Téléphones portables : comment limiter leur impact sur l’environnement [20161004]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Téléphones portables : comment limiter leur impact sur l’environnement

le 4 10 2016

Marie-Christine Blandin a présenté, le 29 septembre 2016, un rapport fait au nom d’une mission d’information du Sénat sur l’inventaire et le devenir des matériaux et composants des téléphones mobiles.

Le nombre de téléphones portables vendus en France chaque année est évalué à 24 millions. 92% des foyers ont au moins un téléphone portable et un foyer possède en moyenne 2,4 appareils (soit un taux d’équipement de 110%). Ce produit diffusé massivement soulève cependant des inquiétudes quant à son impact sur l’environnement. La composition des téléphones mobiles est certes mal connue mais le rapport parle de véritable "mine urbaine" étant donnée la concentration très élevée de certains métaux dans les cartes électroniques (or, argent, cuivre, fer, etc.). Les conditions d’approvisionnement posent également des problèmes en termes éthiques (extraction dans des territoires en conflit ou sans respecter les normes internationales du droit du travail) et de disponibilité de la ressource (risques d’approvisionnement pour certaines matières). Enfin, la conception des téléphones et la course à l’innovation ne favorisent pas le réemploi et le recyclage.

Il apparaît en effet que la collecte des téléphones portables usagés est largement insuffisante. Seuls 15% des téléphones sont collectés et le rapport évalue à 100 millions le nombre de téléphones portables usagés conservés par les consommateurs. Pourtant, le recyclage des composants et des matériaux issus des téléphones mobiles pourrait représenter une véritable opportunité, sous réserve d’une massification de la collecte des équipements usagés.

Le rapport présente 27 propositions pour limiter l’impact des téléphones portables sur l’environnement. Celles-ci visent à responsabiliser les fabricants (informations sur la composition, provenance des matériaux, lutter contre certaines pratiques bloquantes pour la réparation comme l’inamovibilité de la batterie, etc.), lutter contre l’obsolescence programmée (porter la garantie légale des portables de 2 à 4 ans, etc.), augmenter la collecte des téléphones usagers, soutenir les acteurs du réemploi et mettre en place une stratégie nationale de recyclage des métaux.

Mots clés :

Rechercher