Imprimer

Précarité énergétique : 12 à 15% des Français ont froid dans leur logement

le 28 02 2018

Différents indicateurs permettent de mesurer la précarité énergétique. Il existe des indicateurs objectifs comme le relevé de la température dans le logement et des indicateurs dit subjectifs comme la sensation de froid dans le logement. Comment mesurer cette sensation ? Quelle part de la population déclare souffrir du froid chez elle ? Pour quelles raisons ? Un récent baromètre d’opinion de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) répond à ces questions.

Différentes manières de mesurer la sensation de froid chez soi

Deux enquêtes permettent actuellement de mesurer la sensation de froid dans son logement : l’enquête nationale sur le logement de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) et l’enquête santé et protection sociale de l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes). Les résultats pouvant être assez variables selon les questions posées, la Drees s’est intéressée à l’impact de leur formulation et a testé plusieurs questions auprès d’environ 3 000 personnes qui avaient à évaluer le froid ressenti chez elles.

Dans son baromètre d’opinion 2015, entre 12 à 15% des enquêtés déclarent avoir souffert du froid dans leur logement au cours de l’hiver précédent. Cette différence de trois points dans les réponses s’explique par la formulation des questions posées ("Avez-vous souffert "du froid" ou "du froid et d’un excès de chauffage" ? ou "Avez-vous souffert "très souvent" ou "souvent" du froid" ?). Ces pourcentages sont très proches des résultats des enquêtes précitées de l’Insee et de l’Irdes.

Les facteurs qui expliquent la sensation de froid chez soi

Quelle que soit la formulation des questions posées, plusieurs éléments d’explications sur la sensation de froid reviennent. Ils sont cohérents avec d’autres études.

50% des personnes déclarant souffrir du froid déclarent également la présence de nombreuses moisissures dans leur logement, conséquences d’un mauvais état général du logement et d’un défaut de ventilation et d’isolation.

Le niveau de vie est aussi très lié à la possibilité de se chauffer convenablement. Plus d’un quart des moins aisés ressentent le froid chez eux, contre 7% pour les plus aisés.

D’autres facteurs jouent comme le fait d’être locataire ou de se déclarer en mauvaise santé.

La Drees souligne que 38% des personnes sondées ayant souffert du froid se disent très préoccupées par les questions de logement.

Mots clés :

Rechercher