Formation des enseignants : une réforme aux effets pervers ?| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Formation des enseignants : une réforme aux effets pervers ?

le 20 12 2011 Archives.

La Commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale a adopté le 7 décembre 2011 un rapport sur la formation des enseignants réalisé par une mission parlementaire présidée par le député Jacques Grosperrin. Cette mission sur la formation initiale et les modalités de recrutement des enseignants évalue la réforme, dite de la masterisation, mise en place en 2010 et dont certains éléments viennent d’ailleurs d’être annulés par une décision du Conseil d’Etat du 28 novembre 2011. Une première version de ce rapport avait été rejetée au mois de juillet par la commission des affaires culturelles, celle-ci refusant le remplacement, alors préconisé, du concours de recrutement par un entretien professionnel avec le chef d’établissement.

La nouvelle version ne met plus la suppression du concours au nombre de ses propositions, même si son éventualité est toujours évoquée dans le corps du rapport. Elle reste pourtant très critique dans son évaluation de la réforme mise en œuvre depuis 2010. Cette réforme supprime les Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM), instaure un recrutement des enseignants au niveau master (bac +5) et supprime l’année de formation en alternance des nouveaux enseignants. Les nouveaux masters "Enseignement et formation" ont été, selon le rapport, mis en place dans la précipitation et ne permettent pas une professionnalisation réelle, alors que le concours laissé en place reste largement déconnecté de la formation. De plus, l’allongement de la durée des études a été non seulement "discriminant sur le plan social", mais a conduit à une "chute inquiétante" du nombre de candidats aux concours.

Les propositions portent notamment sur la réduction du poids des épreuves liées à la discipline enseignée pour favoriser les épreuves professionnelles, le renforcement de l’articulation entre la formation et le concours, la mise en place durant le master de stages plus longs, obligatoires et rémunérés, ainsi qu’un meilleur accompagnement des enseignants débutants.

Rechercher