Transport ferroviaire en Ile-de-France : situation difficile| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Transport ferroviaire en Ile-de-France : situation difficile

le 18 11 2010 Archives.

La Cour des comptes a rendu public le 17 novembre 2010 un rapport sur la situation des réseaux de transport ferroviaire en Ile-de France. Ces réseaux y revêtent une importance particulière, car ils concernent 11,7 millions d’habitants, 1 281 communes et 1 700 kilomètres de lignes empruntées chaque jour par 7,4 millions de voyageurs.

Le transport ferroviaire francilien est composé de plusieurs types de réseaux : les lignes du métro parisien exploitées par la RATP, les lignes du réseau express régional (RER) et les réseaux de trains de banlieues exploités totalement ou partiellement par la SNCF, enfin les quatre lignes de tramways. L’autorité qui organise et coordonne les transports en commun sur l’ensemble de la Région est le STIF (SyndicatSyndicatAssociation de personnes dont le but est de défendre les droits et les intérêts sociaux, économiques et professionnels de ses adhérents. des Transports d’Ile-de-France) regroupant notamment la Région et les Départements franciliens. Depuis 2001, le trafic sur ces réseaux a augmenté d’environ 20% alors que les infrastructures n’ont que faiblement évolué. La faiblesse des investissements est surtout notable pour les trains de banlieueBanlieueTerritoire autour d’une ville (à l’origine situé à une lieue autour de la ville)., la SNCF et Réseau ferré de France (RFF) ayant fait porter le gros de leurs efforts sur les lignes à grande vitesse. Il en résulte une dégradation continue de la qualité du service avec des trains régulièrement saturés et sur certaines lignes des retards chroniques.

La Cour des comptes, qui pointe par ailleurs un insuffisante maîtrise des coûts (avec des dépassements de plus de 90% par rapport aux évaluations) et un contrôle insuffisant des comptabilités de la SNCF et de la RATP, estime qu’aujourd’hui la priorité doit aller à la modernisation de l’existant et à quelques extensions limitées. Pour financer ces investissements nécessaires dans un contexte de difficultés financières pour les collectivités locales, la Cour des comptes préconise de privilégier une augmentation des tarifs, partagée de fait entre usagers et entreprises par le jeu des contributions patronales.

Rechercher