Imprimer

Plantes médicinales et herboristerie : une filière d’avenir ?

le 18 octobre 2018

Une mission d’information sur le développement de l’herboristerie et des plantes médicinales a été constituée en avril 2018 au Sénat. Dans son rapport rendu public le 25 septembre 2018, elle procède à une mise à plat de la filière plantes liée à la santé, à l’environnement, au développement des territoires. Elle présente 39 propositions autour de trois axes : le développement de la filière, la réglementation, les plantes médicinales dans le système de santé.

Champ de lavande en Provence © Andreas Karelias, fotolia.com

Une quête de naturalité

Les plantes médicinales et l’herboristerie - qui en désigne le commerce - renvoient à des traditions de soins populaires, fondées sur des usages ancestraux. 70% de la pharmacopée moderne est issue du monde végétal. Les plantes médicinales se déclinent dans une large gamme de produits : tisanes, médicaments de phytothérapie, compléments alimentaires, huiles essentielles. Le marché de la santé et de la beauté naturelles représenterait en France plus de trois milliards d’euros.

Le dynamisme de ce marché est le reflet des aspirations d’une partie de la population pour des soins perçus comme plus doux, utilisés en préventif, contre les petits maux du quotidien ou en complémentarité avec la médecine conventionnelle.

Ces débouchés porteurs et de nouveaux marchés émergents (recours aux plantes en alimentation animale, pour les soins vétérinaires, etc.) ouvrent à la filière des perspectives intéressantes au service du développement des territoires.

Des acteurs différents autour des plantes

Les rapporteurs se sont intéressés à l’ensemble de la filière : la production des plantes médicinales, leur cueillette, leur transformation, leurs réseaux de distribution, le cadre réglementaire et les contrôles encadrant ces différentes étapes. C’est en effet toute une chaîne d’acteurs - producteurs, cueilleurs, négociants, artisans, industriels, herboristes, professionnels de santé, chercheurs, formateurs - qui est à présent impliquée dans la valorisation de la ressource végétale et de ses principes actifs, revisitée par la science et les procédés modernes.

La production des plantes médicinales est intégrée dans la filière des plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM). Depuis 2010, la surface agricole utilisée par les PPAM a augmenté de 40% passant de 38 000 hectares en 2010 à plus de 53 000 en 2016.

Depuis la suppression du métier d’herboriste en 1941, la vente des plantes médicinales dans un but thérapeutique relève des seuls pharmaciens dans le cadre du monopole pharmaceutique, sauf pour 148 plantes qui bénéficient d’une dérogation du fait de leur usage alimentaire (décret de 2008).

Mots clés :

Rechercher