Syndicats : développer les services aux adhérents ?| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Syndicats : développer les services aux adhérents ?

le 18 08 2010 Archives.

Attirer de nouveaux adhérents en délaissant le syndicalisme de militants au profit d’un syndicalisme de services, c’est le choix que les syndicats pourraient être amenés à faire, à la suite à la réforme de la représentativité de 2008. Telle est l’hypothèse développée par le Centre d’analyse stratégique (CAS) dans une note de veille publiée le 4 août 2010.

La loi du 20 août 2008 prévoit d’exclure des négociations d’entreprise tout syndicatSyndicatAssociation de personnes dont le but est de défendre les droits et les intérêts sociaux, économiques et professionnels de ses adhérents. qui n’obtiendrait pas un minimum de 10% des voix aux élections professionnelles. Afin d’accroître le nombre de leurs adhérents, les syndicats pourraient choisir de s’écarter du syndicalisme de militants, pour se rapprocher du modèle qui prédomine en Europe, le syndicalisme de services. En effet, certains pays européens enregistrent des taux de syndicalisation allant jusqu’à 60% des salariés, contre seulement 8% en France. Dans les pays où domine le syndicalisme de services, l’appartenance à un syndicat conditionne, peu ou prou, l’accès à l’assurance chômage. Les syndicats peuvent également proposer d’autres services, comme des services financiers (régimes d’assurance à prix réduits, forfait vacances, etc.) ou individuels (établissement de déclarations fiscales, aide à la rédaction de testament).

Selon le CAS, ce modèle n’est très probablement pas adaptable en France (du fait de l’existence du régime d’assurance chômage géré paritairement), mais les syndicats pourraient néanmoins proposer de nouveaux services à leurs adhérents. Dans ce cas, les syndicats ne devraient pas limiter les services offerts au seul champ professionnel (défense juridique des salariés, défense des consommateurs, etc.), ils devraient également mutualiser leurs moyens concernant la mise à disposition de certains services et ils devraient s’appuyer sur la gestion d’organismes paritaires ou tripartites qui délivrent aujourd’hui des services aux salariés ou aux demandeurs d’emploi (formation professionnelle continue notamment).

Mots clés :

Rechercher