Livre : aller vers la bibliothèque universelle en ligne| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Livre : aller vers la bibliothèque universelle en ligne

le 22 01 2010 Archives.

La mission sur la numérisation du patrimoine écrit, présidée par Marc Tessier, a remis son rapport au ministre de la culture le 12 janvier 2010. Cette mission était chargée de rechercher les voies "d’un renforcement de la présence et de l’accessibilitéAccessibilitéMesures d’adaptation et d’aménagement de l’espace social destinées à en faciliter l’accès aux personnes handicapées ou à mobilité réduite. des oeuvres du patrimoine écrit sur l’internet" et notamment d’évaluer les conditions d’un partenariat entre la Bibliothèque nationale de France (BNF) et la société américaine "Google" qui, avec son service "Google Livres" (Google books), permet déjà aux internautes un accès à 10 millions de livres numérisés.

Le rapport préconise d’abord d’utiliser le site "Gallica", constitué par la BNF et comptant 140 000 ouvrages numérisés, pour aller vers une plate-forme de consultation commune construite avec les éditeurs et les grandes bibliothèques. A partir de ce socle issu d’un partenariat public-privé, il serait envisageable d’ouvrir des négociations avec les grands opérateurs du web, dont Google que son avance rend incontournable, pour aller vers des partages et échanges de fichiers. Tirant un bilan des accords déjà conclus entre Google et sept bibliothèques européennes (dont celle de Lyon), le rapport préconise d’être particulièrement attentif au respect du droit d’auteur dans les accords conclus. La relance d’une impulsion européenne en direction des autres bibliothèques européennes, dans le cadre d’un renforcement du portail culturel Europeana, est une autre piste évoquée.

L’ensemble de ces démarches s’appuiera sur un soutien public rendu possible, selon le ministèreMinistèreEnsemble des services de l’Etat (administration centrale et services déconcentrés) placés sous la responsabilité d’un ministre. de la culture, grâce à la décision de réserver à ces projets 750 millions d’euros en provenance du "grand emprunt national" (sur un total de 4,5 milliards consacrés au développement du numérique).

Rechercher