Hiver 2016-2017 : l’approvisionnement électrique sous surveillance| vie-publique.fr | Actualités | En bref

Imprimer

Hiver 2016-2017 : l’approvisionnement électrique sous surveillance

le 7 12 2016

Le gestionnaire du réseau de transport d’électricité (RTE) a publié, en novembre 2016, son étude prévisionnelle annuelle de l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité, pour l’hiver 2016-2017, en France continentale. La consommation électrique hivernale, entre mi-novembre 2016 et fin mars 2017, devrait être stable autour de 221,5 térawatts. Si les conditions climatiques suivent les températures normales de saison, la consommation devrait même légèrement baisser en 2017 sous l’effet, notamment, de l’amélioration de l’efficacité énergétique des équipements et bâtiments.

Néanmoins, conformément aux annonces de RTE publiées lors des deux précédentes études, la production électrique française est en baisse cet hiver. L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), qui avait envisagé un temps l’arrêt de 12 réacteurs à compter du début du mois de décembre, a corrigé ce chiffre à la baisse, le 5 décembre 2016, pour le porter quatre. L’arrêt de ces réacteurs n’est pas compensé par le niveau d’eau des barrages, à son plus bas niveau depuis 10 ans.

RTE a élaboré plusieurs scénarios afin d’étudier la vulnérabilité du réseau sur cette période. Il apparaît que l’approvisionnement est maîtrisé jusqu’à 3 degrés sous les températures de saison début décembre. Afin de pallier d’éventuelles chutes de températures, plusieurs dispositifs sont déjà opérationnels tels que le mécanisme d’ajustement et l’échange transfrontalier d’électricité. En outre, RTE lance une application grand public de sensibilisation à ces problèmes, à compter du 5 décembre 2016. Dénommé "Alerte Eco2mix", l’application permet de diffuser sur différents supports numériques, des alertes orange et rouge de pics de consommation afin d’encourager les gestes simples d’économie d’énergie. Des actions exceptionnelles peuvent également mises en oeuvre, telles que l’interruptibilité de gros consommateurs industriels volontaires, la baisse de 5% de la tension sur les réseaux de distribution, et en dernier recours, le délestage.

Particulièrement fragiles, les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Bretagne font l’objet d’une vigilance particulière depuis plusieurs années. L’hiver 2016-2017 ne déroge pas à la règle. Ces deux régions sont marquées par des connexions limitées au reste du réseau national et une faible production locale.

Mots clés :

Rechercher