Recensement agricole : baisse continue du nombre des exploitations| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Recensement agricole : baisse continue du nombre des exploitations

le 22 09 2011 Archives.

Tous les dix ans, le ministèreMinistèreEnsemble des services de l’Etat (administration centrale et services déconcentrés) placés sous la responsabilité d’un ministre. de l’agriculture enquête auprès de l’ensemble des exploitations du territoire national. Ce « recensement agricole » vise à collecter des informations sur tous les aspects de l’activité agricole : population agricole, taille des exploitations, surfaces cultivées suivant les types de culture, cheptel, diversification de l’activité (tourisme vert, vente directe, etc...). Le ministère de l’agriculture a rendu publics le 13 septembre 2011 les premiers résultats de l’enquête que ses services statistiques ont conduite entre septembre 2010 et avril 2011.

Aujourd’hui, d’après cette enquête, on compte 490 000 exploitations sur lesquelles environ 1 million de personnes travaillent de façon continue. Ainsi, en dix ans, le nombre d’exploitations a diminué de 26 %. Ce sont les petites et moyennes exploitations qui ont massivement disparu, le nombre des grandes exploitations s’est maintenu et a même progressé pour les cultures de céréales et d’oléoprotéagineux (colza, tournesol, féveroles, etc...). Les petites exploitations ne constituent plus que 36 % du total (42 % en 2000) et les petits élevages bovins laitiers ont pratiquement disparu. Les surfaces agricoles n’ont pourtant diminué que de 3 % (urbanisation, infrastructures, etc...), la disparition des petites exploitations ayant essentiellement profité aux plus grandes (la superficie moyenne des exploitations a gagné 13 hectares en dix ans). On constate une nette augmentation du niveau de formation moyen (¾ des exploitants de moins de 40 ans ont un niveau supérieur au baccalauréat). On constate également le développement des circuits alternatifs : 18 % des exploitations commercialisent au moins une partie de leurs produits en vente directe ou par un autre circuit court.

A partir du mois d’octobre et tout au long de l’année 2012, en plus de ces résultats globaux, le ministère doit publier de façon progressive d’autres études et données spécifiques par thématique (produits cultivés, type d’élevages, méthodes de travail, formations, circuits de commercialisation), ainsi que des tableaux par région.

Mots clés :

Rechercher