Société : quelles réponses aux suicides en prisons ?| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Société : quelles réponses aux suicides en prisons ?

le 21 08 2009 Archives.

La ministre de la justice, Mme Michèle Alliot-Marie, a rendu public le 18 août 2009 le rapport remis en avril par la commission Albrand sur la prévention du suicide en milieu carcéral. Cette commission avait été constituée suite à l’augmentation des suicides constatée en milieu carcéral en 2008 et 2009. Son président, le docteur Louis Albrand, avait refusé de prendre part à la présentation publique du rapport, considérant que son contenu ne correspondait pas exactement au texte élaboré par la commission.

La ministre de la justice a décidé de reprendre les préconisations du rapport, qui portent notamment sur la formation des personnels pénitentiaires, la détection du risque de suicide (amélioration de l’accueil des personnes arrivant en détention ou en quartier disciplinaire) et la protection des personnes détenues (utilisation de draps et vêtements déchirables, formation de "codétenus de soutien"). Les syndicats des personnels pénitentiaires contestent la portée des orientations annoncées. Ils dénoncent les conditions générales de détention, comme phénomènes générateurs des suicides : vétusté des prisons, manque de postes de travail proposés aux détenus, manque de personnels pénitentiaires, surpopulation carcérale aggravée par l’incarcération des personnes condamnées à de petites peines (inférieures à un an).

Le projet de loi pénitentiaire, adopté en première lecture par le Sénat le 6 mars 2009, doit désormais être soumis aux députés. Il prévoit notamment la garantie de certains droits aux détenus, comme le maintien des liens familiaux (amélioration des visites, plus grande facilité d’usage du téléphone) ou le droit au travail, dont l’exercice devrait être facilité grâce à l’intervention d’entreprises d’insertion à l’intérieur même de la prison.

Mots clés :

Rechercher