la place des femmes dans les sciences, plus particulièrement les sciences dites « dures ». Au terme de leurs travaux, les rapporteurs tirent un constat alarmant montrant que les femmes occupent une place bien trop réduite dans les sciences et que malgré des avancées, la situation n'évolue que très lentement, voire présente parfois un certain recul, notamment dans les sciences informatiques. Cette situation se manifeste dès l'enseignement secondaire et se poursuit dans la vie professionnelle. Compte tenu de ce constat, les rapporteurs souhaitent mettre l'accent sur quatre axes d'effort : la lutte contre les stéréotypes, le renforcement des actions à l'école et durant la formation initiale, une attention au monde du travail et une meilleure implication des hommes.

Revenir à la navigation

Sommaire

INTRODUCTION

SYNTHÈSE DES PROPOSITIONS

I. LA PLACE DES FEMMES DANS LE MONDE SCIENTIFIQUE EN FRANCE : UNE SITUATION PARADOXALE ET ALARMANTE

A. DE L’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE À LA VIE PROFESSIONNELLE : LE CONSTAT D’UNE MOINDRE PRÉSENCE DES FEMMES DANS LES SECTEURS SCIENTIFIQUES
 1. Malgré une meilleure réussite scolaire, les filles moins présentes dans les cursus scientifiques
 a. Une meilleure réussite scolaire des filles
 b. L’apparition d’orientations différenciées dans le secondaire
 c. Un écart qui se creuse dans le supérieur
 2. Les disparités se poursuivent dans la vie professionnelle
 a. Une marginalisation des femmes dans la vie professionnelle
 b. La place des femmes dans les établissements d’enseignement supérieur et dans le monde de la recherche

B. UN CONSTAT VALABLE PARTOUT DANS LE MONDE
 1. Des écarts comparables au sein de l’Union européenne
 2. La lente évolution de la place des femmes dans le secteur scientifique mondial

II. CHANGER LES REPRÉSENTATIONS SOCIALES GRÂCE À UNE RÉPONSE POLITIQUE VOLONTARISTE

A. LUTTER CONTRE LES STÉRÉOTYPES DE GENRE
 1. Liquider l’héritage historique d’une éducation spécifique pour les jeunes filles
 2. En finir avec le mythe de la « bosse des maths »
 3. Déconstruire les stéréotypes
 4. Impliquer les familles et la société dans son ensemble

B. AGIR PRIORITAIREMENT À L’ÉCOLE ET DANS L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR
 1. Intégrer l’égalité entre les femmes et les hommes à toutes les étapes de la formation
 2. Repenser les modalités d’orientation
 3. Donner l’exemple dans la recherche publique et l’enseignement supérieur

C. RENFORCER LES RÈGLES APPLICABLES AU MONDE DU TRAVAIL
 1. Étendre et soutenir les initiatives engagées
 2. Promouvoir les « rôles modèles »
 3. Promouvoir le mentorat
 4. Développer la responsabilité sociale des entreprises

D. PROMOUVOIR L’ÉGALITÉ ET IMPLIQUER LES HOMMES

TRAVAUX DE LA DÉLÉGATION

ANNEXE N° 1 : COMPTE RENDU DE L’AUDITION DU 9 MAI 2018 DE M. JEAN-MICHEL BLANQUER, MINISTRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE

ANNEXE N° 2 : DIFFÉRENCIATION ENTRE GARÇONS ET FILLES DANS L’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE GÉNÉRAL

ANNEXE N° 3 : RÉSULTATS DE LA CONSULTATION CITOYENNE

ANNEXE N° 4 : LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES PAR LA DÉLÉGATION ET PAR LES RAPPORTEURS
 I. AUDITIONS PAR LA DÉLÉGATION
 II. AUDITIONS ET DÉPLACEMENT DES RAPPORTEURS

 

 

 

 

Revenir à la navigation

Fiche technique

Type de document : Rapport parlementaire

Pagination : 111 pages

Édité par : Assemblée nationale

Revenir à la navigation