Diplomatie : la place des think tanks français de politique étrangère [20161104]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Diplomatie : la place des think tanks français de politique étrangère

le 4 11 2016

Le rapport de l’ambassadeur Yves Saint-Geours, rédigé dans le cadre d’une mission d’information et de recommandation sur les think tanks français de politique étrangère a été publié le 27 octobre 2016.

Les think tanks sont des "centres d’étude d’expertise extra-universitaires, placés au sein de la société et participant aux débats qui l’agitent". Ils jouent un rôle central dans la diplomatie d’influence des États et ont également un rôle d’appui à la prise de décision en mettant en avant des recommandations et des options politiques. Pour cela ils doivent pouvoir s’appuyer sur une "panoplie d’instruments et de compétences" : groupe permanent de chercheurs, publications numériques, événements mobilisateurs, accueil de hautes personnalités, etc.

Selon Yves Saint-Geours, le dispositif français est globalement faible et fragile (seul l’Institut français de relations internationales, IFRI, a des moyens équivalents à ses homologues étrangers). Il souffre d’une attitude hésitante de l’État, d’une presque totale absence des universités comme partenaires, d’une mobilité quasi nulle entre les différents métiers (enseignants, chercheurs, membres de cabinet ministériels, hauts fonctionnaires, salariés d’entreprises, d’associations) et d’un faible financement par les entreprises. Dans l’ensemble, les think tanks français sont plus faibles que leurs homologues et ne reflètent pas le poids diplomatique de la France. Il en résulte un déficit de rayonnement regrettable selon le diplomate.

Pour remédier à cette situation, Yves Saint-Geours propose :

  • d’établir un comité de pilotage interministériel pour réaliser des arbitrages sur les subventions du Premier ministre accordées aux think tanks et de procéder à une évaluation indépendante de l’usage de l’argent public pour l’ensemble des dispositifs subventionnés ;
  • de réunir tous les six mois un "Cercle consultatif sur les affaires étrangères" composé des responsables des principaux think tanks dédiés aux questions internationales autour du ministre des affaires étrangères afin de définir les enjeux prioritaires ;
  • de diffuser et promouvoir des idées françaises via les services culturels, les rencontres internationales, la traduction ;
  • de mobiliser les services de coopération et d’action culturelle des ambassades via l’Institut français, afin de faciliter les venues de think tankers français dans le réseau ;
  • de créer un fonds pour la traduction des travaux français des think tanks, afin à la fois de les faire mieux connaître ;
  • de créer un fonds spécifique d’envoi d’experts dans les congrès et forums mondiaux, afin de "porter la voix de la France" à l’international.

Rechercher