Surendettement : la part des arriérés de charges courantes augmente de 38% en cinq ans [20170308]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Surendettement : la part des arriérés de charges courantes augmente de 38% en cinq ans

le 8 03 2017

La Banque de France a publié, le 28 février 2017, les résultats de l’enquête typologique sur le surendettement des ménages en 2016. Cette enquête est réalisée à partir des données extraites des 194 194 dossiers déposés auprès des commissions de surendettement entre le 1er et le 31 décembre 2016. L’enquête pointe une nouvelle baisse, -10,6% en 2016, du nombre de dossiers déposés, qui confirme la tendance enregistrée ces trois dernières années.

Les faibles revenus particulièrement touchés

Davantage encore que les années précédentes, ce sont en majorité les personnes vivant seules (66,1%) et n’ayant pas de personnes à charge (53,9%) qui sont les plus touchées. La classe d’âge de 45 à 54 ans reste la plus représentée (26,8%) alors que les plus de 65 ans sont les moins concernés (9,1%). La majorité des personnes surendettées est locataire, mais la part des propriétaires accédants à la propriété continue d’augmenter, de 6,1 en 2011 à 8,3% en 2016. Les ouvriers (23,6%) et les employés (33,9%) sont les catégories socioprofessionnelles les plus représentées. Par ailleurs, 41,1% des personnes surendettées sont soit au chômage (28,7%), soit sans profession (12,4%). Le niveau de revenu des ménages surendettés reste faible (75,1% disposent des ressources mensuelles inférieures ou égales à 2 000 euros, 51,1% ont des ressources inférieures au SMIC). Il est à noter que la part de ceux qui ont des revenus inférieurs au revenu de solidarité active (RSA) augmente (14% en 2016). En conséquence, plus d’un dossier sur deux (52,1%) se caractérise par une absence de capacité de remboursement.

La part des crédits à la consommation en baisse de 20% sur cinq ans

De 2011 à 2016, la part des crédits à la consommation enregistre une baisse significative. Sa part dans l’endettement global des ménages passe de 58,2% à 39,3%. En revanche, la part des arriérés de charges courantes (dettes liées aux dépenses de logement, d’énergie, de transport, de communication, etc.) augmente de 38%. Ils caractérisent 82,1% des situations de surendettement et affectent 23,3% de l’endettement global. L’endettement au titre des dettes immobilières atteint quant à lui 35,3% de l’endettement global, en augmentation de 12,7%.

Hauts-de-France, région la plus touchée par le surendettement

La région des Hauts-de-France est celle qui enregistre le plus grand nombre de dossiers. L’enquête relève plus de 500 dossiers pour 100 000 habitants (de 15 ans et plus). Ce niveau n’est atteint par aucune autre région. Néanmoins, la Normandie, le Centre Val-de-Loire et la Bourgogne-Franche-Comté suivent de près (entre 400 et 500 dossiers).

Entre 2011 et 2016, la Banque de France a contribué à résoudre les problèmes d’endettement de plus de 830 000 ménages.

Mots clés :

Rechercher