Humanitaire : l’utilisation des dons pour le tsunami| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Humanitaire : l’utilisation des dons pour le tsunami

le 10 01 2007 Archives.

La Cour des comptes a rendu public, le 3 janvier 2006, un rapport sur l’utilisation de l’aide française aux victimes du tsunami survenu le 26 décembre 2004 en Asie du Sud-Est.

La Cour a contrôlé les 32 associations et fondations dépositaires de 90% des 330 millions d’euros de dons effectués par les français. Le bilan dressé est globalement positif : 15 organismes reçoivent un satisfecit, quand les comptes des 17 restants, sans être jugés « non-conformes », font l’objet de « réserves » ou de « recommandations ». La Cour relève l’affectation lente des dons (au 31 décembre 2005, seule la moitié des dons a été utilisée), le manque d’information aux donateurs, le financement d’opérations sans lien avec la catastrophe et des imprécisions comptables. Aussi, elle encourage la réaffectation partielle des dons à d’autres crises, à la condition d’en informer les donateurs.

Dans leur réponse à la Cour, la Croix-Rouge française et le Secours Catholique, associations qui ont à elles deux collecté la moitié des dons, ont précisé leur position quant à cette proposition. La Croix Rouge s’y oppose, précisant que les actions engagées en faveur des victimes du tsunami s’inscrivent dans un programme pluriannuel de cinq ans. Le Conseil d’administration du Secours catholique/Caritas France a d’ores et déjà décidé, en octobre 2006, d’affecter une partie des dons à l’aide des populations victimes de la guerre dans le Nord et le Nord-Est du Sri Lanka.

Rechercher