Crise des migrants : la situation critique des enfants non accompagnés [20160623]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Crise des migrants : la situation critique des enfants non accompagnés

le 23 06 2016

Le 16 juin 2016, l’Unicef France a publié une enquête sur les enfants migrants non accompagnés vivant dans les bidonvilles situés sur le littoral du Nord et de la Manche. Cette enquête, réalisée début 2016 par trois sociologues, porte sur les deux campements de Calais et de Grande-Synthe et sur les cinq plus petits sites d’Angres, de Norrent Fontes, de Steenvoorde, de Tatinghem et de Cherbourg.

À la suite d’entretiens menés avec 61 enfants âgés de 11 à 17 ans, parmi les 500 mineurs isolés estimés dans les campements de la région en mars 2016, les sociologues dressent un constat très préoccupant. Tous les enfants rencontrés, principalement des garçons d’une dizaine de nationalités, vivent dans des conditions extrêmement difficiles sur les plans physique et psychologique. Ils souffrent du froid, de la fatigue et d’un manque d’hygiène. En outre, ils sont exposés à la violence des adultes et au risque de traite des êtres humains. Ils craignent, en particulier, la violence des passeurs, des milices de civils, des policiers et les agressions sexuelles. Ces jeunes sont venus en Europe en raison d’une forte insécurité dans le pays d’origine ou de l’absence totale d’avenir professionnel. Pour se rendre en France, ils ont déboursé entre 2 700 et 10 000 euros et leur temps de parcours a duré de 15 jours à 7 mois.

La protection des mineurs isolés est une obligation pour les États en vertu de la Convention relative aux droits de l’enfant ratifiée par la France. Selon l’étude, les schémas actuels de protection de l’enfance proposés par les trois départements concernés (Nord, Pas-de-Calais, Manche) ne sont cependant pas adaptés. Trop peu de mineurs isolés savent qu’ils peuvent être pris en charge. Au demeurant, quand elle est proposée, cette prise en charge ne permet pas de garantir une "accroche" durable de ces jeunes.

Afin de protéger efficacement ces enfants, l’Unicef France recommande au gouvernementGouvernementOrgane collégial composé du Premier ministre, des ministres et des secrétaires d’Etat chargé de l’exécution des lois et de la direction de la politique nationale. dix mesures, certaines s’adressant également aux autorités britanniques, notamment :

  • ouvrir des accueils de jour sécurisés spécifiques aux mineurs non accompagnés dans les campements existants dans la région et dans ceux qui seront créés à Paris ;
  • renforcer et coordonner les maraudes sur les sites pour unifier les pratiques, les informations diffusées et avoir accès à tous les enfants ;
  • consacrer des moyens supplémentaires afin que le droit de ces enfants à la réunification familiale en Grande-Bretagne soit plus rapide et effectif.

Rechercher