Autoroutes : l’Arafer prévoit une hausse des péages entre 9 et 11 % [20161220]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Autoroutes : l’Arafer prévoit une hausse des péages entre 9 et 11 %

le 20 12 2016

Chargée par la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques (loi Macron de 2015) d’informer le Parlement et les usagers des performances économiques et financières des concessionnaires d’autoroutes et de veiller au bon fonctionnement du régime des péages, l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer) a publié le 6 décembre 2016 son premier rapport sur les comptes du secteur.

Le rapport porte sur l’exercice 2015 avec un éclairage particulier sur les conséquences financières, pour les années à venir, du gel des tarifs de péages décidé par le gouvernement en février 2015 (plan de relance autoroutier). Il ressort de la synthèse des comptes que le secteur autoroutier a connu en 2015 une croissance de 2,5% de son chiffre d’affaires qui atteint 9,4 milliards d’euros. Cette croissance s’explique essentiellement par le produit des péages (+3,2%), qui constitue 97% de l’ensemble du chiffre d’affaires du secteur et illustre le dynamisme du trafic en 2015. 17 sociétés concessionnaires d’autoroute sont présentes en France mais 9 d’entre elles (ASF, Escota, Cofiroute, APRR, Area, Sanef, SAPN, ATMB et STRF) réalisent 95% du chiffre d’affaires du secteur.

A la suite du plan de relance autoroutier, la durée des principales concessions a été allongée permettant un amortissement des investissements sur une plus longue période. Le résultat d’exploitation des concessionnaires s’est fortement amélioré en conséquence (4,8 milliards d’euros soit une hausse de 7,3%). Les dividendes versés par les concessionnaires ont également augmenté pour atteindre 3,3 milliards d’euros (+127,5%).

Parallèlement, le gel des tarifs de péage décidé pour l’année 2015, pour les 7 sociétés concessionnaires privées dites historiques (Cofiroute, ASF, Escota, APRR, Area, Sanef et SAPN) doit être compensé par des hausses de rattrapage étalées entre 2019 et 2023. Ces rattrapages devraient conduire, selon les estimations de l’Arafer, à une hausse des tarifs de péage entre 9 et 11% selon les concessionnaires. Au final, les usagers devraient payer environ 500 millions d’euros de péages supplémentaires sur la durée restante des concessions pour compenser le coût du décalage dans le temps de cette hausse des tarifs.

Mots clés :

Rechercher