Chômage des jeunes : débat sur la création des « emplois d’avenir »| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Chômage des jeunes : débat sur la création des « emplois d’avenir »

le 30 08 2012 Archives.

Le projet de loi autorisant la création d’emplois d’avenir a été présenté en Conseil des ministres le 29 août 2012. Il doit être soumis aux parlementaires lors de la session extraordinaire de septembre, pour entrer en vigueur avant la fin 2012. Ses dispositions ne font toutefois pas l’unanimité.

Les emplois d’avenir doivent bénéficier en priorité aux jeunes (16-25 ans) sans diplôme ou peu qualifiés habitant les zones urbaines ou rurales marquées par un fort taux de chômage des jeunes. Une dérogation est toutefois prévue pour des étudiants boursiers à bac+2 qui, se destinant à l’enseignement, pourront être recrutés par l’Éducation nationale ("emplois d’avenir professeur"). L’Etat subventionnera ces emplois (à hauteur de 75% du Smic) pendant trois ans. Il pourra s’agir contrats à durée indéterminée (CDI) ou à durée déterminée (CDD de trois ans ou d’un an renouvelable), généralement à temps plein. Seront éligibles les employeurs du secteur non-marchand et à la marge ceux du privé. Le gouvernement s’est fixé l’objectif de 150 000 emplois d’avenir créés en 2014, dont 100 000 dès 2013.

Certains considèrent que les dispositions du projet de loi ne permettent pas, en l’état, de garantir la pérennité des emplois d’avenir. La CGT appelle notamment à des "avancées significatives" concernant l’accès à une formation qualifiante, l’accompagnement par Pôle emploi et le tutorat sur le lieu de travail. Pour le syndicat FO, les conditions d’embauche des emplois d’avenir professeur (contrat de droit privé, durée du travail annualisée, etc.) pourraient conduire à une remise en cause de la formation, du recrutement, des statuts et des missions des enseignants. Quant au Medef, sa présidente a déclaré, lors des universités d’été, que ce n’était pas une « très bonne solution » et qu’elle aurait préféré la reconduction de la mesure « zéro charge ».

En attendant la mise en place des premiers contrats d’avenir, le ministère du travail a publié une circulaire visant à renforcer la mobilisation des contrats aidés (contrat initiative-emploi et contrat d’accompagnement dans l’emploi) dans un contexte de forte dégradation du marché de l’emploi.

Mots clés :

Rechercher