Emploi : la part des CDI reste stable mais celle des CDD courts explose [20140424]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Emploi : la part des CDI reste stable mais celle des CDD courts explose

le 24 04 2014 Archives.

Le Conseil d’orientation pour l’emploi (COE) a publié le 8 avril 2014 un rapport sur l’évolution des formes d’emploi. Selon ce rapport, les années 2000 sont marquées par l’explosion des contrats temporaires les plus courts (CDD, intérim) et l’apparition de formes d’emploi aux frontières entre salariat et emploi indépendant (franchise, portage salarial, etc.).

Depuis le début des années 2000, la répartition entre emploi non salarié, emploi permanent (CDI) et emploi temporaire (CDD et intérim) semble plus stable :

  • La part de l’emploi non salarié, qui avait beaucoup régressé au cours des années 1980 et 1990, s’est stabilisée. Elle connaît même un certain regain depuis 2008 du fait de la progression des indépendants sans salariés.
  • Après une forte progression au cours des années 1980 et 1990, la part des emplois temporaires (CDD, intérim) se stabilise autour de 13,5% de l’emploi salarié. Hors contrats aidés, la hausse des CDD est deux fois moins importante entre 1980 et 2000, et se poursuit légèrement après.
  • La part des CDI reste la forme dominante d’emploi (autour de 87% de l’emploi salarié).

Ces différentes catégories (indépendants, CDI, CDD et intérim) sont toutefois traversées par d’importantes évolutions :

  • Les contrats temporaires sont de plus en plus courts : les CDD de moins d’un mois progressent très fortement depuis 2003 et la durée moyenne des missions d’intérim raccourcit depuis 2008. L’emploi temporaire concerne désormais plus de 50% des jeunes.
  • Le travail à temps partiel progresse, même si la forte augmentation des années 1980 et 1990 s’est ralentie depuis. Les horaires décalés et variables se développent également. Le télétravail connaît un essor relativement important depuis les années 2000.

Par ailleurs, des formes d’emploi plus récentes, aux frontières entre salariat et emploi indépendant, sont apparues :

  • L’auto-entreprise a connu un essor très rapide, mais les revenus des auto-entrepreneurs restent pour la plupart très faibles.
  • Le portage salarial permet aux personnes qui souhaitent développer une activité autonome de bénéficier des protections du salariat.
  • Des formes hybrides de travail indépendant dans lesquelles l’entrepreneur se voit imposer par une entreprise dont il dépend certaines modalités d’organisation de son travail (franchise notamment) se développent.

Enfin, l’emploi multi-employeur a fortement augmenté et concerne désormais plus de 2,3 millions d’actifs. Ces personnes exercent simultanément plusieurs activités salariées et/ou non salariées ("travailleurs pluriactifs ").

Mots clés :

Rechercher