Immigrés : embauche difficile, emplois souvent peu qualifiés| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Immigrés : embauche difficile, emplois souvent peu qualifiés

le 16 11 2009 Archives.

Alors que le grand débat sur l’identité nationale lancé par le gouvernementGouvernementOrgane collégial composé du Premier ministre, des ministres et des secrétaires d’Etat chargé de l’exécution des lois et de la direction de la politique nationale. s’interroge, entre autres, sur les apports de l’immigration dans la constitution de cette identité, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) publie, ce mois de novembre, une étude soulignant les difficultés particulières rencontrées par les immigrés dans la recherche d’un emploi, indispensable étape de leur intégration. Cette étude porte uniquement sur les étrangers arrivés en France après l’âge de 18 ans, soit 70 % du total de la population immigrée.

Le premier constat est celui d’un taux de chômage deux fois plus élevé que dans le reste de la population, touchant en 2008 12,7 % des hommes immigrés (6,2 % pour les non immigrés) et 14,3 % des femmes (7,6 % des femmes non immigrées). De plus, les immigrés sont plus souvent embauchés dans des emplois peu qualifiés : 38 % de ceux qui travaillent sont ouvriers ou employés non qualifiés, contre 19 % pour les non immigrés. Selon l’Insee, les principales causes de ces décalages tiennent d’abord au grand nombre d’immigrés ne disposant que d’un faible niveau de formation mais aussi à la faible reconnaissance des diplômes de ceux qui en possèdent. Ainsi, les immigrés disposant d’un diplôme de l’enseignement supérieur restent trois fois plus exposés au chômage que les non immigrés. Parmi les autres raisons, l’absence de maîtrise de la langue française semble aussi jouer un rôle important. En revanche, des discriminations à l’embauche liées à l’origine ne sont évoquées en nombre que par des personnes en provenance d’Afrique noire et à un moindre degré du Maghreb.

La part des originaires d’Asie et d’Afrique subsaharienne s’est accrue parmi les immigrés venus après 1974, avec respectivement 18 % et 17 % des immigrés, reflétant ainsi une diversification des flux migratoires par rapport à la période antérieure. Dans le même temps, la part des immigrés originaires d’Europe a diminué (32 %), tout comme celle des immigrés originaires du Maghreb (29 %).

Mots clés :

Rechercher