Sécurité civile : comment renforcer le bénévolat et le volontariat [20161214]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Sécurité civile : comment renforcer le bénévolat et le volontariat

le 14 12 2016

Au lendemain des attentats de Paris et Saint-Denis de novembre 2015, le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et l’Inspection générale de l’administration (IGA), ont été chargés d’une mission d’expertise sur les voies du renforcement de l’engagement volontaire et bénévole dans le domaine de la sécurité civile et du traitement des crises. Leur rapport a été mis en ligne le 1er décembre 2016.

Le rapport rappelle tout d’abord que l’engagement en matière de sécurité civile repose principalement sur les sapeurs-pompiers (environ 200 00 sapeurs-pompiers volontaires, jeunes sapeurs-pompiers et cadets de sécurité civile) et sur le bénévolat associatif. Il souligne que la réserve communale de sécurité civile, créée par la loi de 2004, n’a pas connu le succès escompté (environ 600 communes en sont dotées). De plus, les interventions de la réserve sanitaire restent ponctuelles (326 réservistes mobilisés en 2015) et le service civique est encore balbutiant.

La mission a constaté une demande d’engagement nouvelle des citoyens pour la défense d’un certain modèle de société et pour aller à la rencontre des autres. Cependant, les difficultés de recrutement et de fidélisation des bénévoles témoignent du décalage entre les attentes des bénévoles et les conditions de participation proposées par le monde associatif.

Il apparaît que le renforcement de l’engagement devrait concerner les domaines de l’avant-crise (prévention, information et formation des populations à la culture du risque) et de l’après-crise. La mission propose :

  • la création d’une réserve nationale d’experts volontaires sur des missions d’encadrement et d’expertise avec un double rattachement, central pour la gestion et départemental pour la mise en œuvre opérationnelle ;
  • la création d’une plateforme nationale de l’engagement national contribuant à la mise en relation de l’offre et de la demande d’engagement. Une protection assurantielle et la formation préalable des bénévoles faciliteraient leur intégration rapide au sein des organismes d’accueil ;
  • la création systématique de la réserve au sein des communes soumises obligatoirement à l’élaboration d’un plan communal de sauvegarde (un plan communal d’urgence préparant préventivement les acteurs à la gestion de risques naturels, risques sanitaires ou risques technologiques).

La mission considère que le projet de loi "Égalité et citoyenneté" en discussion au Parlement offre l’occasion de donner à cette question de l’engagement une résonance particulière. Elle salue notamment le projet de création d’un Haut-Commissariat à l’engagement civique.

Mots clés :

Rechercher