Imprimer

Aide publique aux partis politiques : 66 millions d’euros en 2018

le 17 octobre 2018

Un décret du 11 octobre 2018 détermine les montants de l’aide publique allouée aux partis et groupements politiques pour l’année 2018, ainsi que la liste des formations qui en sont bénéficiaires.

Une aide calculée en fonction des résultats des législatives de juin 2017 et des groupes parlementaires

Pour 2018, l’enveloppe globale de l’aide publique aux partis et groupements politiques s’élève à 66,190 millions d’euros. Elle est partagée en deux fractions.

La première fraction de l’aide est fixée à 32,078 millions d’euros. Elle est répartie entre les partis et groupements politiques en fonction des résultats qu’ils ont obtenus au 1er tour des élections législatives de juin 2017, sous réserve qu’ils aient respecté leurs obligations comptables au titre de l’année 2016. Le montant de cette fraction est minoré pour les partis qui n’ont pas respecté l’obligation de parité des candidatures lors du scrutin.

La seconde fraction de l’aide représente 34,111 millions d’euros. Elle est destinée au financement des partis et groupements politiques représentés à l’Assemblée nationale et au Sénat. Sa répartition tient compte du nombre de parlementaires ayant déclaré se rattacher à chacun de ces partis ou groupements au mois de novembre 2017.

Les dix premiers partis bénéficiaires de l’aide publique en 2018

Selon les annexes du décret du 11 octobre 2018, les dix premières formations politiques bénéficiaires sont par ordre décroissant les suivantes.

Les 10 premiers partis bénéficiaires
Retenue pour non-respect de la parité en milliers d’euros Montant total de l’aide en milliers d’euros
En Marche ! - 22 515
Les Républicains (LR) 1 787 12 945
Parti socialiste (PS) - 6 421
Front national (FN) - 5 180
La France insoumise (LFI) 252 4 422
Union des démocrates, radicaux et libéraux (UDI) - 4 099
Mouvement démocrate (MoDem) - 3 853
Parti communiste français (PCF) - 2 010
Europe écologie - Les verts (EELV) - 1 419
Parti radical de gauche (PRG) - 795

Le principe d’un financement public des partis et groupements politiques est posé par la loi du 11 mars 1988 modifiée relative à la transparence financière de la vie politique. La loi prévoit que les partis politiques reçoivent une aide de l’État en contrepartie de l’interdiction qui frappe désormais les dons des autres personnes morales.

Mots clés :

Rechercher