Sommet du G20 : l’amorce d’un "nouvel ordre mondial" ?| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Sommet du G20 : l’amorce d’un "nouvel ordre mondial" ?

le 3 04 2009 Archives.

Le 2 avril, s’est tenu à Londres le "sommet des pays du G20". L’objectif de cette réunion, qui vient après un premier sommet réuni à Washington le 15 novembre dernier, était de rechercher les voies d’une relance de l’économie et de mettre en place de nouvelles règles à l’échelle internationale pour prévenir la réapparition de crises économiques d’une telle ampleur.

A l’issue de cette réunion, une déclaration commune intitulée "Un nouvel ordre mondial" a été rendue publique énumérant les termes d’un accord qui comprend notamment :

  • la mise à la disposition des pays les plus en difficulté de nouveaux moyens financiers (pour 1 000 milliards de dollars) principalement par l’intermédiaire des organisations internationales : le FMI verrait ainsi par exemple ses moyens triplés,
  • le renforcement de la régulation et des contrôles sur les fonds spéculatifs et les agences de notation ainsi que l’établissement par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) d’une liste de "paradis fiscaux",
  • le renforcement des pouvoirs des organisations internationales (FMI, OMC, etc...).

Un troisième sommet du G20 est déjà prévu pour le mois de septembre à New York.

Les pays membres du G20 sont : l’Afrique du Sud, l’Allemagne, l’Arabie Saoudite, l’Argentine, l’Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, la Corée du Sud, les Etats-Unis, la France, l’Inde, l’Indonésie, l’Italie, le Japon, le Mexique, le Royaume-Uni, la Russie, la Turquie. L’Union européenne est également membre : elle est représentée par la présidence tournante du Conseil et par le président de la Banque centrale européenne.

Rechercher